You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani et son raccommodage de porcelaine

Azali Assoumani et son raccommodage de porcelaine

Azali Assoumani et son raccommodage de porcelaine

Mauvais Président avec des alliés encombrants se haïssant

Par ARM

     S’unir dans le but de frauder une élection est une activité qui peut mettre autour de la même table beaucoup de malfaiteurs. Ça y est. C’est fait. Les malfaiteurs ont fait leur show et ont brillé par leur capacité à ne «briller» que dans les combines politiciennes à la fois louches et honteuses. Maintenant, ces gens-là ont tous les pouvoirs. Pourtant, un constat s’impose: comment des gens qui ont passé leur vie à se détester et à se mépriser peuvent-ils travailler ensemble? Les exemples foisonnent. L’homme qui n’a jamais eu honte de s’afficher en public pour les besognes les plus sales en faveur d’Azali Assoumani est Kiki. Mais, comment celui-ci va-t-il travailler avec un Ahmed Sambi, naguère son «bienfaiteur», qu’il tiendra par la suite en piètre estime, cassant constamment du sucre sur son dos? Et puis, il y a l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro, l’homme le plus haï et détesté par Ahmed Sambi sous la présidence d’Ikililou Dhoinine. Et Hamada Madi Boléro n’a jamais caché son mépris et sa haine envers le même Ahmed Sambi. Aujourd’hui, Ahmed Sambi et Hamada Madi Boléro se retrouvent sur le même tapis, chez Azali Assoumani, leur trait d’union. Bien plus, un visiteur du soir de Beït-Salam au temps des Mohéliens affirme, la main sur le cœur, qu’Ikililou Dhoinine ne comprenait pas l’alliance de circonstance entre Azali Assoumani et Ahmed Sambi, étant donné que chaque fois, c’est-à-dire souvent, qu’Azali Assoumani lui rendait visite, c’était pour médire et dauber sur Ahmed Sambi. Aujourd’hui, Ahmed Sambi est devenu le chef d’Azali Assoumani. Voire…

     Le plus beau reste à venir. On se souvient du discours tenu par le candidat d’Ahmed Sambi à Marseille le 17 janvier 2016, discours dans lequel, on retrouve le succulent morceau suivant: «Il paraît que Boléro a fait une réunion et a rassemblé des gens du pouvoir et des gens qui, paraît-il, ont de la puissance. Il leur a dit: “Faites ce qu’il y a lieu de faire, mais Fahmi ne doit pas être parmi les trois. Fraudez, faites ce qu’il faut faire, mais il ne doit pas être parmi les trois”. Je veux parler au frère Boléro. Je te parle devant un public. Je n’ai jamais parlé de toi, mais je te dis de faire attention. Fais attention. Fais attention, Boléro. Cette fois-ci, ça va mourir à Sankoulé, mais tu ne vas pas plus régner sur notre pays. Nous te disons: ça va mourir à Sankoulé. Moi, je suis le descendant de Moilim Mchandzé. Moi, je suis le descendant d’Al-Habibi. Moi, je suis le fils de Saïd Ibrahim. Nous te mettons en garde. Nous allons nous bagarrer contre toi, cher Boléro. Boléro, tu as joué avec ce pays pendant de nombreuses années. Boléro, tu as fait des dégâts pendant de nombreuses années. Boléro, tu te fais menaçant depuis de nombreuses années. Mais, nous te prévenons que nous ne sommes pas des lavettes. Nous te prévenons que si tu provoques du désordre, toi, Ikililou Dhoinine et les autres responsables, vous assumerez les conséquences de ce qui se passera dans notre pays». Aujourd’hui, les deux hommes se retrouvent autour d’Azali Assoumani. Émouvant!

     Il y a encore plus beau. Au deuxième tour de l’élection gubernatoriale de Mohéli en 2016, Mohamed Saïd Fazul et Hadidja Aboubacar s’étaient retrouvés face à face dans une haine à couper au couteau. Or, Azali Assoumani, qui a été aidé par Ikililou Dhoinine pour accéder frauduleusement à la Présidence s’apprête à nommer Hadidja Aboubacar Coordinatrice du Gouvernement de l’Union à Mohéli, «pour services rendus». Mohamed Saïd Fazul, Gouverneur de Mohéli, qui a fait allégeance à Azali Assoumani, les genoux à terre, n’apprécie parce qu’il sait que cette nomination n’a qu’un seul but: l’empêcher de respirer et de vivre, en attendant la préparation de la vengeance sanglante de Hadidja Aboubacar en 2021.

     Azali Assoumani lui-même ne sait pas où il en est avec ses faux frères devenus ses alliés «circonstanciels de temps». À preuve, au cours d’une conférence de presse tenue à Fomboni le 30 décembre 2015, il devait répondre à la question suivante posée par Mohamed Halidi: «Nous voudrions en savoir plus sur votre compagnonnage avec le Gouverneur Achiraf et votre compagnonnage avec Mohamed Saïd Fazul au sujet de l’élection au Gouvernorat de Mohéli, dans la mesure où, dans le cas des membres de la CRC, certains votent Achiraf, d’autres votent Fazul». On avait alors entendu l’éternel putschiste éternellement sorti d’urnes truquées par le fugitif international Hamada Madi Boléro se lancer dans les divagations suivantes: «Par contre, ce que je ne comprends pas à Mohéli, c’est que Fazul n’a jamais été à la CRC. Je ne comprends donc pas pourquoi vous mentez sur notre compte en prétendant qu’à la CRC, on se bagarre à cause de Fazul. Fazul n’a jamais été à la CRC. Fazul, je l’ai soutenu à trois reprises, mais il n’a jamais été à la CRC. Le reste, c’est vous qui le savez, c’est vous qui nous diriez ce qu’il en est. Cette fois-ci, la CRC a décidé de prendre Achiraf par alliance. Dieu a voulu qu’il soit membre de la CRC maintenant. Aujourd’hui, s’il y a des gens de la CRC qui sont ailleurs, ce n’est pas normal. Mais, ces gens-là ne représentent pas la CRC. Ce sont des gens qui ont refusé de suivre la ligne définie par le parti et ce n’est pas normal. Alors, ne croyez pas que ces choses constituent un monopole pour Mohéli. Par contre, les Anjouanais nous ont donné des leçons que nous devons louer parce qu’à Anjouan, il y avait deux candidats. L’un a été choisi, et le deuxième est devenu le Directeur de sa campagne électorale. […]. À la Grande-Comore, les gens ont eu quelques tiraillements. Ici, vous assimilez tout à des tiraillements.

     Je peux vous certifier que jusqu’en ce moment, et vous pouvez le demander à Fazul, il ne m’a pas appelé une seule fois, et il ne m’a vu ne serait-ce qu’une seule fois pour me parler de ses affaires. Vous pouvez le lui demander. Je ne sais pas avec qui il parle, mais si nous mettons de côté les années passées, je ne sais plus depuis combien d’années nous n’avons pas échangé. […]. Depuis 2010, quand nous le soutenions, et quand il perdit les élections, je ne me souviens pas d’une seule fois où il m’a appelé ou est venu me voir à la Grande-Comore, mais ça, il ne faut pas le dire à la radio. Maintenant, il a des ambitions, il y va. C’est normal. Il est normal pour lui d’avoir des ambitions. Mais, qu’on me cite un seul moment où il est venu me voir pour discuter. S’il est là et s’il tourne, ça n’engage que lui. Mais, je vous dis que s’agissant des gens de la CRC qui suivent Fazul, la chose est possible. Cependant, ils n’ont pas été mandatés par la CRC. Ce sont des gens qui font des choses sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord, et je les ramène à la raison parce qu’aujourd’hui, il doit y avoir une discipline du parti, et quand le parti prend une décision, tout le monde doit s’y conformer».

     Du gloubi-boulga. Tout ce verbiage relève du gloubi-boulga. Comment donc Azali Assoumani va respirer par le nez d’Ahmed Sambi, l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro par celui du candidat d’Ahmed Sambi, Hadidja Aboubacar par celui de Mohamed Saïd Fazul? Amusant! Au même moment, comment Azali Assoumani va-t-il gérer, à Mohéli, la relation pourrie entre son chouchou Achiraf Ben Cheikh et son Vice-président Abdallah Saïd Sarouma, dans un climat marqué par l’affichage des ambitions ministérielles d’Achiraf Ben Cheikh, qui ne font pas sauter de joie Abdallah Saïd Sarouma, qui a fait des promesses ministérielles à d’autres personnes? Ça va être la joie pour Azali Assoumani, qui aura plus à gérer ses «amis» qu’à s’occuper de ses adversaires et ennemis. Bon courage…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 27 mai 2016.

Powered by Comores infos