You are here: Home » Actualités » CAMPAGNE DU SECOND TOUR : Mouigni Baraka absent dans les iles

CAMPAGNE DU SECOND TOUR : Mouigni Baraka absent dans les iles

CAMPAGNE DU SECOND TOUR : Mouigni Baraka absent dans les iles
Après une semaine de campagne électorale pour la présidentielle du 10 avril, le candidat Mouigni Baraka est, jusque-là, absent dans les iles. Malgré qu’il ait sillonné tous les localités de l’ile de Mohéli la semaine dernier, il est quasi absent à Mohéli et à Anjouan, on ne parle plus de lui.

Depuis le 17 mars dernier, date du lancement de la campagne électorale, seulement deux candidats sont sur les viseurs des comoriens. Bien que le candidat Mouigni Baraka a débuté timidement sa campagne dans l’ile de Mohéli, il est aujourd’hui perdue dans les raidards des électeurs. A Mohéli comme à Anjouan, le candidat Mouigni Baraka est quasi absent. Dans les localités situées sur les routes nationales (RN1) dans les différentes iles, seules les effigies du candidat Mohamed Ali Soilihi et Azali Assoumani inondent les espaces publics. Sur les artères principales de chaque ville, on peut lire différents messages sur les supports de communication, exprimant l’adhésion des comoriens aux candidatures de Mohamed Ali Soilihi et Azali Assoumani. Des posters trônent sur des panneaux, les édifices publics et privés et même des maisons en bordure principalement pour les deux candidats.

Par contre, en dehors de deux effigies du candidat Mouigni Baraka que nous avons vues à Fomboni et quelques uns à Mutsamudu, l’ambiance n’est pas encore aux grandes affirmations du côté de deux autres candidats. « Mouigni Baraka a toujours son mot à dire bien qu’on croit qu’il est un peu hésitant mais ont l’attend également en grand pompe », a-t-il déclaré le jeune Moussa un partisan du RDR.

En effet, les électeurs attendent que tous les candidats sillonnent ne serai ce que les principales localités de chaque commune. Ce qui leur permet de mesurer leurs chances. « Il est irresponsable pour un candidat de délimiter le champ de sa campagne électorale à quelques régions ou à quelques iles du pays, pour crier après le scrutin à la fraude. Nous les attendront tous et nous les écouterons tous pour pouvoir faire notre choix car ont sait pertinemment qu’ils sont les trois mauvais candidats parmi les 25 du primaire. Mais qui est le moins mauvais d’entre eux », s’interroge à Mutsamudu, le vieux Bakar.

Nakidine Hassane

Powered by Comores infos