You are here: Home » Actualités » Cafouillage à la CNI : Ikililou DHOININE mis devant ses responsabilités

Cafouillage à la CNI : Ikililou DHOININE mis devant ses responsabilités

Cafouillage à la CNI : Ikililou DHOININE mis devant ses responsabilités
Le collectif de 20 candidats à la présidentielle qui demande le recomptage des bulletins, à la suite de plusieurs irrégularités constatées sur les résultats proclamés par la CNI, a saisi par courrier le Président Ikililou DHOININE, le samedi 27 février 2016.

En s’adressant au Premier Magistrat du pays avec des preuves à l’appui, jointes au courrier, notamment les quelques cent procès-verbaux, émanant de 4 régions différentes portant la même écriture, le collectif de 20 candidats a voulu appeler le Président Ikililou à prendre ses responsabilités.

Lui, qui a juré le 26 mai 2010, devant Dieu de veiller aux intérêts du peuple comorien et garant des Institutions, s’est jusqu’à ce jour illustré par son courage fuyant, en se servant de son épouse comme bouc-émissaire.
Il laisse sans vergogne celle-ci se faire accuser de tous les maux sans scrupules et se cache derrière ses jupes, en se faisant passer pour un sourd – muet.

Force est de constater que la réalité en est autre, puisqu’en vérité Ikililou DHOININE est un personnage cynique et vicieux.

Il met ses victimes au-devant de la scène et dans l’ombre, tire les ficèles, pour assouvir ses intérêts personnels.

Ce qui se passe aujourd’hui dans ce triste feuilleton post-électoral, laissant le seul Houmed Msaidié, porter toute la responsabilité des dysfonctionnements de la CNI et la gestion de ceux-ci, en est une belle démonstration du personnage.

Mais en cette période de flou électoral où le pays risque de sombrer dans le chao, SE Ikililou DHOININE, garant de la cohésion et de l’unité nationale, doit sortir de son mutisme légendaire, afin d’éviter le pays de plonger au fond des abimes.

Et ce, d’autant que, jusqu’au 26 mai 2016, il a l’obligation de remplir son rôle de garant des Institutions et de ce fait, toute son action doit être guidée par cet objectif.

A un moment où la paix civile est plus que jamais menacée, où chaque camp campe sur ses positions, tous les regards sont logiquement dirigés vers Ikililou DHOININE, Premier magistrat du pays, pour jouer son rôle qui est le sien, en se plaçant au-dessus de la mêlée.

Ce rôle consiste à réunir les protagonistes autour d’une table pour chercher les voies et les moyens de sortir le pays de cette crise, qui risque à la longue de porter atteinte, non seulement à la paix et à la cohésion nationale, mais aussi, l’unité nationale dont il est le garant.

En adoptant cette attitude, il honorerait ses hautes fonctions, le grandirait et ça lui permettrait surtout de passer une retraite paisible.

Faute de quoi, l’histoire se chargera de le punir, pour avoir été responsable de la dislocation du pays, et ce n’est ni, un honneur pour lui, ni à son Ile natale-Moheli.

Enfin, devant Dieu, il répondra de ses actes, et devant lui, il ne peut jouer au faux faible.

Said Omar Badaoui

Diplomate à Paris

Powered by Comores infos