You are here: Home » Actualités » Comment est La démocratie comorienne selon le ministre de la justice ?

Comment est La démocratie comorienne selon le ministre de la justice ?

Comment est La démocratie  comorienne selon le ministre de la justice ?
Interrogé il y a quelques jours sur le plateau de la télévision de l’émergence (ORTC), sur la décision prise par président fondateur de l’émergence de rompre les relations diplomatiques avec le Qatar, suite au blocus imposé à ce petit pays ami par la grande monarchie du golf, l’Arabie Saoudite,  le garde des sceaux a expliqué que le président a le pouvoir de prendre des décisions car nous sommes dans un pays démocratique. Cette phrase a fait mouche dans la tête des comoriens ; Mais quelle démocratie et de quel pays le ministre de la justice comorien parle-t-il ?

Mais si ici, il s’agit des Comores dont parle le garde des seaux, alors dans ce cas nous allons vous peigner la démocratie à la comorienne comment fonctionnent-elle. Dans ce pays que vous croyez connaitre, il y a un an , l’accès dans le palais du peuple a été interdit à certains parlementaires  par l’armée nationale, tout comme cela a été le cas pour les élus du conseil de l’ile Anjouan qui devaient représenter Anjouan au palais du peuple. Mais que dire de l’Arabie Saoudite qui se paie au prix coûtant cette démocratie.

Monsieur le ministre, pour rappel dans votre pays, les Comores, les assassins de Brandao, cet homme décapité en morceaux à Anjouan l’année dernière et le médecin qui a assisté encore l’an passé à la mort d’une jeune femme enceinte, sans lui venir en aide, circulent librement sans que cela ne gêne personne. Dans ce pays, l’armée a ouvert le feu sur des jeunes lycéens dont leur seul tort était de manifester à l’intérieur de leur établissement, de la même façon que foundhi Djibril croupisse en prison pendant que le chef de l’état compose  au quotidien avec des repris de justice et des gens qui ont détourné la justice etc.

Mais de quelle démocratie parle-t-il,  lorsque le président de la république et son vice président  décide d’acheter des groupes électrogènes d’une valeur de 10 millions d’euros  sans appel d’offres et qu’un juge a tenté d’escroquer la banque de développement des Comores (BDC) 3 millions d’euros.
Sur le plan politique, comment comprendre que dans un pays dit démocratique, le secrétaire général du président n’est que le neveu du président et les ordres descendent verticalement de la présidence sans passer par les ministres. De la même façon que sur certaines nominations, le choix est motivé par la proximité : C’est-à-dire la famille, les amis du président d’abord et les ressortissants du même village que le président, Mtsoudjé après.

Sur le plan médiatique, quelle soit la presse écrite ou la télévision d’état, l’opposition n’est représentée. Elle est complètement bâillonnée au point que dans le microcosme politique, il n’y a qu’une seule voix, celle du président fondateur.
Alors vous avez dit démocratie dans le pays où on a inventé le 104% pour usurper le vainqueur du 1er tour, l’actuel  ministre de la justice, voilà un vrai paradoxe?

Mbadokome 

Powered by Comores infos