You are here: Home » Actualité » Azali, dictateur Scrogneugneu, va changer sa sécurité

Azali, dictateur Scrogneugneu, va changer sa sécurité

Azali, dictateur Scrogneugneu, va changer sa sécurité

Se méfiant de tout, il va remplacer ses gardes du corps

Par ARM

       Mais, où va encore «l’émergence à l’horizon 2030»? On cherche encore à savoir où sont les «4,3 milliards d’euros» promis à la «conférence des broyeurs des fonds» des 2 et 3 décembre 2019 à Paris, et personne ne les voit. On cherche à savoir où est «l’Hôpital de 7 étages» devant remplacer celui détruit en 2017, mais personne ne le voit. On cherche à savoir où sont passées les pensions de retraites, non versées depuis des mois, personne ne sait ce qu’elles sont devenues. Et maintenant, on apprend que, vivant dans la paranoïa, et sachant que ses jours sont comptés, le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», après avoir multiplié par 8 en 8 mois de confinement le budget de sa sécurité rapprochée, va changer ses gardes du corps. Il s’est fait des ennemis partout et voit des putschistes partout. Il ne fait confiance à personne. Il se sent traqué comme un rat d’égout. Il a parqué des quantités d’armes offensives dans sa «résidence privée d’État», chassé de l’Armée des dizaines d’Anjouanais, voyage dans des véhicules pourries et ridicules.

Pis, il ne fait plus confiance à Bellou Magochi, le Directeur de son Cabinet chargé de la Défense, pour organiser la Défense et sa protection. Dès lors, le remplacement de l’orang-outang de Foumbouni est de nouveau à l’ordre du jour, mais ce dernier a une épaule sur laquelle il peut pleurer tout son saoul: celle de son pote, Monsieur Neveu Idaroussi Hamadi Islam dit «Tonton-m’a-dit», le célèbre voleur d’organes humains et accessoirement «secrétaire général du gouvernement», SGG pour les copines, les solliciteurs, les visiteurs du soir, les griots et les thuriféraires. Jusqu’à une date récente, Saïd Larifou dit «L’Art-Fou», alors chanteur de la chanson sur «l’émergence à l’horizon 2030», buvait l’eau de ses chaussettes et de ses slips troués. En 2017, quand Kamal Abdallah Salim, son adjoint en «Révolution Ylang-ylang», avait pour religion les «Assises “nationalesˮ» de la haine et du mépris, il se répandait en superlatifs laudateurs sur ses prétendues «capacités de travail».

Bellou Magochi et le «SGG» sont liés par le pacte du mensonge et du parjure: sous la présidence d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, «Tonton-m’a-dit» avait atterri en prison à la suite d’un vol de matériel et d’argent au ministère de la Production. Son avocat, Ibrahim Ali Mzimba (tiens, tiens, tiens), lui avait suggéré un faux témoignage, qu’avait fourni Bellou Magochi dans une irresponsabilité criminelle. De fait, dès que Bellou Magochi est sur la sellette, il va pleurer sur l’épaule de son voleur d’organes humains par assassinat en Inde, n’hésitant pas à lui rappeler son fameux faux témoignage. Entre criminels, on se comprend.

Le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri peut avoir des moments de lucidité et se rendre compte que les injures et les menaces ne vont jamais l’aider à s’éterniser au pouvoir comme il le souhaite, et qu’un jour, il va tomber sur un os. Les Houmed Msaïdié Mdahoma, Bellou Magochi, Ahmed Ali Amir et autres insulteurs ne lui rendent aucun service par leurs mensonges, insultes, fausses interprétations du Droit et menaces. Leur mascarade criminelle va imploser comme des pastèques du Kirghizstan et du Baloutchistan. Leur cinéma va bientôt finir dans le sang, même si le budget de la sécurité du tyran fou a été multiplié par 8 en 8 mois, même si les gardes du corps habillés en jardiniers vont être remplacés.

L’affaire de Bellou Magochi prend une pente descendante parce que les injures de ce voleur n’en feront jamais un spécialiste en Défense, surtout à un moment où, tapi dans l’ombre, le fugitif international Hamada Madi Boléro lui prépare ses chausse-trappes.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 13 novembre 2020.

Powered by WPeMatico