You are here: Home » Actualité » Bête-Salam pue la mort. Kiki et Bellou ont vraiment peur

Bête-Salam pue la mort. Kiki et Bellou ont vraiment peur

Bête-Salam pue la mort. Kiki et Bellou ont vraiment peur

En cachette, les 2 arsouilles disent vivre la fin de leur règne

Par ARM

     Vous allez entendre parler d’eux, juste pour qu’ils démentent le propos sur la peur panique dans laquelle ils se terrent comme des rats d’égouts. Ils ont peur. Ils sont devenus taiseux. En privé, ils disent que la fin de leur règne est imminente et inévitable. Bellou Magochi est supposément Directeur du Cabinet du dictateur chargé de la Défense. Kiki, naturalisé français après s’être déclaré d’une fausse mère, de nationalité française, ancien maître-nageur du côté du Havre et de Dunkerque, le seul homme, depuis les origines de l’humanité, ayant réussi la prouesse universelle de tous les temps et pour l’éternité d’«obtenir» son «Master 2» et son «Doctorat» en «Intelligence économique» le même jour, là où l’intervalle est de 4 ans au moins, est prétendument ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation et de l’Administration territoriale, chargé des Relations avec les institutions (Ouf! Ouf!).

Depuis le 26 mai 2016, les deux canailles ont beaucoup insulté, injurié, grogné, menacé et crâné. Ils ont dit tout et n’importe quoi pour être bien vus par un dictateur au bout du rouleau. Ils ont tenu les propos les plus méprisants, les plus blessants et les plus humiliants contre et envers les Comoriens. Eh bien, ils ont eu la confirmation de la chute prochaine de leur dictature. Ils ont perdu de leur superbe. Désormais, leur seul souci est: face à la vengeance populaire, qui se profile et qui sera forcément mortelle, comment vont-ils faire pour tout rejeter sur leur chef, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri, dont la folie est de plus en plus visible et impossible à occulter? Mais, ils vont reprendre leurs insultes publiques, juste pour essayer de prouver qu’ils existent toujours et n’ont peur de personne. Ça sera juste pour frimer.

Par contre, il est un sacripant qui n’a pas encore compris que le vent est en train de changer de direction: le crieur public, aboyeur de rues et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma, ministre de l’Économie, des Investissements et de l’Énergie, chargé de l’Intégration économique, du Tourisme et de l’Artisanat, porte-parole du Gouvernement (Au secours! Au secours!). Il veut finir comme le célèbre Mando de Mohéli: mourir là où il mangeait, à force d’avoir trop mangé, sans avoir atteint ce qu’on appelle en économie «l’utilité marginale». En d’autres termes, il arrive fatalement un moment où une quantité supplémentaire de consommation d’un bien donné apporte moins d’utilité ou de plaisir que la consommation de la quantité précédente, puisque l’appétit doit décroître et décroît. Mais, chez le crieur public, aboyeur de rues et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma, l’appétit vient et augmente en mangeant jusqu’à la mort à la Mando.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 18 août 2021.

Powered by WPeMatico