You are here: Home » Actualités » Bilan provisoire du cyclone Kenneth : Un paysage de désolation

Bilan provisoire du cyclone Kenneth : Un paysage de désolation

    Bilan provisoire du cyclone Kenneth : Un paysage de désolation
Cette fois-ci la tempête tropicale qui a frappé les Comores, la nuit du mercredi à jeudi, a provoqué d’immenses dégâts en terme humaines et matériel.
 
Depuis hier après-midi, le cyclone kenneth rebaptisé « azalée » par les météorologues comoriens a laissé à son passage un paysage de désolation, une situation chaotique: 3 morts dans l’ile de Ngaazidja et de nombreux blessés.
Coté matériel, les grandes villes comme Mbeni, Mitsamihouli, Foumbouni etc. Ont été sévèrement détruites : Les toits des maisons arrachés, maisons en tôle pulvérisées, des arbres déracinés etc. Presque toutes les maisons en tôle et en bois n’ont pas résistées. Le bilan est très lourd et peut se chiffrer à quelques millions d’euros.
 
Sur le plan sanitaire : le risque d’épidémie dans les jours à venir est une réalité et pour causes, les hôpitaux et dispensaires sont privés d’électricité. Le réseau électrique est hors d’usage, ce qui prendra beaucoup  de temps pour réparer le réseau. Surtout les structures sanitaires qui étaient équipées de panneaux solaires ont été emportées par les bourrasques de la tempête et l’hôpital de Mitsamihouli est un parfait exemple
 
Coté alimentaire : les Comores ont urgemment besoin d’aide alimentaire. Sachant que dans les jours à venir une grande famine menace la population; car toutes les cultures sont détruites, bananiers, manioc, cocotiers, fruits à pain et tous les légumineux. Bien que en cette année 2019, le peuple comorien connait d’immenses difficultés politiques et sociales sans précédentes qui résultent de la volonté d’un président qui ne craint ni dieu, ni les hommes. Et cette catastrophe naturelle vient de mettre à l’épreuve tout un peuple qui s’apprête à rentrer dans le mois du ramadan dans quelques jours.
 
Ce qui est déplorable, les autorités comoriennes sont restées fideles à leurs principes du je « ne sais rien faire » : l’armée nationale, connue sous le pseudonyme de naïlé yilala n’est plus mobilisée pour dégager les routes. Ce sont les citoyens armés d’une volonté farouche qui essaient de couper les troncs d’arbres qui jonchent les maisons et les routes, avec des cachettes et des lames à raser. Mais comment peut-on nous faire croire qu’on rentre dans une émergence sachant que le pays ne dispose pas d’outils de base comme des tronçonneuses pour dégager les routes en cas de catastrophes naturelles ?
 
Face à cette hécatombe, Mbadakome se solidarise avec les familles endeuillées par ce déluge et appelle à la diaspora à se mobiliser pour leur venir en aide. Par ailleurs nous en appelons également à l’aide de toute la communauté internationale. Que dieu protège les Comores.
Mbadakome
 
 

Powered by Comores infos