You are here: Home » Actualité » Chef de la diplomatie des Comores, surendetté à Mayotte

Chef de la diplomatie des Comores, surendetté à Mayotte

Chef de la diplomatie des Comores, surendetté à Mayotte

Au lieu de réclamer Mayotte, qu’il y rembourse déjà ses dettes

Par ARM

       Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, est nommé ministre des Affaires qui lui sont étrangères. Certains Comoriens vivant à Mayotte et qui connaissent son dossier sur l’île française rasent les murs. Ils ont honte. Pis, ils sont morts de honte. Ils savent que dans un passé récent, Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, y a laissé une suite interminable de dettes. Il a volé et spolié des dizaines de Mahorais et a pris la fuite. Il a profité de leur gentillesse légendaire et de leur hospitalité proverbiale pour leur voler des dizaines de milliers d’euros. Promettant un remboursement rapide, il est surendetté sur ce bel archipel. Il n’y a pas une ville ou un village de Mayotte où Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, le désormais ministre des Affaires qui lui sont étrangères des Comores, n’a pas au moins 10 créanciers.

Maintenant, la France a le moyen le plus efficace pour faire taire la dansante et chantante diplomatie des Comores au sujet de son département de Mayotte: dépêcher les créanciers mahorais de Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, partout où il doit répéter bêtement et inutilement «Mayotte est comorienne et le restera à jamais». Les créanciers mahorais du chef de la prétendue diplomatie comorienne n’auront même pas besoin de lui adresser la parole, mais de le regarder droit dans les yeux. C’est tout.

Qui se ressemble s’assemble: Ici avec l’inégalable Saïd Larifou

Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, est quelqu’un de très sale. Lui-même sait qu’il ne mérite même pas de laver les toilettes d’un ministère des Affaires étrangères. Sa nomination est la version contemporaine des Trente Deniers de Judas:

1.- Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, est le faussaire qui a rédigé le faux Rapport sur «la citoyenneté économique» contre les adversaires politiques de son dictateur de chef, le dictateur fou Assoumani Azali Boinaheri.

2.- En compagnie de l’usurpateur Anissi Chamsidine, il a volé du matériel de travaux publics lié à «la citoyenneté économique» et acheté par sa victime Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Son épais dossier sur ce vol l’attend au Tribunal de Moroni.

3.- Son nom n’est pas Dhoihir Dhoulkamal, mais Toiliha Dhoulkamal. C’est la première fois dans les annales mondiales de la diplomatie et dans l’Histoire de l’humanité qu’un pays confie sa (prétendue) diplomatie à un faussaire notoire devenu un escroc et un voleur. Il se fait appeler «Dhoihir Dhoulkamal» pour profiter du diplôme du vrai Dhoihir Dhoulkamal.

4.- Donc, Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, est un faussaire, un voleur, un escroc, un traître, un larbin, un portefaix et un corrompu. Quand un pays se rabaisse à ramasser dans les ruisseaux de tels ministres, c’est qu’il est en fin de parcours. Cette arsouille fait déjà regretter Mohamed Elamine Souef, et qu’on ne dise pas aux Comoriens que Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, va faire mieux que Mohamed Elamine Souef.

5.- En tout cas, nous sommes certains observateurs à attendre avec impatience les discours de Toiliha Dhoulkamal, le faux Dhoihir Dhoulkamal, sur Mayotte, où il doit commencer par rembourser l’argent volé à des gentils Mahorais. Comment les Comores pourront-elles être respectées à Mayotte quand celui qui est chargé d’aller s’égosiller partout dans le monde pour réclamer Mayotte a volé l’argent de dizaines de Mahorais?

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 28 septembre 2020.

Powered by WPeMatico