You are here: Home » Actualités » Azali et Mouigni Baraka, dos au mur !

Azali et Mouigni Baraka, dos au mur !

Azali et Mouigni Baraka, dos au mur !
Les deux candidats qualifiés au second tour de l’élection présidentielle du 10 avril prochain ont raté l’opportunité de se servir de Sambi pour espérer leur victoire. Toutes les stratégies de courtiser Sambi ont été mise en place par Mouigni et Azali, mais hélas, Sambi a compris que tous les deux veulent l’utiliser et après le jeter dans une poubelle. C’est dans une conférence de presse tenue vendredi dernier dans sa résidence privée de Voidjou, que Sambi a dit ceci :  » si Mouigni et Azali veulent que je leur soutiens, qu’ils me rejoignent pour exiger un recomptage  » narawaze », car je suis la victime. Si non, je ne soutiendrai personne ». Que voulait dire Sambi par là ? Comme c’est Azali qui occupe la troisième place, c’est lui qu’il accuse d’avoir lui voler la victoire de son candidat. Mais, ce qui a attiré l’attention des participants à cette conférence, c’est l’humiliation infligée aux têtes pensantes d’Azali, notamment Fouad Goulam, Kamal Souefou, ou encore Youssouf Hamadi qui ont fait le déplacement à Voidjou et qui ont été prié  » poliment » par les partisans de Sambi de quitter les lieux avant que le patron du Juwa prenne les micros. Ces azalistes ont ramené dans leurs voitures des jeunes qu’ils ont préparés pour applaudir Sambi afin de l’inciter à soutenir leur champion. Ils ont cru naïvement que Sambi aurait cédé au spectacle désolant de leur chef qui, devant le chef de l’Etat a osé demander l’invalidation de l’élection des gouverneurs et le recomptage des voix de la présidentielle, après que la Cour constitutionnelle s’est prononcée. Une insulte à la République pour quelqu’un qui a eu à assumer les mêmes fonctions et qui sait dorénavant que la décision de la Cour est irrévocable. Mais ceux qui connaissent Azali savent que c’est une main tendue aux anjouanais qui gardent toujours un mauvais souvenir du 29 avril 1999, avec son fameux slogan  » Ndrimu ».

Comment Sambi aurait faire confiance à un Azali qui a humilié et malmener ses cousins, frères et sœurs anjouanais ? Comment Sambi aurait fait confiance à un Mouigni Baraka qui lui a trahi lors de l’élection du président du Conseil de l’Île de Ngazidja alors qu’il lui a permis de faire élire son candidat ? Sambi sait très bien qu’il né sous l’étoile de quelqu’un toujours trahi par les siens et ceux qu’il a fabriqués, raison pour laquelle, ne se prononcera pas pour un soutien quelxonque et l’histoire lui donne raison. Dans une tribune libre publiée sur le journal d’Azali  » Alfajr », un certain docteur en lettres en la personne de Nassurdine, écrit ceci :  » Azali, le choix le moins risqué pour Sambi ». Une bêtise de trop pour ceux qui connaissent Azali. Il l’aurait trahi le soir même du 10 vril 2016 en cas de victoire. Azali voudra toujours régler sers comptes avec Sambi pour avoir fait partir en exile son bras droit, l’autre colonel, Mohamed Bacar. En tout cas Sambi l’a toujours répété :  » qui a bu boira ». Alors, dans son ultime conviction, celui ou ceux qu’il a raté l’occasion de leur faire confiance sont ceux aujourd’hui qui lui jurent de fidélité, et qui, malgré leur confort au sommet de l’Etat mais lui restent fidèle et s’éclipseront ensemble en même temps que le Juwa.

Ahmed Mohamed

Powered by Comores infos