You are here: Home » Actualités » CAN 2019 : reste-t-il un faisceau d’espoir aux cœlacanthes pour participer à la coupe d’Afrique des nations ?

CAN 2019 : reste-t-il un faisceau d’espoir aux cœlacanthes pour participer à la coupe d’Afrique des nations ?

 CAN 2019 : reste-t-il un faisceau d’espoir aux cœlacanthes pour participer à la coupe d’Afrique des nations ?
Après la victoire de la sélection comorienne  (les cœlacanthes)  le 17 novembre contre le Malawi, l’euphorie suscitée par cette victoire, continuent de faire rêver les comoriens. Ils croient à une chance imaginaire. Alors le temps des vendeurs de rêves est fini et place au retour aux choses sérieuses, à la réalité; deux équipes seront qualifiées et nous savons lesquelles : le Maroc est déjà qualifié de lors que les Comores ont gagné contre le Malawi et pour le Cameroun, il est le pays organisateur de la 32eme édition de la CAN donc in-fine qualifié d’office et cela là quelques soient les résultats. Sachant que si les Comores l’emportent contre le Cameroun le 24 mars prochain, cela ne changera à rien. La vérité ce que le prochain match Comores-Cameroun est un match de gala, n’en déplaise aux techniciens de la sélection nationale qui, dans les médias entretiennent un rêve imaginaire.
Alors, au lieu de passer notre temps à espérer une chance sur une éventuelle victoire de notre équipe, dont-on ne sait qu’elle tiendrait de quel miracle, il est judicieux de commencer dès à présent à  s’interroger, à se poser les bonnes questions sur l’avenir de l’équipe nationale, dont on se félicite du travail accompli par ces jeunes, quels soient les joueurs ou le staff. Nous leur disons merci car il y a 3 ans, le foot comorien, ou disons l’équipe n’existait, que sur le plan national. Dieux merci, aujourd’hui nous avons une sélection au top et des supporteurs dévoués pour accompagner les cœlacanthes.
Vous vous rendez compte que l’équipe nationale est devant celles de nos voisin, Madagascar, Maurice, la Tanzanie etc. Bien que nous savons tous que les Comores n’ont jamais été une nation de foot, mais plutôt une nation dans laquelle, la corruption est la matière première.
L’autre question est de savoir pourquoi l’état Comorien ne prend pas ses responsabilités, pour donner les moyens à la fédération avec obligation de créer une pépinière de foot sur le plan national.
Enfin posons-nous la question de savoir si le travail accompli par l’entraineur M. Amir ABDOU depuis 2 ans à la tête de  la sélection mérite d’être reconduis: Avec 32 matchs, Amir a gagné 4, perdu 14 et a fait 14 nuls. Voilà les résultats obtenus par notre coach au bout de 2 ans .
Encore quels sont les sponsorings de la sélection ?
Bref un espoir est né, il reste à créer les bases de lancement pour un  sport comorien, pour en faire de celui-ci une victoire. Il faut une stratégie de développement sportive avec des objectifs précis.
Mbadakome

Powered by Comores infos