You are here: Home » Uncategorized » Bellou: pèlerinage de la famille et de la belle-famille

Bellou: pèlerinage de la famille et de la belle-famille

Bellou: pèlerinage de la famille et de la belle-famille

En 2016, c’était la famille, en 2017, c’est la belle-famille

Par ARM

      «L’ingratitude est humaine», avait coutume de dire feu Félix Houphouët-Boigny (1905-1993), premier Président de la Côte-d’Ivoire (1960-1993). C’est vrai. Pourtant… Pourtant. Oui, pourtant, à l’heure qu’il est, le Tout-Moroni se demande si Hamadi Idaroussi, ci-devant neveu du guitariste Azali Assoumani, secrétaire général du gouvernement, Premier ministre putatif et officieusement officiel, et doucereusement surnommé «Tonton-m’a-dit», va assister impuissant et ingrat à la décapitation de son pote Bellou. Mesdames et Messieurs, c’est une très longue histoire qui a commencé sous la présidence d’Ahmed Sambi.

En effet, au lendemain du 26 mai 2006, les nouvelles autorités se rendirent compte que l’homme «Tonton-m’a-dit» avait volé matériel et argent au ministère de la Production, dont il est fonctionnaire. Le mauvais garçon atterrit en prison. C’est alors qu’un autre fonctionnaire farfelu du ministère de la Production fit le plus grand faux témoignage de toutes les annales mondiales du crime. Cet homme est Bellou. Le 26 mai 2016, le soliste Azali Assoumani retourne à Bête-Salam dans les conditions anticonstitutionnelles, illégitimes et abjectes que l’humanité entière connaît. Monsieur Neveu fait nommer Monsieur Faux Témoin Directeur du Cabinet de Monsieur Tonton en charge de la Défense, en reconnaissance des services rendus à un éminent membre de la famille du Sultan Tibé. Échange de bons procédés entre personnes immorales.

Tout baignait dans l’huile pour Bellou jusqu’au moment où Saïd Larifou, Président du Parti RIDJA, a accepté de devenir le chantre, laudateur, applaudisseur et thuriféraire en chef du gadget infantile et débile du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, «l’émergence émergente du pays émergent», mais aussi son homme le plus acharné à réclamer la suppression de la présidence tournante afin de barrer la route de Bête-Salam aux Anjouanais et aux Mohéliens. Notre homme, spécialisé à prêcher l’impossible et introuvable «émergence émergente du pays émergent», était assuré d’avoir le ministère de la Justice lors du remaniement ministériel de juillet 2017. Ce fut tintin. L’effondrement.

Naturellement, même très en colère, le peuple comorien compatit à ses malheurs avec la gentillesse naturelle qu’on lui connaît. Pour qu’il continue à faire ses tournées dans les hameaux, villages et villes pour la promotion de «l’émergence», le chef guitariste Azali Assoumani agite constamment sous son nez le poste de Bellou. Or, Bellou et Saïd Larifou sont tous deux de Foumbouni! Malheur! Dès lors, la question qui se pose est: est-ce que l’ancien prisonnier de Droit commun qu’est «Tonton-m’a-dit» va lâcher l’homme qui avait fait en sa faveur le fameux faux témoignage? Quien Sabe? Qui sait? «L’ingratitude est humaine». Mais, cette ingratitude va-t-elle s’incruster dans les relations incestueuses entre le spécialiste du filtrage des moustiques des eaux sales de la forêt (Hamadi Idaroussi) et son Bellou? Ne jurons de rien.

Qu’on se le dise! Bellou est un incompétent notoire. Il est également très corrompu. Si par extraordinaire, il a une expertise et une compétence quelque part, ce n’est pas, en tout cas, pour le poste qu’il occupe actuellement. Or, tout en reconnaissant l’incompétence criminelle de son Bellou, le soliste Azali Assoumani le félicite chaque matin parce qu’il fait tout pour lui ressembler au moins sur quatre points: le mauvais goût vestimentaire, la vulgarité comportementale, l’incompétence criminelle et la corruption. Ah! C’est tout? Justement, non; il y a un cinquième point commun entre les deux individus: le népotisme. Et, question népotisme, Bellou ne se gêne plus.

En 2016, il a obtenu de ce qui tient lieu d’État aux Comores 17 billets d’avion et 17 grosses enveloppes d’argent du peuple comorien pour des membres de sa famille, qu’il a envoyés aux Lieux Saint de l’Islam, prétendument pour le pèlerinage. Il venait juste de s’installer à Bête-Salam. Pour 2017, il a obtenu les mêmes gâteries pour sa belle-famille, cette fois. Famille et belle-famille. Si les 17 membres de la belle-famille posent leurs pieds à La Mecque et Médine, ils vont prier devant la Kaaba pour que Bellou reste en place afin de continuer à leur attribuer les billets d’avion et l’argent de sang et de la misère du peuple comorien.

En tout état de cause, famille et belle-famille doivent savoir une chose: le pèlerinage n’a de sens aux yeux de Dieu que si l’argent qui permet de l’effectuer est d’origine personnelle et propre. Donc, les gens qui vont en Arabie Saoudite en buvant le sang des Comoriens ne font que du tourisme avant d’aller parader dans les rues de leurs villages.

Le Coran nous le dit sans amphibologie:

«La première Maison qui ait été édifiée pour les gens, c’est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l’univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l’endroit où Abraham s’est tenu debout; et quiconque y entre est en sécurité. Et c’est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas… Allah Se passe largement des mondes» (III, La Famille d’Imrane, 96-97).

En bon Musulman, l’universitaire états-unien Cyril Glassé nous dit, sur la base du Coran: «Le pèlerinage est obligatoire pour ceux qui “possèdent les moyens” (III, 97) de se rendre à La Mecque. Ceci signifie que ce commandement n’est pas absolu, mais incombe à ceux auxquels leurs santé et leurs moyens matériels le permettent, et qui, en le réalisant, ne compromettent pas leurs responsabilités vis-à-vis de leur famille»: Cyril Glassé: Dictionnaire encyclopédique de l’Islam, Préface de Jacques Berque, Bordas, Paris, 1991, p. 307.

Il ne faut même pas se faire l’illusion de croire que Bellou est capable de comprendre cela. Il aura à en rendre compte à Dieu lui-même un jour. Son poste actuel ne le sauvera pas de ce face-à-face avec Dieu.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 27 juillet 2017.

Powered by Comores infos