You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani et Ambari, salement insultés à Iconi

Azali Assoumani et Ambari, salement insultés à Iconi

Azali Assoumani et Ambari, salement insultés à Iconi

Ils ont emprisonné leur insulteur, sans même un jugement

Par ARM

     La scène a eu lieu à Iconi. Le dictateur Azali Assoumani et la dictatrice Ambari, sa «légendaire» première épouse, se trouvaient dans cette ville, où ils se croyaient en terrain conquis, en terra nullius, c’est-à-dire en territoire sans maître. N’est-ce pas à Iconi que, le 28 septembre 1995, pendant que Robert «Bob» Denard et ses mercenaires renversaient le Président Saïd Mohamed Djohar, le «très courageux» Azali Assoumani, alors chef d’État-major de l’Armée comorienne, fuyant en slip pour aller se cacher sous une table de l’Ambassade de France à Moroni, avait mis à l’abri Ambari? N’est-ce pas à Iconi que le couple s’invite le plus quand il y a un mort pour aller s’afficher sans la moindre retenue, exploitant cyniquement et sans vergogne même les décès, au nom de la «piété»?

Eh bien, Monsieur et Madame n°1 se trouvaient à Iconi sous bonne escorte. En son temps, le Khalife bien guidé Omar Ibn Al-Khattab surprenait toutes les délégations qui se rendaient auprès de lui et le trouvaient dans sa cour, étendu sur une natte, la tête posée sur une pierre. Il leur disait que quand on ne fait pas le mal à autrui, on n’a pas besoin de s’entourer de soldats. À Iconi, donc, un jeune de la ville connu de tous par le surnom d’«Américain» s’approcha de la garde rapprochée du «concubinocrate» Azali Assoumani et demanda très poliment à lui parler pour lui exprimer tout son «soutien à sa politique clairvoyante et bienheureuse qui illumine les Comores dans l’univers et va leur permettre de quitter le sous-développement pour devenir un pays émergent». Comme tous les larbins du «ventriote» Azali Assoumani savent que la dernière lubie facétieuse de leur dictateur de chef est la proclamation de «l’émergence» et l’avènement du «pays émergent» aux Comores, ils laissèrent «Américain» s’approcher du couple dictatorial.

«Américain» serra la main du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani et commença à lui dire: «Je suis venu te féliciter et te remercier parce que depuis ton retour anticonstitutionnel au pouvoir, le chômage a augmenté aux Comores de manière exponentielle. Tu ne fais que licencier les jeunes Comoriens. Tu ne fais qu’augmenter le nombre de chômeurs et la pauvreté dans ce pays. Tu as tellement licencié les jeunes Comoriens que les chômeurs sont dans chaque coin de la rue. Tu es un voleur! Tu es un voleur!». En subissant ce déluge verbal tout à fait inattendu, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, habitué au discours dithyrambique et ampoulé de ses larbins, a voulu retirer la main, et «Américain» la maintint fermement. Le sang du dictateur avait quitté son visage, devenu livide, après avoir pris les allures d’une feuille de carbone mâchée. Le visage de la dictatrice Ambari avait, pour sa part, pris la couleur de l’aubergine. Elle ouvrit la bouche comme un poisson hors de l’eau, mais aucun son ne franchit ses lèvres tremblant de colère et de stupeur. Aux aguets, «Américain» la vit et lui lança à la figure: «C’est quoi, ça? C’est une femme, ça? Est-ce qu’une vraie femme s’habille d’une manière aussi dégueulasse?».

On mobilisa «Américain», et le couple dictatorial s’enfuit gros Jean comme devant. Il avait perdu de sa superbe, mais roulait des mécaniques pour avoir fière allure. Le lendemain, ce sont des militaires armés jusqu’aux dents qui sont allés à Iconi pêcher «Américain», qui a été jeté dans un véhicule militaire sans management, comme un sac de brisures de riz pour cochons de Tegucigalpa et Sri Jayawardenapura. Cela fait un mois que le prisonnier politique surnommé «Américain» croupit dans une cellule infernale du donjon moyenâgeux de Moroni pour crime de lèse-majesté, mais sans avoir été présenté à un juge. Au sein de l’appareil judiciaire de Moroni, les gens se regardent en chiens de faïence, mais personne n’ose en parler à l’autre. Le valeureux magistrat qui a brisé le silence en s’adressant à la presse démocratique et patriotique est outré, scandalisé. Il n’en peut plus. Il avait besoin de libérer sa conscience en signalant une grave injustice qui se produit sous ses yeux. Merci.

On l’aura compris: les Comoriens n’en peuvent plus de voir un dictateur incompétent et corrompu conduire leur pays à la ruine. Quand un jeune homme affronte de manière aussi courageuse et patriotique un couple dictatorial, sachant qu’il pouvait être fusillé séance tenante, c’est que la cocotte-minute surchauffée est sur le point d’imploser. La prochaine fois, il n’y aura pas d’insulteur et des insultes, mais un homme armé qui tirera à bout portant sur le couple dictatorial pour guérir le pays de ses maux.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 2 février 2017.

Powered by Comores infos