You are here: Home » Uncategorized » Avocat du slip d’Azali Assoumani du 28 septembre 1995

Avocat du slip d’Azali Assoumani du 28 septembre 1995

Avocat du slip d’Azali Assoumani du 28 septembre 1995

Plaidoyer pour un tissu dont on a volé les droits historiques

Par ARM

      De nouveau, les Comoriens daubent. De nouveau, les Comoriens ricanent. De nouveau, les Comoriens rient sous cape. De nouveau, les Comoriens ont trouvé un nouveau sujet de dérision. De nouveau, les Comoriens sont plongés dans les sarcasmes. Et, ils ont trouvé un sujet de moquerie tombé tout droit du ciel: la concomitance entre la menace formulée par le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri au sujet de sa tenue militaire, qu’il aurait rangée dans un placard pour la faire ressortir le moment venu contre les Comoriens, et la célébration du 22ème anniversaire du coup d’État du 28 septembre 1995 contre Saïd Mohamed Djohar.

À cette occasion, la page Facebook satirique Altwawn – Actualités des Comores a sorti le grand jeu, donnant un coup de massue préhistorique au «concubinocrate» Azali Boinaheri dans les termes suivants: «Il y a 12 ans [Sic: 22 ans], Azali cachait son treillis dans les WC de l’ambassade de France. Triste anniversaire. Il y a 12 ans [Sic: 22 ans] jour pour jour, le 28 septembre 1995, le terroriste français Bob Denard réalisait un coup d’État contre l’ex-président Djohar. Le putsch était organisé par l’État Français. Azali Assoumani alors chef d’État-major des armées trahissait ses troupes et frères d’armes en allant se cacher dans les WC de l’ambassade du pays qui avait organisé le coup. Extraordinaire. Ce jour là, Azali ne perdit non seulement son honneur qu’il n’avait jamais eu mais aussi sa virilité car il se serait déguisé en femme habillé en shiromani dans sa fuite. Comme les Comoriens ont les gouvernants qu’ils méritent, il est devenu 2 fois président du pays. Taki (stagiaire)».

Au nom de la vérité historique, je me fais l’avocat du slip que portait le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri ce 28 septembre 1995. En plus, je suis avocat à titre gracieux, par sincère humanité, pour défendre ce pauvre slip. En effet, il est injuste de parler de treillis et de «Shiromani», alors que le 28 septembre 1995, c’est en slip que l’homme qui était alors chef d’État-major de l’Armée comorienne est parti se cacher sous une table de l’Ambassade de France aux Comores, cachant Ambari – qui ressemble de plus en plus à Marylin Monroe – à Iconi. Oui, le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri est parti se cacher sous une table de l’Ambassade de France à Moroni en slip et non en treillis ou en «Shiromani». Qu’on se le dise!

Un mercenaire qui l’a vu en slip en témoigne, et nous devons prendre en considération ce témoignage éclairant, épique et historique: «Le bruit courut que la résistance était menée par le colonel Azali Assoumani, le chef de l’armée comorienne, qui s’était signalé par le passé par sa brutalité et son sadisme à l’égard des opposants; bruit infondé, comme nous le saurons plus tard», et «le lieutenant Éric I. avait été averti de la situation vers 5 heures 30 déjà. Il s’était immédiatement rendu chez le colonel Kister, conseiller en sécurité du président Djohar, où il trouva le colonel Azali qui était venu s’y réfugier après s’être enfui de chez lui en slip. Il le récupéra pour se rendre à Radio Comores. Ils étaient au premier étage avec quelques employés, depuis cinq minutes à peine quand ils virent arriver le capitaine Soilihi de l’armée comorienne avec un groupe de soldats. Le lieutenant I. descendit les accueillir, puis remonta à l’étage. Le colonel Azali avait disparu, enfui une nouvelle fois en sautant d’une fenêtre pour aller se cacher toute la journée chez un coopérant. Quel courage!»: Jean-Claude Sanchez: La dernière épopée de Bob Denard. Septembre 1995, Pygmalion (Flammarion), Paris, 2010, pp. 130 et 131.

Alors, face à l’injustice subie par ce pauvre slip, qu’on veut faire passer sous silence, je me fais fort de défendre ses droits légitimes et historiques. Je replace le slip le plus célèbre dans l’Histoire de l’humanité à sa juste place. Un jour, ce slip aura sa place dans un musée.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 1er octobre 2017.

Powered by Comores infos