You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani et Robert Mugabe, 2 frères de sang

Azali Assoumani et Robert Mugabe, 2 frères de sang

Azali Assoumani et Robert Mugabe, 2 frères de sang

Leur entêtement dictatorial d’âne rouge? Du pareil au même

ARM

      Robert Gabriel Mugabe, né le 21 février 1924, dictateur du Zimbabwe et modèle politique du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri, vient de mordre la poussière. La goutte d’eau qui a fait déborder l’antique «Ntsazi» de Moili-Mdjini à Mohéli, est la folie d’un dictateur sans imagination qui voulait mourir au pouvoir et qui, le jour de mort, voulait laisser la place à sa douce épouse, l’inimitable Grace. Grace est un phénomène de la nature et de la «politique», elle qui, en quelques jours de présence à l’Université du Zimbabwe, est devenue Docteur en Lettres. Il m’en avait fallu 7. 7 ans! Il se trouve que le Chancelier de l’Université du Zimbabwe n’est autre que «Bob», son charmant mari. Cherchez l’erreur.

Aux Comores, il y a la Sultane Ambari, même si elle n’a jamais manifesté publiquement la volonté de devenir Présidente «à l’horizon 2030», tout juste après son mari «émergent». Mais, ses méthodes prédatrices et ambitions kleptocratiques sont connues de tous et de toutes. Elle contribue à enterrer vivant son cancre de mari, comme Grace a été fatale au sien, qui a poussé la plaisanterie tellement loin qu’elle a déclaré que le bon Robert Gabriel Mugabe sera élu par tout le peuple du Zimbabwe même après sa mort. Charmant. Sympa, aussi. Robert Gabriel Mugabe est tombé juste après avoir destitué son Vice-président et successeur constitutionnel pour une future intronisation de sa douce et charmante Grace. Aux Comores, il n’y a pas eu de destitution de Vice-président, mais une foutaise appelée assises, une foutaise criminelle qui divise les Comores et va les faire imploser.

Aujourd’hui, foin de longs discours, lisons une sourate du Coran:

«Que périssent les deux mains d’Abou Lahab et que lui-même périsse. Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu’il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes, de même sa femme, la porteuse de bois, à son cou, une corde de fibres» (CXI, Les Fibres, 1-5).

      Pour rappel, Abou Lahab («Le Père du feu») est le seul contemporain du Prophète dont le nom est cité dans le Coran. Il a été le précurseur de Robert Gabriel Mugabe et du «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 16 novembre 2017.

Powered by Comores infos