You are here: Home » Uncategorized » «C’est un gouvernement de transition qui durera 6 mois»

«C’est un gouvernement de transition qui durera 6 mois»

«C’est un gouvernement de transition qui durera 6 mois»

Joyeuses condoléances d’Azali Assoumani à Houmed Msaïdié

Par ARM

      De nouveau, la belle villa en face de l’océan Indien de Houmed Msaïdié Mdahoma ne désemplit pas. De nouveau, Houmed Msaïdié Mdahoma est sous les feux de la rampe. De nouveau, Houmed Msaïdié Mdahoma est l’homme dont on parle. De nouveau, Houmed Msaïdié Mdahoma est l’homme sur lequel lesquels les Comoriens se répandent le plus en sarcasmes, mais pas plus que sur Saïd Larifou, le Grand Timonier éclairé et éclairant du RIDJA, la lumière des lumières, le sommet des sommets, le génie des génies, la perle des perles, la merveille des merveilles les plus merveilleuses. Gloire à Dieu. Prenons un verre d’eau avant de continuer…

Mesdames et Messieurs, Houmed Msaïdié Mdahoma est furax. Il est sorti de ses gonds. Il n’a jamais été aussi furieux de sa vie. Pour entrer dans les petits papiers du maître de Bête-Salam, n’est-il pas allé jusqu’à décréter la révision de la Constitution, sous-entendu la suppression de la présidence tournante, le dada de ces petits Anjouanais et des Mohéliens? Son tempérament volcanique a atteint son taux des mauvais jours. Il est en éruption comme l’un des anciens volcans du Mboudé, aujourd’hui éteints. Il aurait pu gérer dans le calme sa colère de n’avoir pas été nommé ministre, mais, voilà: il y a eu cet appel téléphonique. Des appels téléphoniques, il en reçoit à la pelle, mais il s’agit de cet appel venant du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, le guitariste du Hambou, le soliste et joueur de cartes et dominos de Mitsoudjé. Oui, le cerveau à moitié détruit par la maladie d’Alzheimer, le musicien de Bête-Salam a commis l’énorme bêtise d’appeler l’inconsolable Houmed Msaïdié Mdahoma et de lui tenir le petit discours suivant: «Patron, je ne t’ai pas oublié. Tu es toujours des nôtres. Ce que je viens de nommer, c’est juste un gouvernement de transition qui durera 6 mois. Ton tour va bientôt arriver. Dans 6 mois, je vais renvoyer tous ces comiques, et tu vas de nouveau faire le beau dans les rangs du gouvernement. Tu vas retrouver ton cher ministère de l’Intérieur».

      Ce discours de «condoléances gouvernementales», non seulement ne passe pas chez la star du dernier gouvernement Ikililou Dhoinine, mais a en plus le don d’agacer l’enfant de Maoueni, dans le Mboudé. Houmed Msaïdié Mdahoma se sent trahi, sali, souillé et humilié, surtout à un moment le Tout-Moroni, le Tout-Fomboni, le Tout-Mutsamudu, les habitants des hameaux, des villages sans eau, ni électricité, et des villes l’ont vu dans les parages du bandit de Bête-Salam, ne comprenant pas comment des gens qui s’insultaient encore hier pouvaient pactiser.

Beaucoup de Comoriens ont retiré au volcanique Houmed Msaïdié Mdahoma leur estime, considération et confiance, le trouvant un tantinet imprudent et opportuniste. Si au moins, il avait pu décrocher son poste ministériel, il allait avoir un motif de soulagement et de consolation. Il aurait «mangé un porc halal», comme on dit à Mohéli. Mais, là, il s’est fait humilier et n’a rien obtenu. S’il le pouvait, il serait parti à Bête-Salam et aurait ouvert la poitrine du soliste de Mitsoudjé de ses propres mains afin de lui arracher le cœur pour le jeter aux chiens.

Le guitariste du Hambou parle de «gouvernement de transition», mais il s’agit de quelle «transition»? Une «transition» par rapport à quoi? Une «transition» pour aller où? En tout cas, une chose est certaine: quand on se moque d’un haut dignitaire du Mboudé, il faut savoir qu’on ne sort jamais vivant de ce genre de choses. Les gens du Mboudé ont la mémoire très longue, la rancune tenace, qu’ils ne jettent pas facilement à la rivière. Et comment Houmed Msaïdié Mdahoma va retrouver le ministère de l’Intérieur, alors que Kiki porte toujours son gris-gris sur le poignet – comme le Colonel Youssoufa Idjihadi – et ne quitte pas le Mbadjini, où son sorcier ne dort pratiquement plus? Houmed Msaïdié Mdahoma n’a pas été ministre de l’Intérieur sans savoir ce que fait son successeur, à qui il veut succéder. N’est-ce pas en 2016 qu’un candidat du Hambou a profané la tombe de son père pour y tirer une dent, condition indispensable pour entrer à la Présidence de la République même avec 1% des suffrages? C’est un secret de Polichinelle.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 19 juillet 2017.

Powered by Comores infos