You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani crache sur les Mohéliens de Beït-Salam

Azali Assoumani crache sur les Mohéliens de Beït-Salam

Azali Assoumani crache sur les Mohéliens de Beït-Salam

Il crache et vomit aussi sur ses petits Mohéliens de service

Par ARM

     La descente aux enfers des Mohéliens de Beït-Salam n’a pas attendu avant de devenir une triste réalité. Habitués à traiter avec de simples mendiants, ils croyaient qu’après avoir fraudé et trahi pour placer au pouvoir le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba, ils allaient pouvoir continuer à dire: «Notre patron Ikililou Dhoinine a été tellement neutre qu’il n’est pas intervenu en faveur de sa propre épouse, qui était candidate au Gouvernorat de Mohéli». La belle affaire… En réalité, la vérité est très éloignée de cette prétendue neutralité: il savait que le cri de haine lancé sur l’île de Mohéli contre sa femme était tellement puissant qu’il ne pouvait rien faire pour faire élire une candidate que les Mohéliens ne pouvaient voir en peinture. C’est tout. Il n’est nullement question de neutralité et de vertu dans cette affaire scabreuse. Quand, même les lardons en couches culottes se rendirent compte qu’il était en train de pistonner dans le favoritisme et la fraude «l’élection» du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba, un homme est parti lui dire: «Crois-tu pouvoir faire confiance à un candidat dont le bras droit, Hamidou Karihila, est l’introducteur d’Oussama Ben Laden aux Comores?». Sous le choc, il écarquilla les yeux et jura ne pas favoriser indument le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba.

     Pour le récompenser pour toutes ses gâteries électorales, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba l’embarqua dans un avion avec les bébés en direction de l’Arabie Saoudite, où aucun des deux n’est en odeur de sainteté, comme en témoigne le temps mis à leur donner une réponse sur leur demande de visas, et comme en témoigne aussi le refus de visa opposé à Hamidou Karihila Hamadi jusqu’à sa nomination sous-ministérielle en charge du monde arabe. Pourtant, aujourd’hui, les anciens Mohéliens de Beït-Salam sont très amers. Ils viennent de se rendre compte que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba est en train de cracher et de vomir sur eux, matin, midi et soir. La décapitation de l’administration d’Ikililou Dhoinine en est la meilleure preuve. S’ensuit l’invalidation de tous les contrats d’embauche signés au cours des 6 derniers mois du règne maléfique des Mohéliens de Beït-Salam. De l’avis de tous, Alladine Daroumi, ancien Directeur général de l’Office national d’Importation et de Commercialisation du Riz (ONICOR), sans être un saint, et sans être exempt de bruyantes casseroles, a réalisé certaines choses qui auraient dû le mettre à l’abri d’un licenciement sec, et pourtant il a été viré sec et remplacé par un voleur professionnel. La chose passe très mal chez les anciens Mohéliens de Beït-Salam.

     L’autre jour, Ikililou Dhoinine, qui croit avoir rendu à Mohéli les meilleurs services et avoir travaillé pour le bien de l’île, a été hué et conspué par la foule. Il a été vu dans une station-service avec un bidon à la main pour avoir un peu de carburant. Très remontés contre lui, les Mohéliens lui ont vertement craché: «Si tu avais doté notre île d’un vrai dépôt de carburants comme le réclamons depuis des années, tu ne serais pas là aujourd’hui avec des bidons». En d’autres termes, alors que les siens disaient que les Mohéliens allaient comprendre son utilité pour l’île à son départ de Beït-Salam, la haine des Mohéliens à son égard est restée inextinguible. Cette haine est d’autant plus tenace que les Mohéliens ont compris qu’Ikililou Dhoinine vient de se faire rouler dans la farine par le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba. Naturellement, dans la honte, les siens disent: «Vous avez dit que notre règne est terminé alors qu’il ne fait que commencer». Pourtant, quand on leur parle de leur trahison, ils disent n’avoir jamais favorisé le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba. Situation kafkaïenne…

     Pour sa part, on se rappelle de la confusion mentale qui avait incité l’incorrigible Mohamed Saïd Fazul à déclarer son béguin pour le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba. Or, là aussi, l’heure est aux regrets. Le Gouverneur de Mohéli, qui avait juré pouvoir placer des Mohéliens auprès du putschiste, est obligé de reconnaître qu’il n’a aucune influence sur ce dernier, et que son ennemi juré, l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro, n’est pas homme à le laisser bénéficier d’une seule once du règne du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba. Dès lors, Mohamed Saïd Fazul jure que son problème de téléphone n’est toujours pas résolu, qu’il n’a pas de téléphone, et quand on arrive à l’avoir au téléphone, il fait l’idiot, un rôle qui lui va comme un gant. Quand on le rencontre physiquement, il écarquille ses yeux globuleux et se met à répondre à côté, complètement dépassé par le mépris du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba à son égard. Et quand il appelle son pote le Vice-président Abdallah Saïd Sarouma, celui-ci pleure, disant être plus méprisé encore par le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba.

     La situation des anciens Mohéliens de Beït-Salam et des Mohéliens de service est d’autant plus humiliante qu’à l’heure qu’il est, une seule Mohélienne de Beït-Salam reste encore vivante et débout, mais pour combien de temps encore? En tout cas, il se chuchote, se murmure, se susurre et se dit sous le manteau à Mohéli qu’à sa chute, personne ne pleurera sur l’île, les Mohéliens disant méchamment: «Qui n’a pas grimpé un palmier à bétel pour moi, je ne grimperai pas un cocotier pour lui». Allez comprendre…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 10 juillet 2016.

Powered by Comores infos