You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani et le Mufti défroqué volent les pèlerins

Azali Assoumani et le Mufti défroqué volent les pèlerins

Azali Assoumani et le Mufti défroqué volent les pèlerins

Le déchirant cri du cœur d’une Comorienne digne et noble

Par ARM

      J’ai versé des larmes en visionnant cette vidéo très poignante, déchirante et qui fend le cœur. Je croyais avoir tout vu et tout entendu sur les dirigeants comoriens. Or, cette fois, on plonge dans l’horreur la plus horrible et la plus horrifiante. Sur cette vidéo au récit tout droit sortir de l’Enfer, on voit une de nos sœurs en pèlerinage à La Mecque, dans une dignité totale, exprimer l’horreur absolue vécue en Arabie Saoudite par les pèlerins comoriens, abandonnés des autorités comoriennes et logés au petit bonheur la chance à un endroit où se trouvait juste le drapeau comorien, mais qui n’a été retenu par personne, puisqu’il s’agit d’un repère de punaises, moustiques, cafards et cancrelats, et où sévissent les phtiriases. Le scandale a éclaté le jour où nos pèlerins ont été chassés de l’hôtel par la faute du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri et son Mufti défroqué et mendiant. Les autorités ont tout fait pour occulter le scandale, mais celui-ci a éclaté.

Écoutons notre noble sœur pousser son cri du cœur, qui est devenu le nôtre: «Nous sommes arrivés ici, et on nous a emprisonnés ici, à La Mecque. Nous ne voyons pas la mosquée, nous ne pouvons pas aller faire la prière. Nous n’avons même pas de l’eau pour faire nos ablutions. Nous n’avons même pas un lieu pour dormir. Nous sommes confrontés aux punaises, aux moustiques et aux cafards. Nous n’avons pas un endroit pour dormir. Nous souffrons. Nous sommes en prison ici. Nous n’avons aucun lieu pour faire des réclamations. Nous avons appelé les agences de voyages. Nous avons réclamé leur aide. Nous avons appelé les agences de voyages et nous avons dit ce qui se passe. Elles disent que c’est l’État comorien qui est responsable de cette situation. L’État comorien nous dit qu’il n’y est pour rien. Nous ne connaissons pas l’identité de ces gens qui disent qu’ils nous ont trouvé un hébergement quelque part. Nous n’avons même pas de l’eau potable. Ces gens-là ont pris un lieu d’hébergement quelque part, mais ces maisons, ce ne sont pas eux qui les ont louées.

      Ces gens-là, nous ne les avons jamais vus. Nous souffrons atrocement ici, et nous ne voyons pas où ils se cachent. Ce n’est qu’au troisième jour où, paraît-il, ils avaient fait leur apparition, mais nous, les pèlerins, ne les avons pas vus. Ils n’avaient été vus que devant les agences de voyager pour raconter des mensonges. Ils prétendent avoir loué un logement, mais ce ne sont pas eux qui ont loué ce logement. C’est ici où nous avons vu flotter des drapeaux comoriens. Qui les a plantés ici, puisque cela n’a été fait ni par l’État comorien, ni par les agences de voyages? Alors, qui a planté ces drapeaux comoriens ici? C’est un endroit où ne vit personne, et c’est ici qu’on nous a placés dans un état de bannissement. Souffrez moralement pour nous en signe de solidarité, souffrez moralement en signe de solidarité pour nous parce que nous sommes fatigués. Nous sommes fatigués. Nous sommes fatigués. Que celui ou celle qui verra cette vidéo fasse entrer de la compassion et de la foi dans son âme, en pensant à nous, parce que nous souffrons. Nous souffrons atrocement, atrocement».

      Cette femme est non seulement digne et noble, mais également courageuse parce qu’en cette période de fin de règne aux Comores, son discours peut la conduire directement en prison à son retour aux Comores. Elle a tenu son discours avec courage, en s’en remettant à Dieu. Nous attendions tous le témoignage de nos pèlerins pour connaître l’horreur et le scandale entourant le pèlerinage des Comoriens cette année. Nous y voilà donc. Qu’on se dise la vérité: les voleurs chefs des voleurs sont à l’origine de ce fiasco sont le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri et son Mufti défroqué et mendiant. Ces deux individus sont les pires voleurs engendrés par les Comores. Ce sont des brigands, des bandits de grand chemin.

Après avoir suivi ce discours fort poignant, on ne peut qu’être blessé dans les profondeurs de son cœur et de son âme. Naturellement, Ikililou Dhoinine et ses Mohéliens de Bête-Salam doivent avoir fière allure avoir détourné et fraudé l’élection présidentielle de 2016 pour l’attribuer à un malfaiteur qui avait ruiné les Comores en 1999-2006 et qui a quitté Bête-Salam le 26 mai 2006 sous les huées, injures, quolibets et malédictions des Comoriens. Le fugitif international pédophile Hamada Madi Boléro doit avoir fière allure en ce moment, lui qui orchestrait physiquement la fraude électorale de 2016 pour ramener au pouvoir un voleur doublé d’un assassin et d’un mécréant qui engrosse les femmes avant de les offrir à ses ministres des Finances et à ses Directeurs de Douanes pour jouer les baby-sitters pour les bâtards qu’il essaime partout. Le Mufti défroqué et mendiant de Ntsoudjini doit avoir fière allure, lui qui a défoncé des portes ouvertes et prêché le convaincu Ikililou Dhoinine sur le fait que l’assassin, fornicateur et voleur Azali Assoumani Boinaheri était «le vrai et bon Musulman» à qui il fallait confier le pays et non Mohamed Ali Soilihi, le vrai vainqueur de l’élection à 56,63%.

En ce moment de douleur et de colère, les Comoriens auraient aimé voir la petite gueule de fouine du beau gosse de Ntsoudjini, Saïd Ahmed Saïd Ali, le criquet pèlerin doublé d’un voleur de l’argent des solliciteurs de visas Schengen, un abominable bavard toujours prompt à débiter les pires âneries pour défendre l’indéfendable, le régime politique abject du «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri, un triste sire que le Mufti défroqué et mendiant de Ntsoudjini a élevé au rang d’«Imam des voleurs, fornicateurs et assassins».

Nous assistons au début de la fin d’un régime politique absolument ignoble et honni, un régime politique qui, en pays musulman, bat à mort et emprisonne des Musulmans qui ont célébré l’Aïd Al-Kabir le même jour que les autres Musulmans du monde. Félicitations, cher Saïd Larifou…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 9 septembre 2017.

Powered by Comores infos