You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani Boinaheri a bien une tumeur à la tête

Azali Assoumani Boinaheri a bien une tumeur à la tête

Azali Assoumani Boinaheri a bien une tumeur à la tête

Les médecins mauriciens qui le traitent ont perdu tout espoir

Par ARM

      «Le malade de Mohéli n’est pas un sujet de moquerie», dixit le proverbe mohélien, qui veut que celui qui se moque de la maladie d’autrui finit par l’attraper. Ce proverbe est d’autant plus approprié que la vie appartient à Dieu, le secret de la mort appartient à Dieu, la santé relève du bon vouloir de Dieu, la maladie est décidée par Dieu, le bonheur est distribué par Dieu, le malheur est décidé par Dieu. C’est Dieu qui donne, et donne ce qu’Il veut, à qui Il veut, quand Il veut, dans les proportions qu’Il veut.

Mesdames et Messieurs, selon une information absolument officielle et confirmée par des personnes dignes de foi, mais qui ne sera jamais publiée, le dictateur Azali Assoumani Boinaheri est gravement malade. Il a une tumeur à la tête. Autrement dit, il a un cancer. Il se fait traiter par des médecins mauriciens. Ces derniers font tout pour le guérir. Cependant, ils viennent de se rendre compte que leur patient est devenu un cas désespéré. Aucun médecin ne peut guérir aujourd’hui le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri de sa tumeur. Il ne s’agit pas de dire qu’il va vivre ou qu’il va mourir, mais qu’il est gravement malade et que ceux qui se chargent de le maintenir en vie se disent incapables de le guérir. C’est tout.

Nous avons déjà signalé que la manière par laquelle cet individu tue les Comores, assassine le peuple comorien, humilie les Comoriens et injurie les gens en public ne peut être que celle d’un être humain profondément malade. Regardez-le en train de danser partout, avec n’importe qui, à n’importe quelle occasion, pendant que le pays se meurt. Et ses vols malsains d’argent public et sa gestion villageoise de l’État! Aucun homme en bonne santé physique et mentale ne peut faire ce que fait cet individu. Nous en parlons parce qu’il s’agit d’un individu qui a entre ses mains le destin d’un peuple, qu’il conduit chaque jour au désastre, avec un extraordinaire narcissisme et insouciance.

Le clan de Mitsoudjé est en alerte. Il sait que leur chef est gravement malade et incurable. Mais, il veut garder la main sur le pouvoir, nolens volens. Le clan de Mitsoudjé est divisé en deux camps antagoniques, mais qui se retrouvent sur une seule idée: conserver le pouvoir à tout prix. Le clan «loyaliste et légaliste», majoritaire, est conduit par Hamadi Idaroussi, le petit épicier aigri de Mitsoudjé, surnommé «Tonton-m’a-dit», ancien repris de Justice qui n’a échappé à la prison qu’à la suite de l’ignominieux faux témoignage de son pote Bellou, après un vol d’argent et de matériel au ministère de la Production lors de la première kleptocratie du kleptocrate Azali Assoumani Boinaheri (1999-2006). Le camp des «traîtres, tièdes et renégats» est conduit par l’inimitable Mohamed Elamine Soeuf, l’homme de Taïwan et des Taïwanais. Ces gens-là ont décidé de garder le pouvoir par tous les moyens au cas où…

Cela signifie que les Comores se préparent à vivre des heures très sombres parce que «le pronostic vital» du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani est engagé. Ce qui va lui arriver n’est connu que de Dieu. Ce qui va arriver aux Comores après n’est connu que de Dieu.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 15 octobre 2017

Powered by Comores infos