You are here: Home » ANALYSE » Azali Assoumani ou l’épopée d’un Grand Ambitieux tranquille !

Azali Assoumani ou l’épopée d’un Grand Ambitieux tranquille !

Azali Assoumani pourrait enfin murmurer « Quelle histoire » après qu’on lui apprit qu’il était réélu président de l’Union des Comores qu’il a lui-même initiée et inaugurée en tant que premier président entre 1999 et 2006. A-t-il pris tout le monde sur le coup par surprise ? – Pour les uns – sa réélection sonne comme un exploit alors que pour d’autres, – c’est autant une « histoire ». Que n’a-t-on pas entendu sur les supposées incapacités de faire un score de 1% ? Avec les rebondissements perpétuels du double scrutin du 21 février 2016, Azali Assoumani a prouvé qu’il pouvait dominer l’animal politique le plus coriace, le plus dure de sa famille politique, loin encore, l’animal le plus ferme et résistant de sa génération et des autres générations d’avant et d’après lui (toutes représentées dans les primaires).

Mohamed Ali Soilihi candidat malheureux et vice-président du président sortant Ikililou Dhoinine portait le poids d’une situation sociale insupportable colmatée par les affaires troubles de corruption dont l’Etat est explicitement la grande victime. Le pays s’est fragilisé ces dix dernières années par les improvisations dans la gouvernance des affaires et fonctionnement de l’Etat. Dans ce climat, le désir d’alternance n’en était que plus fort. La victoire d’Azali Assoumani est, tout de même le synonyme d’une performance : Azali, ancien président avait quitté le pouvoir en 2006 après avoir incarné un leadership d’un parti l’ayant ramené au pouvoir en 2002, une famille politique qu’il a su créer avec de nombreux cadres proches. Il est resté dans le pays durant toutes ces années, son parti sort renforcé lors du scrutin législatif de 2015 faisant taire ceux qui criaient son effondrement, arrive à gérer la crise interne qui le séparait de Houmede Msaidié et d’autres cadres du parti…Chapeau l’artiste ! Notre souhait est qu’il réussisse à montrer autant de talents pour surmonter les difficultés prévalant dans le pays, soulager tout un peuple ayant fait appel au secours et prouver l’épopée de l’homme ambitieux tranquille qu’il est.

Qu’aurait-il promu Azali Assoumani à sa famille politique, aux Grands Comoriens dans le cadre des primaires de février 2016 attestant son optimisme profond quant à l’issue de ce scrutin lui étant favorable malgré les péripéties heurtées ? Nous nous autorisons cette jolie formule imaginaire qui collerait à cette série de réalités vécues depuis février 2016 : « Placez-moi au rang des trois premiers prétendants le 21 février et je prends le pouvoir. »

Powered by Comores infos