You are here: Home » Actualités » Beït-Salam, le baisodrome qui veut détruire les Comores

Beït-Salam, le baisodrome qui veut détruire les Comores

Beït-Salam, le baisodrome qui veut détruire les Comores

Confusion et amateurisme règnent à la tête de tout un pays

Par ARM

  Ha! Les nouvelles venant de la Gambie sont fort réjouissantes. Elles nous apprennent que, nonobstant toutes les dispositions malsaines qu’il avait prises pour rester au pouvoir, où il est arrivé par la force le 22 juillet 1994 et où il était resté par la bêtise crasse, le dictateur fantasque Yahya Jammeh (Photo) vient d’être battu à l’issue d’une élection démocratique qui a eu lieu ce jeudi 1er décembre 2016. L’homme maudit de Kanilai et Banjul est la copie conforme de l’homme maudit de Moroni qu’est le «saigneur» Azali Assoumani: le recours au putschisme, à la fraude électorale systématique, à la violence physique et à la terreur, le rejet total de la démocratie, l’apologie de la médiocrité, les fantasmes poussant l’un et l’autre à se donner des airs de religieux (les chapelets de Yahya Jammeh sont une insulte pour tous les Africains), le sentiment d’invincibilité, la rapacité, le goût pour le sang humain qui coule, etc. Pourtant, Yahya Jammeh est tombé, tout comme tombera un jour son alter ego comorien. Yahya Jammeh est tombé là où il ne s’attendait pas, à la suite d’une élection qui lui a échappé, mais le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani a choisi de tomber par les armes. Il tombera…

  Le «ventriote» Azali Assoumani a transformé Beït-Salam en baisodrome où s’illustre tous ceux qui gravitent autour de lui. En la matière, son fugitif international Hamada Madi Boléro avait été un pionnier, lui qui avait été pris en flagrant délit de capotes traînant au sol de son bureau par un Ambassadeur étranger en pleine nuit, et l’identité de sa lolita était découverte le lendemain à partir de la page Facebook non fermée de la petite délurée aux fesses complaisantes. Ces derniers temps, au lieu de travailler pour les Comoriens, ceux qui tiennent lieu d’autorités ne pensent qu’à leurs petites histoires de braguettes, engrossant même les petites collégiennes de 15 ans, et toute cette débauche sexuelle finira dans la violence la plus sanglante un jour.

  Ceci est d’autant plus vrai que le régime politique actuel, dominé par la bêtise morbide, est devenu un machin dont personne ne comprend les ressorts, en dehors de Hamadi Idarousse, dit «Tonton-m’a-dit», l’incompétent corrompu nommé secrétaire général du gouvernement. À moins de pouvoir sortir du chapeau un lapin de dernière minute, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani court vers sa chute et la démolition des Comores, et tous les observateurs prédisent une catastrophe inégalée. Même ceux qui voudraient lui trouver de la sympathie et lui apporter du soutien ne savent comment s’y prendre. La situation est d’autant plus grave que les observateurs les plus intelligents ont du mal à saisir pourquoi un couple qui, par malheur et par la fraude, a la destinée d’un peuple entre ses mains, et cela pour la 2ème fois, se met à gérer des histoires de délégations qui doivent passer par Paris pour y déverser des «compatriotes villageois» dans la clandestinité. Pourtant, ce même couple a déjà eu à gérer directement l’Armée nationale de Développement (AND) et la Banque de Développement des Comores (BDC), deux institutions chargées d’instiller le sentiment et la pratique d’un développement national. Tu parles…

  Gagné par l’impopularité, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani croit pouvoir s’en sortir en s’attaquant à ses ennemis et en instrumentalisant Mahmoud Mohamed Ali CBE. Du coup, ce dernier prend des ailes, fait du zèle, en escomptant pouvoir tirer quelques marrons du feu, en espèces sonnantes et trébuchantes, sachant que ni lui-même, ni EGT n’arrive à livrer à temps et en qualité les commandes de sable aux clients. Il accusa alors les Vice-présidents Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane de l’avoir lésé par un marché de gré à gré. Or, même en pleine compétition politique début 2016, le candidat Mouigni Baraka Saïd Soilihi avait dit que son adversaire politique Mohamed Ali Soilihi n’était en rien concerné par la pierraille de Handouli. C’est vrai. Pendant ce temps, dans une hypocrisie consommée, Mahmoud Mohamed Ali CBE dénonçait partout l’exploitation des carrières de Handouli par Colas pendant qu’il négociait la livraison de pierres à la même société. Ce n’est pas seulement de l’hypocrisie irresponsable; c’est également du patriotisme de pacotille, du nationalisme de bazar et de fin de semaine.

  Dans cette affaire, il faut être très lucide parce que Mahmoud Mohamed Ali CBE fait trop de bruit pour rien, en faisant tout pour faire plaisir à un «saigneur» Azali Assoumani dont il aime lécher le cul. Entretemps, il est un homme qui, tapi dans ce qu’il croit être de l’ombre, manipule son petit monde, dans le but de tenter d’humilier les anciens Vice-présidents. Il s’agit de notre bon ami et frère, Sa Seigneurie, Monsieur le Grand Vizir en charge de Dieu, du Prophète, du Paradis, des Gènes, de la Généalogie et de la Génétique. Oui, notre homme croit opportun de se saisir de la bêtise sur commande de Mahmoud Mohamed Ali CBE pour humilier des gens qu’il a commencé à injurier et à calomnier publiquement depuis le 16 janvier 2016 en région parisienne.

  Dans sa folie furieuse, Mahmoud Mohamed Ali CBE a donc parlé de passation d’un marché de gré à gré par les deux Vice-présidents. Non seulement ce marché de gré à gré n’a jamais existé, mais en plus, Sa Seigneurie, Monsieur le Grand Vizir en charge de Dieu, du Prophète, du Paradis, des Gènes, de la Généalogie et de la Génétique semble avoir oublié que son chef vient juste de concéder un marché de 5 milliards de francs comoriens de gré à gré qu’il a piteusement tenté de justifier par l’urgence, au sujet des groupes électrogènes de Salama Blablas, la même société qui avait opéré sous le «ventriote» Azali Assoumani en 1999-2006, avec encore une fois le même Moronien comme intermédiaire. Or, il est de notoriété publique que, lorsqu’Aloui Saïd Abasse avait été nommé à la Direction générale de la MAMWÉ, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani lui avait interdit la moindre enquête à ce sujet.

  Et ce n’est pas fini parce que, sur la même veine que la folie stupide de Mahmoud Mohamed Ali CBE, il y a eu les vacarmes qu’on sait à l’Assemblée de l’Union des Comores, à un moment où Kiki s’efforce de se démarquer de Sa Seigneurie, Monsieur le Grand Vizir en charge de Dieu, du Prophète, du Paradis, des Gènes, de la Généalogie et de la Génétique. Comme la perfection n’est pas de ce monde, le même Kiki se sert de provocateurs à Anjouan et monte les Maires contre le Gouverneur de l’île. Sacrés farceurs, ces petits gars, quand on sait que dans tout ça, le Tocha Djohar, grand tricheur du métro parisien, que le Parti Bidoche des Consanguins et de la Consanguinité d’Ahmed Sambi présente comme le modèle patriotique de l’Assemblée de l’Union des Comores, a tout fait pour aller à la conférence de Marrakech sur le climat, conférence dont il ne comprenait un traître mot, mais qu’il voulait instrumentaliser juste afin de passer par Paris pour le renouvellement de sa carte de séjour sur le territoire français, et en plus aux frais de la princesse.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 3 décembre 2016.

Powered by Comores infos