You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani patauge et pédale dans la semoule

Azali Assoumani patauge et pédale dans la semoule

Azali Assoumani patauge et pédale dans la semoule

L’échec par «Tonton-m’a-dit» et Hamada Madi Boléro

Par ARM

     Le «pouvoiriste» Azali Assoumani et son âme damnée, l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro, actuellement en voyage de foutaise en Allemagne, ont perdu la voix. Pour tout dire, leur «pouvoirisme» et l’adoration des magouilles ayant conduit à l’attribution du sobriquet «Makridine», «le religieux de la magouille», à Hamada Madi Boléro, les ont conduits dans une voie en impasse. Ils croyaient qu’il suffisait de voler la victoire de Mohamed Ali Soilihi pour que tout se mette à leur sourire. Eh bien, non! Ils sont plongés dans un puits sans fond, et ce ne sont pas les méthodes crapuleuses que l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro avait expérimentées sous la présidence soporifique et momifiée d’Ikililou Dhoinine qui vont sauver le duo maudit de la honte. À ce jour, personne ne voit où vont le «pouvoiriste» Azali Assoumani et son âme damnée qu’est le même ancien fugitif international Hamada Madi Boléro. Ils sont dans le flou total. Même certains de leurs fervents soutiens commencent à se poser de bien utiles questions, des questions qui se posent parce que le doute s’est installé dans les esprits. Toute cette mascarade était prévisible.

     L’un des plus grands ratages du «pouvoiriste» Azali Assoumani et de son âme damnée, qui n’est autre que l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro réside dans l’absence totale de perspectives. Ces gens-là envisagent quoi pour sortir les Comores du marasme? Ils ne le disent pas parce qu’ils ne le savent, et s’ils ne le disent pas, c’est qu’ils ne l’ont pas préparé. Ils se contentèrent d’organiser une immense fraude électorale dans la menace d’une guerre civile et dans la terreur, mais n’avaient rien prévu pour gérer une «victoire» qu’ils n’auraient jamais pu remporter à la suite d’une élection libre, transparente et démocratique. Et les méthodes qui ont causé le naufrage de l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro hier se reproduisent aujourd’hui à travers Sa Suffisance Son Auguste Excellence Monsieur Hamadi Idarousse, le neveu de son oncle Azali Assoumani, joliment surnommé «Tonton-m’a-dit», le désormais secrétaire général du gouvernement par la volonté de son tonton bien-aimé et aimant.

     En effet, pour parler des méthodes de gouvernance douteuses du «pouvoiriste» Azali Assoumani et de son âme damnée Hamada Madi Boléro, le plus grand fugitif international de l’Histoire des Comores, des origines à nos jours, il n’est plus interdit de parler de «méli-mélo pathétique d’Azali Assoumani». D’ailleurs, quand tel «intello» à la solde du «pouvoiriste» Azali Assoumani cherche à justifier la nomination de «Tonton-m’a-dit», le périlleux exercice aboutit dans un cul-de-sac, et finalement par une mise en garde contre ce qu’au fond de lui-même, il a du mal à avaler. Il faudrait songer à demander au fameux «intello» quelle réalisation «Tonton-m’a-dit» pourrait faire au service du pays? Et qui lui a dit qu’un secrétaire général du gouvernement est une sorte de Premier ministre, surtout dans un système institutionnel qui est déjà doté trois Vice-présidents?

     Il faudra signaler à cette bande de bambochards enfarinés et endimanchés que le jour où le pauvre petit Mohélien de Beït-Salam Saïd-Mohamed Ali Saïd voulut se donner un tel air, le ciel avait failli lui tomber sur ses frêles épaules. Il en est de même pour l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro. Un jour, tout juste après sa nomination à la fonction de Directeur du Cabinet du Président chargé de la Défense, le futur fugitif avait préparé et fait lire un texte mafieux et crapuleux à Ikililou Dhoinine, précisant solennellement qu’il était chef de l’État et chef du gouvernement, comme si la Constitution ne l’avait pas précisé. Pressentant l’entourloupe à la Hamada Madi Boléro, qui pouvait laisser supposer entre les lignes que le Président pourrait déléguer la 2ème fonction à une personne de son choix parmi ses ministres et collaborateurs, les Vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane avaient refusé de prendre part à cette cérémonie crapuleuse improvisée à Beït-Salam. Le lendemain, en conseil des ministres, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi signifia au triumvir de la haine et du mépris constitué d’Ikililou Dhoinine, Hamada Madi Boléro et Saïd-Mohamed Ali Saïd qu’il n’assisterait jamais à une rencontre officielle convoquée par texto, une trouvaille mondiale des Mohéliens de Beït-Salam. Par la suite, Saïd-Mohamed Ali Saïd avouera que ce fut une idée «lumineuse, éclairée et éclairante» du futur fugitif international Hamada Madi Boléro.

     En tout état de cause, il y a une réalité que l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro ne veut pas admettre: sur le plan institutionnel stricto sensu, les collaborateurs du Président ne seront point au-dessus des Vice-présidents, comme ce fut le cas quand le «pouvoiriste» Azali Assoumani avait recouvert de gravats et d’ordures ses Vice-présidents Caambi El-Yachouroutu et Ben Massound Rachid. Et voilà qu’un pseudo-théoricien d’Azali Assoumani dans sa deuxième présidence illégitime voudrait présenter un scénario mal ficelé, mélangeant sa littérature et ses états d’âme en embuscade avec du Droit constitutionnel, qu’il doit dire où il l’a appris. Cela étant, «Tonton-m’a-dit» aura beau être secrétaire général du gouvernement, le peuple ne demandera des comptes qu’aux Vice-présidents médiocres qu’Azali Assoumani a choisis en parfaite connaissance de cause, des individus dont on connaît la médiocrité et la vénalité. Et, dans tout ça, on voit bien qu’après le haineux professionnel et pathologique Idriss Mohamed Chanfi, le malaise s’est installé chez les idéologues «pouvoiristes», en un mois à peine d’exercice mafieux d’un pouvoir crapuleux. Une seule question se pose alors: que propose l’ancien fugitif international Hamada Madi Boléro, lui qui connaît tout?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 25 juin 2016.

Powered by Comores infos