You are here: Home » Uncategorized » Bellou trône et mène grand train de vie à Paris

Bellou trône et mène grand train de vie à Paris

Bellou trône et mène grand train de vie à Paris

Azali Assoumani humilie son beauf Djaanfar Ahmed

Par ARM

     Sacré régime politique! Ses principaux animateurs sont tous par monts et par vaux, et toujours à l’étranger. À l’heure qu’il est, Bellou (Photo), le pote de Hamadi Idaroussi dit «Tonton-m’a-dit», à qui il avait fourni un précieux faux témoignage pour le tirer d’affaire à la suite de son vol d’argent et de matériel au ministère de l’Environnement, trône et mène grand train de vie à Paris et Créteil. Il quitte Paris le mardi 21 mars 2017 pour les Comores. Mais, à l’heure qu’il est, il n’y a pas un seul Comorien vivant en France qui ne veut pas aller le voir à son hôtel, tel pour lui demander un service pour un parent, tel autre pour lui demander une place aux Comores, celui-ci pour le toucher afin d’être irradié par sa grâce et sa bénédiction bénite et qui bénit, celui-là pour juste toucher le bout de son costume sans cravate pour profiter de son aura d’origine extraterrestre.

Oui, Bellou suscite un bel engouement, à un moment où ses pires ennemis prédisent son limogeage tout proche. Il n’en a cure, comptant sur son pote «Tonton-m’a-dit». Un homme qui compte, ce Bellou-là. N’est-il pas le précieux et délicieux oracle qui, en janvier 2001, à Rabat, au Maroc, disait qu’à Mohéli, il n’y avait qu’un seul acteur politique: le fugitif international Hamada Madi Boléro. Ce dernier sera content de le savoir. Une année plus tard, «le seul acteur politique de Mohéli» était nommé Président de la «Ripoux-blique» par intérim et organisait la plus grande farce criminelle en matière électorale, faisant «élire» son chef, le «ventriote» ventru, ventripotent et ventriloque Azali Assoumani à 100%! C’est déjà ça de pris après le coup de poignard qu’il avait assené à son chef dans une suite d’hôtel de Dubaï. Charmante mentalité!

Pendant que Bellou festoie, trône, fanfaronne, parade et fait le beau et la fine bouche à Paris, menant grand train de vie à son hôtel, devenu une succursale de «Bête-Salam», le malheur, le deuil, la honte et l’opprobre ont choisi de s’abattre sur le beau-frère Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (au secours! Assez!). En effet, convaincu qu’il est intéressant, précieux et qu’il constitue la réincarnation du célèbre économiste David Ricardo, Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Ouf!) s’est caché de son «beauf», le «saigneur» Azali Assoumani, qui s’apprêtait à s’envoler vers l’île Maurice et après vers la France, et qui apprend que son «beauf» Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Au feu!) était dans un avion et partait clandestinement en Amérique latine, sans doute pour admirer le circuit du dernier Carnaval de Rio de Janeiro. Et comme les Comores sont une «Républiquette» bananière de fait devenue une «Ripoux-blique» bananière de Droit, l’enfant d’Itsandra n’avait même pas dit à son chef qu’il partait aller danser la samba et la salsa en Amérique latine. Le «concubinocrate» Azali Assoumani le fit descendre d’avion sans la moindre courtoisie et lui dit de retourner à Moroni, où il doit assurer son intérim.

Cette situation est tout de même loufoque et bananière parce qu’au moment où il devait quitter «Bête-Salam», le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani aurait dû demander à tout le monde où était passé Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Ne nous achevez pas! Assez!), et celui-ci aurait dû être présent. Cela n’a pas été fait. Ce qui signifie l’amateurisme criminel qui règne à Moroni et qui rappelle le proverbe mohélien: «Dans les festivités de la merde, ce sont les pets qui dansent».

Pourtant, l’affaire a fait un heureux: Hamadi Idaroussi dit «Tonton-m’a-dit». En effet, le neveu de son oncle est connu pour la longueur de sa mémoire. Il n’oublie ni le bien, ni le mal qu’on lui fait. Bellou en sait quelque chose depuis son fameux faux témoignage en sa faveur. «Tonton-m’a-dit» n’a pas oublié que Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Doux Jésus!) avait daubé sur lui auprès de Tonton Azali Assoumani, l’accusant, lui et son pote Bellou, d’être de vulgaires voleurs. Il se murmure, se susurre, se chuchote et se dit sous le manteau que depuis qu’il a appris la déconvenue de son pire ennemi du moment, Hamadi Idaroussi reçoit chez lui beaucoup de gens qui lui présentent leurs sincères félicitations pour célébrer la honte s’abattant sur l’ennemi. C’est tout de même réconfortant et ça fait remonter le moral. Belle solidarité entre membres de la même équipe mafieuse. Comme disait Voltaire, «Dieu, gardez-moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m’en charge». Que c’est beau!

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 20 mars 2017.

Powered by Comores infos