You are here: Home » Actualités » Azali Assoumani veut réduire le salaire des Anjouanais

Azali Assoumani veut réduire le salaire des Anjouanais

Azali Assoumani veut réduire le salaire des Anjouanais

Il veut priver ceux travaillant à Moroni de 40% de leur salaire

Par ARM

     Décidément, Azali Assoumani n’aime pas les Anjouanais. Arrogant comme à son habitude, il ne cherche même pas à s’en cacher. Il n’aime pas voir les Anjouanais à la Grande-Comore, une île qu’il considère comme une propriété personnelle léguée par son oncle maternel. Le monde entier se souvient de la chasse qu’il avait lancée en avril 1999, juste avant son coup d’État, contre les Anjouanais qui vivent à la Grande-Comore. C’était une véritable manœuvre de nettoyage ethnique. Malheureusement, l’homme aigri, haineux et méprisant de Mitsoudjé n’est pas arrivé à se débarrasser de son projet de nettoyage ethnique et insulaire. Dans son projet secret de gouvernement au cas improbable où il serait élu Président de la République, il a trouvé une «solution finale» pour que tous les Anjouanais travaillant à Moroni quittent la capitale comorienne et regagnent leur île d’origine. Il a décidé de réduire leurs salaires de 40%, au nom de «l’austérité budgétaire». Donc, pour le Colonel Azali Assoumani, plus d’indemnités d’éloignement et de déplacement pour les Anjouanais qui ont choisi de se sacrifier en servant leur pays loin de leur île d’origine.

     Ce samedi 7 avril 2016, certains de ses proches lui demandaient si sa politique contre les Anjouanais n’était pas très dangereuse au regard de la cohésion nationale. Sa réponse a été pétaradante et tonitruante: «La politique a un côté dégueulasse, quand elle nous oblige à faire semblant et à nous mentir à nous-mêmes. Les Anjouanais m’insupportent. Je ne peux pas les sentir. Après mon coup d’État du 30 avril 1999, je ne m’étais pas gêné pour prendre deux Premiers ministres originaires de Mohéli, une place qui revenait systématiquement à des Anjouanais. J’avais tout fait pour que la crise séparatiste anjouanaise ne se règle pas car elle me permettait de tenir de nombreux Anjouanais loin de Moroni. J’ai promis des emplois aux Comoriens. Je suis incapable de tenir cette promesse électorale. En chassant les Anjouanais de Moroni par une réduction de 40% de leurs salaires, ils libèrent des places à la Grande-Comore, et leurs autorités insulaires seront obligées de leur en créer chez eux. Dans ma conception des choses, l’autonomie des îles, que je n’ai jamais aimée, comme en témoignent mes mauvais rapports passés avec les anciens Présidents des îles autonomes, signifie que chacun reste sur son île. Vous allez voir comment la Grande-Comore sera si nous arrivons à caser les Anjouanais chez eux. Ça sera un peu dur au début, mais il faudra le faire».

     Ces propos sidérants et qui glacent le sang sont absolument authentiques, et si Azali Assoumani tente de les démentir, les preuves sur ses déclarations seront étalées sur la place publique. En effet, les Comoriens ont le droit de savoir jusqu’à quel point cet homme est décidé à faire le mal pour s’installer au pouvoir, alors que tout s’oppose à une nouvelle aventure dans laquelle le destin de tout un peuple se trouverait entre les mains d’un homme qui envisage le pire et est capable de ce pire. Sa haine et son mépris envers les Anjouanais doivent être expliqués objectivement aux Comoriens en général et aux Anjouanais en particulier, surtout en ce moment où leur pays a plus que jamais besoin d’unité et de cohésion et non de zizanie et non de haine.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 8 mai 2016.

Powered by Comores infos