You are here: Home » OPINION » Azali Assoumani , l’homme d’Etat qu’il faut pour ouvrir les Comores et le faire émerger

Azali Assoumani , l’homme d’Etat qu’il faut pour ouvrir les Comores et le faire émerger

Jacques Duhamel, ancien ministre français des affaires culturelles (1971-1973) disait que « L’Etat n’est pas là pour créer la culture, mais pour l’aider à naître ». En m’inspirant de cette citation de M. Duhamel, j’ai envie de comprendre le rôle que joue et doit jouer l’Etat comorien pour l’art et la culture dans notre pays ? Quel homme politique nous faut-il pour mettre cette question au centre des débats ? Ces questions que je me pose renvoient encore à d’autres questions sur l’organisation en soi du secteur propre à la culture et aux arts dans le pays : quelles institutions pour l’art aux Comores ? Quelles politiques gouvernementales pour promouvoir les projets artistiques, les artistes premiers acteurs fondamentaux ? Vers quels promoteurs potentiels financiers s’orienter pour développer l’art et la culture aux Comores, Comment encourager l’artiste et lui permettre de vivre de son œuvre ?

Le 10 avril, Il nous faut un homme ouvert

Les Comoriens doivent comprendre que pour être à la hauteur de tous les défis actuels du pays (défis sociaux, économiques, financiers, religieux, moraux, culturels…), il leur faut un responsable politique ouvert. Or, l’on ne serait homme ou femme ouvert (e) que lorsqu’on est capable de s’élever au-dessus de soi-même. S’élever au-dessus de lui-même, c’est faire de la culture une condition d’aspiration à la liberté, ce qui suppose nécessairement avoir les capacités intellectuelles du recul par rapport aux évènements et aux hommes qui sont au centre de ces évènements.

C’est ce qui s’est passé chez Azali Assoumani depuis 2006 lorsqu’il a quitté le pouvoir. Son silence, sa patience, sa constance, sa véhémence surtout de continuer à observer l’évolution du pays sur place représentent des qualités humaines exceptionnelles de cet homme d’Etat. Grâce à ces qualités, on mesure ainsi combien Azali Assoumani est un homme très ouvert au monde, ouvert à la curiosité, ouvert à la prise de conscience du réel, de ce qui se passe ici et là, à la complexité des situations qui se présentent en nous, en lui. Et de ce fait, il reste l’homme de la situation qui puisse nous ouvrir des univers nouveaux à la hauteur des défis qui nous attendent : des défis techniques, des défis artistiques, des défis scientifiques, des défis, des défis aussi historiques, écologiques, sportifs…

Bien que son statut d’homme d’Etat chevronné reste pour lui une noble réalité sa facilité de se rapprocher aux autres, Azali Assoumani est un homme accessible dont le rapprochement avec l’autre n’est soumis à aucune condition. C’est un homme de trait d’union, il est l’homme de l’Union, ses rapports avec les autres sont un acquis qui font de lui l’homme de la situation aujourd’hui encore et encore pour des Comores prospères.

Un homme qui croit aux capacités des pouvoirs publics pour porter des solutions à l’artiste comorien

Si la culture comble un besoin d’épanouissement pour l’homme et qu’Azali Assoumani a bien compris cela depuis bien longtemps, c’est que le président sait aussi et surtout que l’épanouissement est un besoin de vie que la culture elle-même peut satisfaire. L’approche que notre candidat a pour la culture fait de lui un homme complet qui prend librement ses responsabilités quand il faut le faire. Ce sont ces qualités qui permettent à l’individu d’être épanoui. Ce fait d’être épanoui permet à Azali Assoumani de comprendre les attentes des Comoriens en général est des artistes nationaux en particulier.

Puisqu’il est un homme sociable, il sait écouter l’autre. Puisqu’il est attentif, Monsieur le président accorde plus d’importance aux conseils des autres. Puisqu’il est un homme rodé de culture, il sait se servir des apports des autres pour avancer. En élisant Azali Assoumani le 10 avril prochain, vous donnez espoir à l’avenir du pays, vous portez un homme soucieux à la tête de l’Etat, un homme auquel nos propositions et suggestions seront entendues et mises en pratique au profit de la culture telles que :

  • La légitimité de l’action associative aux
  • La volonté de reformer le pays, de repenser l’administration et les institutions au profit de la culture en créant par exemple pour le secteur de la musique, une Direction de la Musique, de la Danse, du Théâtre et des Spectacles.

Chers artistes des Comores, Comoriennes et Comoriens, faites alors du 10 avril 2016 une journée historique pour une Union des Comores forte en élevant votre niveau de pensée, en choisissant l’homme qu’il faut pour « faires des Comores un pays émergeant ». Faites-le pour vous, pour nous, pour vos enfants, pour notre avenir tout court.

Powered by Comores infos