You are here: Home » Actualités » Comores, le licenciement se justifie lorsqu'il est mesure!

Comores, le licenciement se justifie lorsqu'il est mesure!

Pour réorganiser l’équilibre économique, oui, le licenciement s’impose, mais s’il est bien réfléchi, bien orienté. Limité le recrutement dans les administrations publiques, ça n’a jamais été définitif, pour un état qui cherche de la compétitivité. D’une manière d’autre, l’État peut encore continuer à recruter les cadres (ingénieurs, administrateurs de haut niveau…).
 
Le cas des licenciements massifs depuis l’élection d’Azali, ceci me parait légal lorsque de nombreux recrutements sont faits pendant les périodes électorales, donc non compétitif. Et, cela n’est pas la seule raison légale pour justifier ces licenciements. Pour tout dire, personne ne peut soutenir le chômage.
 
Or, le gouvernement a le devoir d’aller vite sur ce plan, même si c’est une démarche complexe qu’il vient d’entreprendre, dans un pays où on ne dispose pas d’autres structures privées qui peuvent recruter.
 
Pourtant, l’État doit s’assouplir en profondeur, car, elle s’étouffe par de nombreuses institutions et services qui n’apportent rien dans notre pays. Institutions qui consomment plus que les centaines de personnes licenciées.
 
Nous avons des institutions, des services qui méritent d’être revues pour gagner d’argent et de pouvoir re-recruter. Le pays n’a pas besoin des 3 vice-présidents y compris les cabinets (98.000.000fc par mois), des gouverneurs, y compris les cabinets et ceux des commissaires (207.000.000fc x3), des assemblées des Îles, rien que de Moheli (74.000.000fc), des coordinateurs représentants du gouvernement dans les îles (Mohéli, 13.000.000fc).
 
A suivre
Mohamed Bacar
 
Comores, le licenciement se justifie lorsqu'il est mesure!

Powered by Comores infos