You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani embrasse sa 2ème chérie devant l’ORTC

Azali Assoumani embrasse sa 2ème chérie devant l’ORTC

Azali Assoumani embrasse sa 2ème chérie devant l’ORTC

Msa Ali Djamal censure les images mettant à mal son chef

Par ARM

       Les Comoriens ont vu les images montrant le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani recevant les prétendus architectes qui vont lui construire «l’hôpital de 7 étages à Moroni», sous le sourire goguenard, obséquieux et complètement idiot de mon ami le Grandissime des Grands Docteurs Sounhadj Attoumane. La propagande officielle nous append à cette occasion que «cet Architecte et Urbaniste Mauricien est venu présenter au Chef de l’État une première esquisse du projet en image et lui rassure de mettre toutes ses compétences et son énergie pour la réussite de ce projet. C’est un projet qui est compatible avec l’environnement des Comores. Toutes les pièces seront ventilées. Un bâtiment de 7 étages, qui mesurera 40.000 mètres carrés et qui sera doté de 650 lits. “Au lieu d’avoir beaucoup de bâtiments éparpillés sur le site, on va diminuer l’impact au sol, on aura beaucoup plus de jardins, beaucoup plus de facilité. Le projet va être de standard international. On aura les mêmes facilités à El Marouf que Londres, Paris et New-York” a expliqué l’Architecte. L’Architecte explique que le choix des 7 étages est de permettre “d’avoir une vue extraordinaire sur la montagne et sur la mer. De telle sorte que si l’on commence à monter en étage, toutes les chambres de patients vont faire ou face à la mer ou face à la montagne. Cela permettra aussi d’avoir une ventilation naturelle et de la lumière naturelle” a-t-il défendu son projet devant le Chef de l’État. Un projet cher au Président AZALI car il est une de ses promesses électorales».

Tout ça est bien dit, et même très bien dit. Pourtant, il faudra qu’on explique au peuple comorien d’où proviendra l’électricité qui devra maintenir en vie ce Léviathan hospitalier et surtout où sont les grues d’une hauteur d’un kilomètre qui vont permettre de réaliser les travaux envisagés. N’oublions pas que des travaux de cette envergure ne se font jamais par recours à des échelles et escabeaux, mais par des grues de grandes dimensions et d’un tonnage extraordinaire. Ces grues-là n’ont jamais existé aux Comores. Plus grave et risible encore, les transporter jusqu’à Moroni va devenir un cauchemar. Qui va s’en charger? On ne le dit pas aux Comoriens.

Mais… Mais… Mais, ce nous préoccupe aujourd’hui n’est pas lié à ces histoires de grues, échelles et escabeaux, mais au fait que le jour où l’usurpateur de Moroni recevait sa fine équipe à «Bête-Salam», sous l’œil pétillant de mon ami le Grandissime des Grands Docteurs Sounhadj Attoumane, la deuxième épouse du dictateur était présente en tant que Grand Manitou du ministère de la Santé, où Moussa Mahoma ou Maholé ne fait que de la figuration. Et là, toute honte bue, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani s’est jeté goulument sur la deuxième épouse, et s’est mis à l’embrasser toujours goulument et jusqu’à son étouffement, sous les caméras de l’Office de Radiotélévision des Comores (ORTC), la propriété personnelle que Msa Ali Djamal a reçue en héritage de son oncle maternel. La scène, pathétique, a été entièrement filmée. Ce furent des embrassades en veux-tu, en voilà, des embrassades goulues, à qui mieux-mieux, sur la bouche d’un jeune premier, d’un collégien gommeux, boutonneux et aux oreilles décollées. Les personnes présentes étaient gênées et faisaient tout pour faire semblant de ne rien voir, regardant le bout de leurs chaussures et chassant une poussière imaginaire de leurs habits.

La vidéo atterrit sur le bureau du thuriféraire Msa Ali Djamal qui, en bon garçon de courses, a censuré les images de son chef en pleine romance publique. «Chérie, je t’aime. Est-ce que toi aussi tu me t’aimes?». Msa Ali Djamal, l’enfant de Chezani-Mboinkou, aurait gagné en autorité et influence s’il avait rapporté lesdites images à la Reine Mère, Ambari. En tout état de cause, cette scène par trop malheureuse prouve que la santé mentale du dictateur de Moroni décline dangereusement et justifie ses traitements médicaux à la hussarde sur l’île Maurice. Pourquoi cet homme n’a pas attendu d’être à la maison pour se livrer à ses embrassades de collégien gommeux et boutonneux, au lieu de se donner en spectacle d’une manière aussi salace? Il faudra que son pote le Mufti en dise un peu plus aux Comoriens.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 5 avril 2017.

Powered by Comores infos