You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani et Cie étouffent le Tribunal de Moroni

Azali Assoumani et Cie étouffent le Tribunal de Moroni

Azali Assoumani et Cie étouffent le Tribunal de Moroni

C’est un instrument de vengeance politique et de représailles

Par ARM

Les Comores étouffent. Les Comores implosent. Les Comores explosent. Msa Ali Djamal, l’enfant chéri de Chezani-Mboinkou, vient de se rendre compte de la véracité de ce que nous lui disions au sujet du «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri, qu’il est un mufle et un rustre, et qu’il est tellement imbu de sa personne qu’il écrase le monde entier de son mépris. 1.- Msa Ali Djamal a été limogé alors qu’il a été le plus fidèle compagnon du «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri. 2.- Le tyran de Mitsoudjé n’avait même pas eu l’élégance de l’appeler pour essayer de dorer la pilule, alors que Msa Ali Djamal a tout fait pour défendre les intérêts du bandit et de son clan. 3.- Le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri a laissé faire Kiki, qui a envoyé des policiers arracher à Chezani-Mboinkou la voiture de fonctions aux mains de Msa Ali Djamal, qui attendait se débarrasser de tout le jour de la passation de pouvoir avec Ben Abdou, le nouveau noyau de cerise du clan de Mitsoudjé.

Quand les choses atteignent un tel niveau de médiocrité, il faut se cacher sous terre pour éviter de voir un être humain se faire traiter d’une manière aussi inhumaine. Loin de nous la tentation de verser des larmes de croque-mort sur Msa Ali Djamal, qui n’était qu’un kleenex entre les mains d’un dictateur inculte et sa famille. Or, nous avons vu Msa Ali Djamal s’agiter dans tous les sens pour aider son chef lors de l’élection de 2016. J’ai un peu travaillé avec le Vice-président Mohamed Ali Soilihi, et je ne le vois pas me faire subir de telles humiliations. Donc, les Comoriens doivent connaître les acteurs politiques auprès desquels ils s’engagent avant d’aller se faire humilier. Msa Ali Djamal est un adversaire, mais a droit au respect.

Et comme un malheur arrive rarement seul, les Comoriens sont médusés en découvrant que le Tribunal de Moroni est sous l’emprise totale du pouvoir en de Mitsoudjé. Plusieurs affaires gravissimes sont étouffées, classées sans suite ou au contraire instrumentalisées. Aujourd’hui, le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri et son neveu Hamadi Idaroussi (Photo) dit «Tonton-m’a-dit», ci-devant secrétaire général du gouvernement, voleur d’argent et matériel au ministère de la Production lors de la première kleptocratie de Tonton, et libéré à la suite d’un faux témoignage de Bellou, ont décidé de piloter directement et eux-mêmes les purges politiques.

C’est ainsi qu’à la tête du Tribunal de Moroni, le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri a nommé Mohamed Djounaïd, de Mdjoiezi, donc dans le Hambou, la région d’origine de la famille royale de Mitsoudjé. Mohamed Djouanaïd est un magistrat docile, lèche-cul, zélé, corrompu et prêt à obéir aux injonctions du dictateur Azali Assoumani Boinaïdi par le biais du mercenaire Nourdine Abodo. Le président du Tribunal est un intime des intimes de Nourdine Abodo, surnommé le serpent à lunettes. Monsieur le Président du Tribunal obéit à ses chefs au doigt et à l’œil. Il suit à la lettre les injonctions et directives de Bête-Salam.

Tout le temps, l’hyène Nourdine Abodo exécute les ordres du «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, et il en profite pour monnayer ses services auprès de justiciables pour influer sur la suite d’un procès. Le dernier à avoir fait les frais des poursuites politiques pour intimider l’opposition est le Mohélien de Bête-Salam Saïd Mohamed Ali Saïd, secrétaire général de l’Assemblée de l’Union des Comores, et ancien secrétaire général du gouvernement. Dans un litige purement civil opposant la grande sœur d’Ambari, première épouse du tyran de Mitsoudjé, le neveu Idaroussi Hamadi avait voulu régler des comptes politiques. Alors que les loyers litigieux relèvent de la Chambre civile du Tribunal, Monsieur Neveu et le mercenaire Nourdine Abodo ont donné l’ordre à Mohamed Djounaïd, en service commandé, d’en faire une affaire pénale. Saïd Mohamed Ali Saïd a été convoqué au parquet, puis poursuivi par le Procureur alors que le litige portait sur une affaire purement civile, donc ne relevant pas de sa compétence.

À titre de rappel, Hamidou Ali Mohamed, Procureur de la République, est un militant de la Confrérie des Renégats et des Criminels (CRC) et reconnu comme tel dans son Hamahamet natal. Le Procureur a saisi un juge d’instruction. Le Président Mohamed Djounaïd et le Procureur ont demandé au juge d’instruction de placer en détention provisoire Saïd Mohamed Ali Saïd, mais le juge a refusé et l’a placé sous contrôle judiciaire. Le serpent à lunettes Nourdine Abodo, très mécontent, a ordonné au Président Mohamed Djounaid et au Procureur de la CRC de dessaisir ce juge trop indépendant. Il faut saluer ce juge d’instruction qui a refusé de placer illégalement en détention Saïd Mohamed Ali Saïd, secrétaire général de l’Assemblée de l’Union des Comores, et naguère un des zozos de la bande des Mohéliens de Bête-Salam ayant intronisé anticonstitutionnellement le putschiste Azali Assoumani Boinaheri. Le mal revient à ses origines nauséabondes et fangeuses. Tous les Mohéliens de Bête-Salam paieront leur crime contre l’État de Droit.

Voilà comment le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri, le serpent à lunettes Nourdine Abodo et la CRC renouent avec la manipulation et l’instrumentalisation de la Justice. Il est vrai qu’ils étaient des champions lors de leur première kleptocratie (1999-2006) et ils entendent se servir encore et encore de la Justice aux ordres pour réprimer ceux qu’ils n’aiment pas. À un moment où le «Docteur» Ahamada Ahamadi, le petit épicier aigri de Mohoro, a été chassé du ministère des Affaires étrangères et placé de force à la retraite, on s’interroge sur le départ du mercenaire Nourdine Abodo de l’appareil d’État.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 26 octobre 2017.

Powered by Comores infos