You are here: Home » Actualités » Azali s'en est bien sorti de ses 100 premiers jours de pouvoir

Azali s'en est bien sorti de ses 100 premiers jours de pouvoir

Azali s’en est bien sorti de ses 100 premiers jours de pouvoir : Autres temps, autres mœurs et autre style

Azali s'en est bien sorti de ses 100 premiers jours de pouvoir
« Ne jugez pas chaque journée par votre récolte, mais par les graines que vous avez plantées ». à toute l’équipe du gouvernement Azali, pour ces 100 jours, vos efforts méritent d’être soutenus et encouragés.
Notre triple A, Ali Amir Ahmed dans son article-bilan des 100 jours d’Azali, il a fait le constat de l’organisation du Hedj 2016 qui a vu la réduction du prix du package, tout en améliorant les conditions de vie et de séjour des pèlerins. Ce Directeur du premier journal des Comores a noté entre autres, la régularité du paiement des salaires sans l’apport d’un financement exceptionnel; il a évoqué une amélioration même sensible de la distribution de l’électricité tout en baissant le prix des hydrocarbures et celle de certains produits et services; Journaliste qu’il est, il n’a pas oublié qu’il y a eu aussi des mesures impopulaires comme par exemple les licenciements.
Après lecture de cet article-bilan d’Ali Amir Ahmed Journaliste, cela me réconforte et surtout un rappel à une question majeure que se posait bien le camarade Mrimdu, lors de la campagne électorale : « Que peut-il faire mon candidat s’il gagne la présidentielle ? »
Pour répondre à cette question centrale, voici la réponse du camarade Mrimdu (c’était le mardi 22 mars 2016).
« En attendant ses nouvelles idées et propositions après sa pause de 10 ans (Azali), je sais qu’il peut puiser sur des reformes et assainissements dans les sociétés d’État, pour que ces sociétés dégagent l’argent pour payer les fonctionnaires comoriens sans attendre l’aide ou parfois l’aumône des pays riches. Oui, c’était le cas de 1999 à 2006. Aussi, il peut offrir l’autonomie financière pour l’Université des Comores, ne serait-ce qu’en augmentant le [robokilo ya wubu] pour que l’institut universitaire trouve sa performance. Il a dit être convaincu que l’autonomie financière reste la clé de l’avenir de l’université des Comores ».
Un constat : La neutralisation du pouvoir des notables
Oui, c’est un fait. Les 100 premiers jours du gouvernement Azali, ont affaibli pour ne pas dire neutralisé la puissance des notables en Grande-Comore. Bonne ou mauvaise nouvelle ?
 
Les graines plantées et des signes visibles
 
On le disait, Azali a bien compris que la politique mendiante ne sera jamais la solution pour redresser les Comores. Ainsi, après l’achat sur fond propre de la centrale électrique de « Voidjou » en 2003, c’est l’achat sur fond propre de groupes électrogènes d’une capacité de 25 mégawatts et la construction d’une citerne de 500.000 litres de gasoil. Rappelons aussi que de 1999 à 2006, ce n’était ni l’argent de la citoyenneté-économique, ni des valises venant des pays Arabes qui payaient les fonctionnaires comoriens, mais plutôt nos sociétés d’État. Oui, il comprendra celui qui voudra comprendre, mais pour le camarade Mrimdu qui, a écrit un chapitre entier en 2010 sur la politique mendiante de notre pays, il ne donnera jamais d’éloge à ceux qui attendaient l’aumône des pays arabes pour payer les fonctionnaires. Jamais d’éloge à ceux qui disaient sans gène que : « sans l’aumône pas de salaire pour les fonctionnaires ». Quelle honte !

Mrimdu

Powered by Comores infos