You are here: Home » Actualité » Azali fait tomber à Mohéli une pluie de sang et de deuil

Azali fait tomber à Mohéli une pluie de sang et de deuil

Azali fait tomber à Mohéli une pluie de sang et de deuil

Comme Ali Soilihi, il expérimente sa détestation sur Mohéli

Par ARM

       Tout dictateur comorien expérimente sa haine à Mohéli. Cette île prépare sa séparation des Comores, et est surtout l’exutoire de la détestation et du mépris des dictateurs du Hambou, sans oublier les autres. Oui, ceux du Hambou sont les plus violents envers les Mohéliens.

1.- Ali Soilihi y avait lâché son Commando Moissi de novembre 1977 à mai 1978. Cette Armée était surnommée «Tontons Macoutes à la comorienne»: Daniel Junqua: Quand les «Mapindouzi» font la loi, Le Monde, Paris, 4 mars 1978. À Mohéli, le Commando Moisso était une Armée de Grands-Comoriens particulièrement méprisants violents et sadiques. Il ne comptait ni Mohélien, ni Anjouanais. Hamdane dit Marshall était un Mahorais et, comme par hasard, était le seul membre de cette Armée qui avait de l’humanité, pitié et respect pour les Mohéliens. Le Commando Moissi grand-comorien avait transformé Mohéli en immense prison et en centre de tortures. Nous n’allons jamais l’oublier. En 1979, un de ses criminels avait osé retourner à Mohéli et avait failli se faire tuer à Fomboni, dès que les Mohéliens l’avaient reconnu. Seule, une intervention de l’Armée avait empêché sa pendaison, haut et court.

2.- Saïd Mohamed Djohar, demi-frère d’Ali Soilihi, créateur mondial de la «gendrocratie», fallacieusement et abusivement surnommé «Le Père de la Démocratie», avait refusé de prendre en compte les doléances de Mohéli lors de la Conférence nationale qui allait accoucher de la Constitution du 7 juin 1992. L’île de Mohéli était en rébellion et réclamait son indépendance. Saïd Mohamed Djohar, imitant son demi-frère Ali Soilihi, avait dépêché à Mohéli une Armée de répression et d’oppression, ne comprenant toujours aucun Mohélien et parlant de «manœuvres de routine». Cette expédition coloniale avait rouvert des plaies douloureuses à Mohéli: «Comme la plupart des agents sont originaires de l’île de Grande-Comore, le slogan est vite trouvé: “Les Wangazidja sont venus nous achever après leurs compatriotes du Moissiˮ»: Mohamed Nassur Riziki Mohamed: Manœuvres, Al-Watwany n°175, Moroni, 14-20 août 1991, p. 9.

3.- Nous voici dans les griffes du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri depuis le jeudi 26 mai 2016. Ce dernier n’a réalisé aucun projet à Mohéli, a escamoté tous ceux qui avaient été lancés par Ikililou Dhoinine, a détourné vers la Grande-Comore tout le matériel qui était à Mohéli pour des projets, refuse même, selon ses propres mots, «de changer ne serait-ce qu’une vitre brisée sur le bâtiment de Comores Télécom à Mohéli, car cet immeuble est trop beau et trop grand pour être sur cette île». En novembre 2020, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri emprisonne des quantités de Mohéliens sans le moindre motif légal.

Ce lundi 23 novembre 2020, Mohéli devait être en «île morte» contre la dictature. Six Mohéliens originaires de Miringoni, Hoani, Djoiezi et Ziroudani sont jetés en prison sans avoir été présentés à un juge. Les magistrats mohéliens disent ne pas pouvoir juger des gens sans motif juridique, et la Gendarmerie arrête les Mohéliens mais ne signale aucun motif légal. Comme ce lundi 23 novembre 2020 aurait dû être consacré à «l’île morte», les fonctionnaires et agents de «l’État» qui ne s’étaient pas présentés à leurs postes ont tous été licenciés. Archad Mohamed Madi, ancien Gouverneur de Mohéli et éminent leader du Mouvement du 17-Février, espoir et fierté de Mohéli, est toujours sous le coup d’un enlèvement de la part des forces de l’oppression et de la répression. Les Mohéliens jurent qu’à la chute de la dictature, personne ne les empêchera de se venger: «On parlera de pardon et de réconciliation après la décapitation de nos bourreaux, après notre vengeance, et celle-ci sera sanglante», jurent-ils.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 23 novembre 2020.

Powered by WPeMatico