You are here: Home » Uncategorized » Avec 5 femmes, Kiki fout partout le bordel et le souk

Avec 5 femmes, Kiki fout partout le bordel et le souk

Avec 5 femmes, Kiki fout partout le bordel et le souk

Par gaudriole, il devint le «gendre» de Youssoufa Idjihadi

Par ARM

      «Mchipa». Le mot signifie «muscle». Il ne s’agit pas du muscle cardiaque, mais du muscle qui se trouve plus bas. Quand on dit que «quelqu’un a un problème de Mchipa», le Tout-Moroni sait qu’il s’agit d’un homme qui n’arrive plus à contrôler son sexe. Du coup, le «Mchipa» est devenu le problème majeur de la classe politique comorienne. Mohamed Chatur Al-Badoui est plongé dans le «Mchipa» dans des proportions inégalées, allant jusqu’à «offrir» l’Ambassade des Comores en France à sa copine de Paris, avant de faire chou blanc et de mobiliser 4 jeunes voyous du quartier Bacha à Moroni comme mères maquerelles. Or, lors de ses escapades nocturnes, Mohamed Chatur Al-Badaoui, l’homme le plus haineux de Mbéni et du Hamahamet, rencontre souvent sur sa route sexuelle le ministrillon Kiki. À l’heure qu’il est, les deux individus se disputent le titre de plus grand prédateur sexuel.

Cependant, en la matière, Kiki a pris une direction plus dangereuse, une direction mêlant sexe et affairisme. L’autre dimanche, alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion pour l’Arabie Saoudite, il a été à l’origine d’un immense scandale au Foyer des Femmes de Mbouéni, à Moroni. En ce lieu public, lors d’une cérémonie, une chanson a été composée spécialement pour la femme officielle et légitime de Kiki. Quand cette dernière y fit son entrée, on se mit à la chanter débout, sauf quatre femmes. Les autres femmes se demandaient si les quatre dames avaient un problème de pipi, puisqu’il peut arriver qu’on fasse pipi sur son slip. L’enquête diligentée immédiatement a permis de constater que ces quatre femmes qui affichaient ostensiblement leur mépris le plus hostile envers Madame étaient les maîtresses les plus en vue de Kiki. Et, il avait fallu qu’elles se mettent en scène en public, devant le Tout-Moroni.

L’une de ces dames n’est autre que la nièce du Colonel Youssoufa Idjihadi, chef d’État-major de l’Armée nationale de Développement (AND), grand investisseur à Madagascar de l’argent volé aux Comoriens, Vice-président de la Fédération comorienne de Football, l’individu qui s’était arrogé le droit de porter une tenue de commando pour obliger la Commission électorale nationale «indépendante» (CÉNI) à publier des résultats incomplets, truqués et illégaux d’une élection fraudée en 2016, et cela, contre l’avis du ministre de l’Intérieur, du Président de la Cour anticonstitutionnelle et des observateurs internationaux, repliés sur Madagascar par peur des menaces de mort du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri.

Kiki et Madame Nièce font des étincelles en matière de trafics de visas Schengen et de voitures volées à Marseille. Le duo de l’enfer «dédouane» à Mutsamudu ses voitures volées à Marseille afin d’éviter le «mauvais œil» du Tout-Moroni. Une fois à Anjouan, il se retrouve à l’Hôtel Florida et mène rondement son trabendo. Aujourd’hui, Madame Nièce a tout abandonné pour son Kiki. En même temps, ce n’est pas une bonne nouvelle pour ce chef du gang des pires voyous de Moroni car Madame T., la fameuse nièce, tient l’élastique du slip de Kiki, et quand elle le lâchera, Kiki sera comme nu en face du Stade Ajao de Moroni.

Kiki avait accueilli avec un bonheur intense la mort du Tonton de Madame la légitime épouse, le Tonton grand aristocrate de Moroni qui ne lui a jamais caché son mépris le plus profond et qui n’est plus là aujourd’hui pour voir, la mort dans l’âme, les photos des slips des copines de Kiki qui vivent en France. Interrogé sur ces dernières copines, Kiki dit qu’il ne peut abandonner en rase campagne celle de Marseille car c’est grâce à elle qu’il a réussi la gageure mondiale d’«obtenir» le même jour son «Master 2» et son «Doctorat» en «Intelligence économique». Le grand héros national!

La seule question qui se pose aujourd’hui est celle de savoir ce que Kiki fait de son harem aux 5 femmes. 5 femmes… Oui, 5 femmes! Soyons bonnes filles et posons le problème dans sa globalité nationale. L’autorité de l’État a été complètement détruite aux Comores le jour où le dirigeant comorien a assumé la lourde responsabilité morale de se déshabiller devant la première petite gamine venue. Nous avons vu comment le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro a écrit un livre électronique pour étaler lui-même sa propre pédophilie dans une vulgarité à faire rougir de honte et de dépit un chacal marié à une hyène du Ferlo.

Aujourd’hui, on dit doctement au Comorien que c’est avec l’autorisation de ma grande sœur bien-aimée, la Sultane Ntibe Ambari, que son «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri se livre à sa débauche sexuelle de rue. Mais, encore? De l’avis de tous les spécialistes de la sismologie politico-sexuelle, Kiki vit dans le désordre sexuel et affairiste, et va finir son aventure actuelle dans un cul-de-sac politique de bas étage, dans un boui-boui mal famé. L’argent qui le grise tant n’est pas planté dans le jardin du Roi, où refuse de pousser l’herbe «je veux».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 10 septembre 2017.

Powered by Comores infos