You are here: Home » Actualités » Biographie de Ralia Aboudou Dafine, ex-première Dame de Ngazidja

Biographie de Ralia Aboudou Dafine, ex-première Dame de Ngazidja

ralia_maliza

A Paris, lors de la célébration du soldat inconnu comorien mort pour la France.

Née le 21 février 1963 à Iconi, Ralia Aboudou Dafine est née dans la marmite politique puisque sa mère Mme Salima Mohamed Ibouroi, une figure des femmes émancipées, et engagée politiquement, a milité aux côtés du président malgache Tsiranana et également présidé les Femmes du Parti Vert aux Comores.

Diplômée de l’École Supérieure de Commerce (ESC Marseille), en Master de Management et Stratégie d’Entreprise, Ralia Aboudou Dafine débute sa carrière professionnelle en 1989 aux Comores, en tant que Directrice de la jeunesse au ministère de la Jeunesse et du Sport où elle initie une politique dédiée à la jeunesse avec le programme Mérite de la Jeunesse qui survit bon an, mal an depuis 1992.

En 1993, elle enseigne l’Histoire et la géographie au Lycée Said Mohamed Cheick avant de rejoindre le Programme des Nations Unies pour le Développement en tant que Chef de projet à l’appui à la Création d’entreprise. De son passage au PNUD, Elle s’attèle à la mise en place du projet AMIE et appuie la création des MECK. Les premiers fonds de crédit de la MECK MORONI étant financés par le projet AMIE.

Après un bref retour en France, en 2002, où elle travaille comme Agent de développement économique à la Chambre de commerce franco-comorienne (Marseille). Et en 2004, elle retourne aux Comores et est nommée Directrice générale à la Direction Générale de la Coopération Décentralisée de Ngazidja (Comores).Et pour la première fois, elle initie et organise en même temps la Journée Nationale de la Diaspora, et a œuvré au renforcement de la coopération des Comores avec la région Provence Alpes Côtes d’Azur.

En 2005, elle est promue Présidente de la Commission intérimaire au Commissariat Général au Plan (Union des Comores).

Passionnée de technologie audiovisuelle, elle est propulsée au poste de Directrice générale de l’Office de la Radio et Télévision des Comores (ORTC). Son bilan à la tête de l’ORTC se résume à la numérisation de la radio, au fonctionnement 24/24 de la radio, au 1er direct de la télévision lors d’un match Madagascar Comores à Mitsamiouli, à la régularisation de la plupart des salariés.

Et depuis 2009, elle est la Présidente de la chaîne de télévision Djuwa TV (Ngazidja).

Sur le plan politique, deux personnes vont marquer sa vie de femme et de citoyenne, mongozi Ali Soilihi et un jeune militant Youssouf Said qui allait partager sa vie et devenir le père de ses enfants. Le premier lui fera prendre conscience des grands défis lancés aux femmes et à la jeunesse comorienne et le second, l’initier à la politique en la faisant militer auprès des mouvements des jeunes soilihistes. Mais son entrée opérationnelle dans le monde politique ne s’effectue véri¬ta¬ble¬ment que lorsqu’elle se présenta aux législatives de 1991 aux Comores sous la présidence de Said Mohamed Djohar, père de la démocratie comorienne.

Aussi sa rencontre avec le juriste comorien Mohamed Abdouloihabi la fera propulser devant la scène politique comorienne lorsque celui-ci fut élu Président de l’île autonome de Ngazidja. Première Dame de Ngazidja durant le mandat de Mohamed Abdouloihabi lui a permis de réaliser des actions concrètes pour lutter contre la pauvreté et adresser les problématiques liées à la mère et l’enfant, d’obtenir 30% des femmes au gouvernement. Elle est également Présidente de La Fondation Ralia Aboudou Dafine (FRAD).

Côté vie privée, Ralia Aboudou Dafine est divorcée du père de ses six filles. Aujourd’hui, remariée à Mohamed Abdouloihabi, ex-président de l’île autonome de Ngazidja, elle vit à Marseille, depuis trois ans, auprès de ses trois petits-fils et de sa fille aînée, Maliza Said, élue républicaine.

Powered by Comores infos