You are here: Home » Uncategorized » C’est très beau, mais ne crions pas encore victoire!

C’est très beau, mais ne crions pas encore victoire!

C’est très beau, mais ne crions pas encore victoire!

Faute de loi d’habilitation, le «décret d’auto-habilitation»?

Par ARM

     En faisant tout pour faire nommer à la présidence de l’Assemblée de l’Union des Comores le Docteur Abdou Oussene, le fils caché de son père, le Vice-président Nourdine Bourhane avait cru bien faire en aidant son demi-frère caché. C’était en mars 2015. En mars 2017, je le rencontrais à l’Aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, à Paris. Je lui parlais de son demi-frère caché Abdou Oussene au regard de sa trahison, lui qui avait été intronisé de force lors d’une bataille de chiffonniers à l’Assemblée. Pourtant, son manque de scrupules et d’honneur lui fera faire toutes sortes de reptations et de contorsions de serpent à l’Assemblée. Dès 2015, Monsieur Abdou Oussene a commencé à péter les câbles et les plombs. Lors d’une conférence parlementaire internationale à laquelle j’ai assisté en tant qu’universitaire sans chercher à l’approcher, je l’ai entendu dire devant un belle brochette de personnalités: «Je suis très beau et élégant», plongeant dans l’embarras et la stupéfaction toute l’assemblée, dans laquelle j’avais remarqué des grands parlementaires et juristes étrangers.

Depuis 2017, Monsieur Abdou Oussene, plus grand que Grand Docteur, aide et soutient le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dans tous ses crimes abjects, oubliant tout ce qu’il doit à l’Union pour le Développement des Comores (UPDC), qui l’a imposé à la présidence de l’Assemblée. C’est que, dans sa façon à lui de se comporter en moujik, il était arrivé à se convaincre qu’il allait être le Président des Comores en 2021-2026, mais quand le dictateur fou de Mitsoudjé se lança dans ses aventures contre le peuple comorien, il oublia Anjouan, son île d’origine, grâce à laquelle il est Président de l’Assemblée.

On le retrouve partout où il y a des saletés et des crimes concoctés par le chien enragé de Mitsoudjé. Quand un faux Rapport supposé être rédigé par 5 Députés a été vertement rejeté par 3 des parlementaires concernés, Abdou Oussene se vautrait dans la fange moyennant argent pour satisfaire les lubies autocratiques du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Quand la dictature a levé l’immunité des Députés de l’opposition de manière tout à fait anticonstitutionnelle et sauvage, les Comoriens avaient été horrifiés en découvrant que, une fois de plus, contre de l’argent, Abdou Oussene s’était comporté en bâtard. Un enfant légitime peut se comporter en bâtard, mais Abdou Oussene ne sait se comporter qu’en bâtard.

Nous voici au lundi 19 novembre 2018. Le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri a voulu faire voter la loi l’habilitant à légiférer par ordonnances comme s’il n’y avait pas de Députés aux Comores. Le reste est tellement beau que je laisse le blog mbadakome.skyrock.com le raconter: «Ce matin, l’Assemblée nationale avait des allures d’un marché où les hommes d’affaires s’activaient pour faire une plus-value. Dans tout le pays, les regards étaient tournés vers le Parlement qui, normalement, aurait dû statuer sur le vote de la loi d’habilitation qui donnera les pleins pouvoirs au Président de la République pour légiférer au moyen des ordonnances.

     Les couloirs de l’Assemblée étaient devenus une fourmilière, où le Président et le Vice-président de l’Assemblée n’ont cessé de tracter; ils rentraient et sortaient dans les bureaux pour essayer de convaincre les Députés pour voter “ouiˮ, mais en vain, l’opération a échoué. Pour la première fois, les élus mohéliens ont rejeté les propositions alléchantes du gouvernement qui leur proposait le poste du Direction général des Hydrocarbures pour légitimer cette loi antidémocratique. En refusant ce marchandage, les élus mohéliens ont compris que l’intérêt du pays passe avant ceux de leur île. Alors, nous leur rendons un vibrant au hommage, pour avoir dit “nonˮ à la dictature et nous rendons également hommage à tous les élus de l’opposition qui, pour la première fois depuis les législatives, se sont réunis ensemble contre le totalitarisme, en appelant tous à voter pour le “nonˮ.

Alors, voyant que les Députés sont décidé de défendre leurs fonctions, car qui dit légiférer par ordonnance dit aussi que le Président va se passer des parlementaires, la cession a été reportée par le Président Abdou Housseini car il a senti que le danger imminent qui plane sur le projet azalisite d’installer la “démomégalotuˮ».

Cocorico pour Mohéli et ses Députés! Cocorico pour les élus de l’opposition nationale des Comores! Pourtant, les Comoriens aimant leur pays doivent faire attention parce que c’est vraiment maintenant que le danger commence. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé n’est pas un régime politique, mais une abjection ignominieuse et criminelle. Elle ne respecte rien. Quand elle ne sera plus en mesure d’imposer ses lubies mégalomaniaques et génocidaires, elle pourra créer un «décret d’auto-habilitation», un «décret» par lequel le dictateur fou héréditaire de Mitsoudjé pourra dire que face au refus de l’Assemblée de le suivre dans sa folie héréditaire, «le fonctionnement régulier des institutions» est affecté et qu’il va légiférer par ordonnances. Si les Députés s’opposent à lui, il le fera ou procédera à la dissolution de l’Assemblée.

Les Comores ne sont pas sorties de l’auberge. Le bambochard Assoumani Azali Boinaheri est un voleur sans honneur entouré de voleurs sans famille, ni généalogie, ni honneur, ni dignité et qui sont prêts à tout pour rester au pouvoir. Ces individus sont capables du pire et l’ont déjà prouvé. Que faut-il attendre d’un Bellou Magochi, du Malgache Kiki, de Chabouhane Baguiri, de Mohamed Saïd Fazul dit Babadi? Que faut-il attendre d’un «ministre» se déclarant de Moroni, ville dans laquelle il ne compte aucun membre de sa famille? Que faut-il attendre de deux politicards se disant de Mohéliens où ni leurs pères, ni leurs mères ne comptent un seul membre de leur famille?

Plus que jamais, la mobilisation des patriotes doit rester forte parce que ce régime politique a déjà prouvé son goût pour l’opprobre et le scandale, en attendant le jour où il devra finir dans le sang.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 19 novembre 2018.

Powered by Comores infos