You are here: Home » Non classé » Comores-Emirats arabes unis I Un mémorandum d’entente pour consolider la coopération bilatérale

Comores-Emirats arabes unis I Un mémorandum d’entente pour consolider la coopération bilatérale

Politique |  08/12/2020 –

image article une

Le document a été signé hier en milieu de journée par le ministre des Affaires étrangères, Dhoihir Dhoulkamal, et Anoir Mohamed El Karkach, ministre d’Etat aux Affaires étrangères. Les deux pays ont lancé officiellement leur commission mixte, appelée à coordonner les grandes questions d’intérêt commun. Les Comores et les Emirats arabes unis entretiennent des relations “déjà solides au plus haut niveau”. “Les autorités d’Abu-Dhabi avancent à grands pas” et interviennent dans divers secteurs clés, devenant le plus gros donateur de la Conférence de Paris avec 350 millions de promesses de don.

Les Comores et les Emirats arabes unis ont signé hier lundi 7 décembre un mémorandum d’entente au terme de la première session virtuelle de leur commission mixte. Celle-ci travaille déjà sur divers programmes arrêtés par les deux pays. Les travaux ont été ouverts officiellement par le ministre des Affaires étrangères, Dhoihir Dhoulkamal et Anoir Mohamed El Karkach, ministre d’Etat aux Affaires étrangères.

Un partenariat en construction

Ce dernier, le premier à prendre la parole, a réitéré la détermination de son pays à poursuivre l’élan de coopération enclenchée depuis quelques années par Moroni et Abu-Dhabi. Le président Azali Assoumani et son homologue émirati Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyane entretiennent des relations particulières empreintes de confiance mutuelle. La signature de ce mémorandum vient ainsi conforter un partenariat en construction et qui s’avère “déjà solide au plus haut niveau”, d‘après un diplomate comorien.

“Je suis très heureux de signer ce mémorandum. Je voudrais saluer les liens de fraternité qui unissent les deux pays et l’évolution de notre coopération ces dernières années”, a rappelé Anoir Mohamed El Karkach dans son discours. “Les Emirats arabes unis se hissent au premier rang et nous serons très heureux de voir ce partenariat se renforcer dans les années à venir”, a ajouté l’officiel émirati.

A l’issue des travaux, les Comores et les Emirats arabes unis ont lancé officiellement leur commission mixte, appelée à coordonner les grandes questions d’intérêt commun. “Ces deux derniers années ont été toutes particulières pour nos deux pays frères. L’engagement soutenu des Emirats arabes unis au service du développement de l’Union des Comores a été exemplaire”, a souligné, de son côté, Dhoihir Dhoulkamal.

Le ministre comorien a reconnu la particularité du mémorandum signé qui marque, selon lui, une autre étape dans la volonté de raffermir davantage un partenariat “sous le sceau de l’excellence”. “Cette rencontre d’aujourd’hui, nous en sommes persuadés, va lui insuffler un nouvel élan, parce qu’orienté vers le développement économique et social de nos deux pays”, a encore souligné le chef de la diplomatie comorienne.

Les autorités d’Abu-Dhabi avancent “à grands pas” et interviennent dans divers secteurs clés, devenant le plus gros donateur de la Conférence de Paris avec 350 millions de promesses de don. Dhoihir Dhoulkamal n’a pas manqué de louer le choix stratégique des projets soutenus par les Emirats. “Une vision qui cadre bien avec l’ambition du chef de l’Etat Azali Assoumani qui consiste à faire des Comores un pays émergent à l’horizon 2030”, a-t-il indiqué.

La coopération amorcée par les deux pays vise dans un premier temps l’économie, la Défense et le social. Les Emirats arabes unis soutiennent déjà des investissements ciblés dans le secteur de l’énergie en fournissant de centrales “clés en main” avec la possibilité d’accompagner le pays dans son ambitieux programme de mix énergétique.

Des lobbies au sein du G20 pour l’annulation de la dette des Comores

Les Emirats ont déjà annoncé en 2017 la construction d’une grande centrale photovoltaïque dans la région de Wachili à Ngazidja d’un montant de 50 millions de dollars. Le pays peut également compter sur les lobbies des autorités émiraties dans les négociations au sein du G20 consacrées à l’annulation de la dette de 38 pays africains dont les Comores.Il y a quelques jours un accord de défense a été signé par les autorités en charge de la sécurité des deux pays avec un accent sur la formation, le renforcement des capacités logistiques et les renseignements.

Abu-Dhabi s’est montré prêt à soutenir un programme de réhabilitation des infrastructures scolaires. Le pays a déjà financé à 100% un chantier de construction de plus d’une dizaine d’écoles détruites par le cyclone Kenneth et qui sont déjà opérationnelles.

“Les accords en perspective sont la concrétisation de ce partenariat au développement, scellé entre nos deux pays et dont l’évènement de ce jour en est l’étape charnière”, a conclu le ministre comorien. La première session de la commission mixte Comores-Emirats arabes unis a eu lieu par visioconférence avec l’assistance du conseiller spécial du président, Nour El Fath Azali, de l’ambassadeur Mohamed Saeed Miqbal et des techniciens des deux pays.

A. S. Kemba

Powered by WPeMatico