You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani tué par l’arnaque subie par MAMWÉ

Azali Assoumani tué par l’arnaque subie par MAMWÉ

Azali Assoumani tué par l’arnaque subie par MAMWÉ

Les voleurs au pouvoir enrichissent des escrocs étrangers

Par ARM

     Cocorico! Youyou! Haha haha! Le ricanement est de rigueur parce que, le jeudi 25 août 2016, était publié l’article «Azali Assoumani, MAMWÉ et Salama: un pet dans l’eau. Pour MAMWÉ, une boîte de béton indélicate et controversée». On est obligé de ricaner parce que cet article nous apprend ce qui suit, suite aux vantardises de Djaanfar Saïd Ahmed Hassani – signataire de l’accord avec Salama Blablas –, qui se prend pour le David Ricardo des Comores, alors qu’il ne connaît rien en économie et en contrats internationaux: «Et voilà qu’on apprend que le David Ricardo du pouvoiristeAzali Assoumani signe des contrats avec une société au doux nom de Salama International Trading Company Limited pour mettre fin à la crise de l’énergie aux Comores, en secouant la moribonde MAMWÉ. Si le ridicule pouvait tuer… Les Comoriens qui savent qui est Salama Blablas sont morts de rire parce qu’il ne s’agit pas d’une société travaillant dans l’énergie, mais dans le béton. Oui, face à des vrais problèmes, le pouvoiristepolygame Azali Assoumani impose de fausses solutions et a recours à de fauxsolutionneurs”.

     En faisant le lèche-cul à Salama Blablas, l’usurpateur vient de prouver une fois de plus sa nullité crasse. Salama Blablas présente une autre malédiction: partout où elle passe, ça se termine par un immense bordel avec les autorités locales. Lepouvoiristeest donc parti chercher des débris sous forme de déchet non recyclable pour continuer à enfoncer les Comoriens dans la crise de l’énergie, synonyme de ténèbres et de soif. Et, ce n’est pas la première fois que cet homme foncièrement corrompu et incompétent ramène des déchets aux Comores, notamment dans le domaine de l’énergie, pour continuer à enfumer, plumer et voler les Comoriens. C’est d’un pathétique. Ceux qui croient que la moribonde MAMWÉ va bondir de la mort se trompent lourdement. Une somme de 10.485.000 euros va être jetée aux fenêtres pour cette nouvelle folie. 5 milliards de francs comoriens vont partir en fumée».

     Quand ces lignes ont été écrites, tout avait été dit: «ARM est aigri», «ARM voulait être ministre», «ARM écrit n’importe quoi car il n’aime pas les autorités actuelles», etc. Pourtant, ce qui était prédit à l’époque se réalise aujourd’hui. La société Salama Blablas, spécialisée dans le béton et qui n’a aucune compétence en matière d’énergie mais appartenant à des amis de l’usurpateur Azali Assoumani, a empoché les 5 milliards francs comoriens et a pris la fuite. Son chef est injoignable et introuvable. Les 5 milliards de francs comoriens ont disparu, et les séides d’Azali Assoumani Baba fuient leurs téléphones pour ne pas avoir à s’expliquer sur cette escroquerie de 5 milliards de francs comoriens. Dès lors, une question se pose: quel est le pourcentage perçu par le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani dans cette escroquerie? Est-il possible que cette escroquerie soit opérée sans que le voleur de Beït-Salam ne soit pas bénéficiaire d’une dîme, à la manière des bordeliers? Allons, allons… N’oublions que quand il a été reproché au dictateur de Moroni d’avoir donné tout cet argent à des étrangers sans même un appel d’offres, il avait crânement répondu que ce qui intéressait les Comoriens c’était l’électricité et non le respect de la Loi! Or, l’argent des Comoriens et ses amis ont disparu, les problèmes d’électricité sont restés intacts, et la Loi a été cocufiée.

     On est très étonné par cette façon cavalière d’insulter les Comoriens, surtout quand on sait que le dimanche 17 janvier 2016, le futur Grand Vizir de l’usurpateur disait, lors de son meeting de Marseille: «Et il y a une loi qui oblige à ce que chaque fois qu’il y a un marché portant sur une somme conséquente, il faut ce qu’on appelle un appel d’offres pour voir qui est le moins disant, et cet appel d’offres n’a jamais été fait. Ils voulaient enrichir leurs amis. L’argent qui était dans le compte de l’État est passé dans le compte de Colas, et nous ne savons pas ce qui s’est passé entre eux et Colas, et seul Dieu le sait. Mais, je vous laisse réfléchir sur ce qui s’est passé entre eux». Pourquoi le Grand Vizir n’a pas répété la même chose à son chef quand il fricotait avec Salama Blablas? Aujourd’hui, on peut dire des membres du gouvernement dont il fait partie: «Ils voulaient enrichir leurs amis. L’argent qui était dans le compte de l’État est passé dans le compte de Salama, et nous ne savons pas ce qui s’est passé entre eux et Salama, et seul Dieu le sait. Mais, je vous laisse réfléchir sur ce qui s’est passé entre eux». C’est ce qu’on appelle l’accusateur accusé.

     Aucune des autorités concernées par l’évaporation des 5 milliards de francs comoriens ne veut s’expliquer sur le sujet. Elles sont subitement devenues muettes. Pour sa part, Djaanfar Saïd Ahmed Hassani, sentant que le scandale allait éclater, avait prétendu mensongèrement que le contrat entre les Comores et Salama Blablas était annulé. Trop tard. Les Comoriens savent que leur dictateur vient de les flouer une fois de plus.

     En tout cas, il est toujours utile de rappeler qu’en juillet 2015, le Vice-président Mohamed Ali Soilihi avait ramené de Sharjah 4 groupes électrogènes par avion-cargo sans passer par des intermédiaires douteux. Maintenant, les Comoriens savent qui sont ceux qui travaillaient pour le bien du pays et qui sont les complices des voleurs qui saignent à blanc le pays.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 21 octobre 2016.

Powered by Comores infos