You are here: Home » Uncategorized » Azali Assoumani n’a pas un sou pour l’hôpital de Moroni

Azali Assoumani n’a pas un sou pour l’hôpital de Moroni

Azali Assoumani n’a pas un sou pour l’hôpital de Moroni

Où est la fausse monnaie jadis amassée avec Mohamed Bacar?

Par ARM

      La chose est de notoriété publique. Le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri, le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro et le danseur de «Bumping» Saïd Larifou sont les ennemis déclarés du débarquement militaire qui, le 25 mars 2008, a mis fin à 11 ans et 1 mois de dictature séparatiste à Anjouan. Ces trois lascars n’ont rien proposé et ne trouvent pas qu’on ne négocie pas 11 ans et 1 mois pour un problème sur lequel des accords ont été conclus par l’État comorien et les séparatistes anjouanais, accords que ces séparatistes violaient systématiquement, par irresponsabilité et mauvaise foi.

Quand on écoute les discours des trois zigotos et quand on lit les prétendus livres du putschiste Azali Assoumani Boinaheri et du fugitif international polygame Hamada Madi Boléro, on est scandalisé par la complaisance démagogique des deux lascars envers leur petit copain Mohamed Bacar, ancien dictateur séparatiste d’Anjouan. Les deux zigotos du Hambou que sont le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro et le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri avaient installé le dictateur séparatiste au pouvoir et le nourrissait.

Par la suite, le trio mafieux se spécialisa dans les trafics de différentes sortes à partir de Mutsamudu, ville transformée en zone off-shore pour toutes les saletés du monde. Ce fut «l’âge d’or» d’une fausse monnaie chère à ma copine la Sultane Ntibe Ambari, quand elle avait le monopole total sur la vente des téléphones portables, pompait goulûment l’argent de Comores Télécom, des Hydrocarbures et de la Direction des Impôts. C’est l’époque où ma grande sœur bien-aimée la Sultane Ntibe Ambari, dans son immense bonté, pouvait jeter des allumettes ayant pris feu sur des bidons d’essence à la Direction des Impôts pour éliminer toutes les traces de ses pompages et siphonages d’argent de l’État. Quelle grandeur d’âme!

Donc, quand les deux lascars du Hambou s’insurgent contre le débarquement militaire du 25 mars 2008, c’est pour défendre le business abject qu’il faisait avec leur ami d’Anjouan.

Justement, leur business passé pourra être utile aujourd’hui parce que le soudard Azali Assoumani Boinaheri, le spécialiste de la démolition, a cassé l’Hôpital El-Manrouf, malgré sa forte charge sentimentale et symbolique, mais n’a pas un centime pour financer «l’hôpital de 7 étages» qu’il promet aux Comoriens au nom de «l’émergence dansante et verbale». Dès lors, la seule possibilité qu’a le tyran de village pour financer ses chimères mégalomaniaques est la résurrection de l’argent sale de ses saletés avec le dictateur séparatiste Mohamed Bacar et le fugitif international polygame Hamada Madi Boléro.

Mais, avant de s’occuper de la résurrection du magot, le Sultan de Mitsoudjé doit se pencher dans les plus brefs délais sur le cas Fouad Goulam, Commissaire général au Plan, qui se démène pour que sa légitime épouse ne sache pas que sur votre site préféré, il a été révélé qu’il entretient sa copine, une étudiante, dans une résidence universitaire à Évry, la capitale de l’Essonne, en France, à raison de 1.000 euros par mois, et y vit quand il passe en France.

Le même Sultan Ntibe de Mitsoudjé doit calmer les ardeurs criminelles et vengeresses de son chaouch Maoulana Charif, de sinistre mémoire, qui vient de détourner le projet de construction de la route Oichili-Dimani, route qui ne passe plus par Koimbani et les autres endroits du Plateau du Oichili. Pourquoi? Parce qu’il veut «punir» ses ennemis intimes: Youssouf Boina et Djaé Ahamada Chanfi, tous deux de Koimbani-Oichili. Le délire continue dans la tête de certains acteurs politiques du Oichili.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 4 septembre 2017.

Powered by Comores infos