You are here: Home » Uncategorized » Bellou et Saïd Larifou, superstars négatifs à Foumbouni

Bellou et Saïd Larifou, superstars négatifs à Foumbouni

Bellou et Saïd Larifou, superstars négatifs à Foumbouni

Les Foumbouniens, pas du tout fiers de leurs deux loulous

Par ARM

      «À Foumbouni, Azali Assoumani ne s’appuie que sur des tocards. Il fait tout pour essayer d’effacer l’assassinat d’Ahmed Abdallah dit Apache, mais il mise toujours sur des canards boiteux. Idi Amine Dada est une honte nationale à Foumbouni. Le quémandeur Saïd Larifou est venu nous achever». Celui qui s’exprime ainsi n’est autre qu’un Foumbounien pur jus. Sa voix, d’habitude posée, tremble de colère cette fois. Il a tout de même fallu lui demander qui était Idi Amine Dada. Et là, la réponse est tombée comme un couperet: «À Foumbouni, quand on parle d’Idi Amine Dada, il s’agit de Bellou. C’est son sosie. Ces deux têtes de veaux se ressemblent. D’ailleurs, en parlant de têtes de veaux, à la Présidence de la République, Bellou a été surnommé “Tête de Bélier”. Il ne fait rien pour améliorer son image personnelle. Remarque: cette proche qui vit à Paris lui a envoyé une valise de costumes en lui disant: “Nous sommes fatigués d’entendre des commentaires désagréables sur tes excentricités et extravagances vestimentaires. Voilà de quoi arranger tout ça. Je ne te demande rien pour ces costumes en dehors de les porter”. Mais Bellou continue à porter ses haillons, à la plus grande honte de ses proches, qui s’en sentent salis».

      Voilà qui n’est pas bien. Oui, voilà qui n’est pas bien. Bellou n’a qu’à porter les costumes qu’on vient de lui envoyer de Paris. Mais, le passage du cocotier à la Cadillac est un exercice périlleux. Ce n’est pas une question d’argent, mais d’éducation, de culture et d’habitudes. Bellou adore sa «Tête de Bélier» et y tient. Il ne veut pas la changer. Le brave homme!

      Notre Foumbounien, toujours emporté par la colère, ajoute: «Nous avons connu de grands politiciens à Foumbouni: Saïd Hassane Saïd Hachim, Omar Tamou, Yahaya Djamadar et d’autres. Ces grands acteurs politiques avaient l’honneur et la dignité, et ne transigeaient pas là-dessus. Quand, au début des années 2000, Saïd Larifou entra en politique en se présentant en Abbé Pierre, nous étions très fiers et confiants en nous disant que la relève générationnelle était assurée. Après, ce fut la catastrophe, quand nous le vîmes passer d’un leader politique à un autre, de ses ennemis d’hier à ses amis pour quelques heures. C’est honteux! C’est scandaleux! L’embrouillamini politique qui en résulte est ingérable. Regardez un homme qui devait être chef d’État et qui en est réduit à un rôle de griot. C’est très sale». Compatissons!

      Notre Foumbounien continuait à afficher sa tête des mauvais jours, une tête de mort, une tête de déterré. Il lança rageusement: «Saïd Larifou est ce qu’il est, vaut ce qu’il vaut, s’est tué politiquement, se ridiculise aux yeux de tous les Comoriens pour sa mendicité politique et son inconstance, mais au moins, s’habille correctement. Ceci n’est pas le cas de notre Idi Amine Dada. Au fait, Idi Amine Dada fait quoi à Beït-Salam? Lui-même l’ignore. Il s’occupe de pèlerinage, qui ne le regarde, pendant que le Mufti s’est invité et a accepté d’être invité dans le faux débat sur les fausses assises. Ce pays marche la tête en bas. Pendant ce temps, Idi Amine Dada fait le beau dans ses vêtements ridicules. Lui et Saïd Larifou nous font honte».

Chaque hameau, village ou ville a son Idi Amine Dada. Djoiezi, à Mohéli, a le sien. Lui aussi se complaît dans les «excentricités et extravagances vestimentaires». Ainsi va le monde. À chacun sa croix.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 18 août 2017.

Powered by Comores infos