You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani cache la République dans les strings

Azali Assoumani cache la République dans les strings

Azali Assoumani cache la République dans les strings

75,22% de ses nominations sont liées à des trucs sordides

Par ARM

     «Des vétilles», diraient certains. Pourtant, ce ne sont pas des vétilles. Et, le fiston et la fifille se souviennent d’une chose: Maman leur a dressé une liste de choses qu’on ne nomme pas en public. Or, que faire d’Azali Assoumani? Il se comporte de plus en plus en collégien gommeux, boutonneux et aux oreilles décollées le soir de son premier rendez-vous galant. Les calculs effectués permettent de constater avec effroi que 75,22% des nominations gouvernementales auxquelles il a procédé sont systématiquement liées à des histoires de vie privée. Ce sont des histoires tournant le dos à la méritocratie et à l’objectivité. Triste. Très triste. En d’autres termes, ses histoires de copinage vont plus loin qu’on ne le croit. Il n’y a que des histoires de copinage dans ses nominations, et surtout là où personne ne s’y attend. Il est vraiment allé très loin, faisant en sorte de croire que les Comoriens ne savent pas. Or, les Comoriens savent qu’il a fait des strings, des jupettes, et des jupes son seul critère de recrutement et de promotion. Écoutons et respectons Maman quand elle nous dit de ne pas nommer certaines choses en public. Azali Assoumani, l’homme le plus habitué aux putschs et aux mascarades électorales, a tout fait pour retourner à Beït-Salam, mais uniquement pour gérer sa vie privée en se servant de l’appareil d’État. Comment respecter un tel homme? Comment ne pas être mal à l’aise face à un tel homme? Ah! Si Maman n’avait pas dit qu’il ne fallait pas nommer certaines choses en public! Ça aurait été formidable de tout dévoiler aux Comoriens, pour leur prouver que cet homme se sert de l’appareil d’État pour ses histoires domestiques.

     En plus, il a déjà repris sa vieille habitude consistant à faire virer les fonds spéciaux de la Présidence de la République sur son compte à la BIC. On aurait pu supporter beaucoup de choses venant de lui. Mais, le voir faire de sa vie privée un élément de distribution de prébendes étatiques a de quoi choquer les Comoriens. Il a même scellé son alliance avec l’un de ses pitoyables Vice-présidents sur la base des strings. Partout où il est, il y a des strings. Il a fait du string l’ustensile de cuisine politique indispensable. Dieu soit loué, personne n’a entendu un des séides d’Azali Assoumani placer une once d’espoir sur l’homme des strings pour redresser les Comores. Ceux qui l’ont suivi l’ont fait pour sa propension à les corrompre et à les tenir par là où ça fait mal. Donc, quand on voit cet homme notoirement incompétent et corrompu faire de l’appareil d’État un instrument de vie privée a de quoi faire mourir de honte un chacal et une hyène réunis. L’appareil d’État devenu un simple instrument de copinage. Le copinage dans la seigneurie d’Azali Assoumani a atteint un niveau tellement élevé que les petites salades du nullissime Saïd-Ali Saïd Chayhane, le fameux «ministre des Finances et du Budget», semblent être du gnangnan. Même si personne ne sait de quoi demain sera fait, point n’est besoin d’être devin pour savoir que tout ça finira très mal. C’est juste une question de temps.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 3 juin 2016.

Powered by Comores infos