You are here: Home » Actualités » Comores : Les assises d’un mouvement ne représentent pas le peuple

Comores : Les assises d’un mouvement ne représentent pas le peuple

Selon l’article 3 de Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001 modifiée par référendum du 17 mai 2009, « la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce, dans chaque île et dans l’ensemble de l’Union, par ses représentants élus ou par la voie du référendum. Aucun groupement ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. »
Donc si AZALI veut réviser la Constitution, s’il veut rester jusqu’à l’émergence (jusqu’à l’horizon 2030), il doit emprunter une voie souveraine, et l’article 42 de la constitution comorienne lui offre cette possibilité. Selon cet article l’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de l’Union et au moins un tiers des membres de l’Assemblée de l’Union. Pour être adopté, le projet ou la proposition de révision doit être approuvé par les deux tiers du nombre total des membres de l’Assemblée de l’Union ainsi que par les deux tiers du nombre total des membres des Conseils des Iles ou par référendum.
L’ex-président Sambi a eu recours au référendum pour réviser la Constitution afin d’harmoniser les élections qui coûtaient trop chères à l’Etat. Pourquoi Imam AZALI ne fait pas la même chose ? GE ARIYAWO (pourquoi a-t-il peur ?).
Pour finir je vous propose le discours de Son Excellence SAMBI après le référendum.
Discours (mai 2009)
Après les louanges à Allah et les salutations au Prophète, à sa famille et à ses compagnons, le Président de la République s’est adressé à la Nation en langue nationale, en ces termes :
Honorable Comoriennes et Comoriens, des quatre iles et de la Diaspora, Jeunes et Adultes, Hommes et Femmes, Vous tous qui me faites l’honneur de m’écouter et de me comprendre,
Que Dieu vous assiste, vous honore, vous protège et fasse de vous des bienheureux, dans ce Monde et dans l’Au-delà.
J’ai le grand honneur de m’entretenir aujourd’hui avec vous, citoyens comoriens, pour vous adresser mes chaleureuses félicitations et mes sincères remerciements, pour avoir honoré les Comores et rehaussé le pays.
En effet, alors que je vous ai demandé de me suivre, si vous estimez que mes propositions sur le référendum étaient en faveur des intérêts du pays, vous avez fait la démonstration de votre grande maturité politique et de votre disponibilité à aider le pays.
En vous rendant dans les bureaux de vote, à l’occasion de ce référendum et avec un taux de participation bien supérieur à celui du référendum d’adoption de notre constitution en 2001, malgré les intimidations et les menaces, vous avez fait preuve d’un patriotisme qui honore notre pays et notre drapeau.
Chaque Comorien doit aujourd’hui se sentir fier de vivre dans un pays démocratique où triomphe l’Etat de droit.
Je vous félicite, pour avoir accepté de jeter les bases d’une nouvelle architecture institutionnelle qui facilitera la tâche de mes successeurs qui n’auront plus désormais à gérer des conflits de compétence.
Vous méritez d’autant plus ces félicitations que la Communauté internationale et au moins trois de mes homologues Chefs d’Etat m’ont déjà contacté pour vous féliciter à travers moi, pour votre sagesse, votre patriotisme ainsi que pour votre sens élevé de l’intérêt de notre pays et votre aspiration au progrès.
Le référendum du 17 mai ouvre les portes du bien-être car, j’en suis convaincu, il aura permis de lever les doutes qu’auraient pu légitimement avoir les investisseurs étrangers, désireux de venir dans notre pays.
En effet, aujourd’hui, ils ont en face d’eux comme interlocuteur, un seul Président, un seul gouvernement et une seule constitution. Voilà un des résultats de l’acte que vous avez posé le 17 mai. Nous verrons que dans les semaines et les mois à venir, plus d’investisseurs désireront venir s’installer dans notre pays.
Je vous remercie en mon nom propre et en tant que Président de la République pour avoir fait la démonstration que vous êtes un peuple libre, courageux et patriote.
Ceux qui se sont désolés de n’avoir pas pu voter, ne sont pas moins méritants car ils ont été les gardiens vigilants de la paix et de la sécurité dans nos villes et villages. Je les remercie tous.
Je remercie les jeunes ainsi que les personnalités qui ont occupé de grandes responsabilités dans ce pays et qui, à cette occasion encore, ont jeté le poids de leur expérience et de leur prestige, dans la balance en vous appelant à voter pour le oui.
Je remercie les Ulémas qui se sont dressé en faveur du bien de ce pays. Je remercie les femmes qui ont su si bien, défendre leurs intérêts et ceux de leurs enfants.
Je remercie notre Armée qui a en charge la sécurité de notre pays et qui, une fois encore, a fait montre d’une grande responsabilité, notamment en dissuadant les gens malintentionnés de perpétrer des méfaits et en contribuant à la réussite du scrutin.
Je remercie les différentes branches de l’information et de la communication pour leur engagement et leur contribution.
Je remercie tous ceux qui étaient en charge de l’organisation du scrutin ainsi que toutes les autorités de l’Etat qui ont tout mis en œuvre, en vue du bon déroulement du référendum. Je les remercie notamment pour avoir accepté de s’abstenir, comme je le leur ai demandé, de faire usage du bien public, dont leurs véhicules de fonctions, au cours de la campagne électorale.
Comoriennes, Comoriens, mes Chers frères et sœurs,
Pour la première fois, nous avons organisé et réussi un scrutin, aussi bien dans ses aspects financiers et de ressources humaines qu’en matière de sécurité, sans l’aide étrangère à laquelle nous avions pris l’habitude de recourir, y compris en matière de finances et d’assistance militaire. Nos partenaires nous en ont félicité et reconnu notre capacité dans l’avenir, à organiser des élections libres, démocratiques et transparentes.
Je remercie tous les Comoriens y compris ceux de l’Etranger qui, faute d’avoir pu voter, ont appelé leurs concitoyens et leurs familles au pays à voter en faveur du changement, convaincus de la nouvelle image que projette notre pays à l’extérieur.
Je vous remercie tous, de n’avoir pas suivi les appels au boycott, à la violence et aux incendies, en allant voter pour dire oui au changement, au même titre que je remercie ceux qui ont voté non et pour qui nous avons du respect.
Désormais, nous sommes en droit d’attendre les fruits immédiats, à moyen et long terme, du référendum.
Le premier fruit est d’abord que notre pays est désormais ancré dans le rang des pays stables et démocratiques.
Le second fruit est mon engagement, en ma qualité de Président, à faire la preuve, que j’ai bien compris le message que vous m’avez adressé en mettant en œuvre rapidement les mesures attendues.
Vous avez fait votre choix. J’ai compris que vous souhaitiez des changements dans ce pays. Je saisis ainsi cette occasion pour vous annoncer quelques mesures.
Dans l’immédiat, j’ai demandé au Gouvernement, la mise en place d’une commission chargée d’émettre les avis et propositions, sur les mesures et les changements qu’implique l’adoption de la révision constitutionnelle. Je sais qu’ils sont à l’œuvre.
Pour les mois qui viennent, j’ai demandé au Gouvernement qui l’a accepté, l’instauration d’une seule Fonction Publique qui regroupera tous les agents de l’Etat qui seront tous identifiés et dont les états salariaux seront connus, aussi bien à Ngazidja, à Mwali qu’à Ndzouani. En effet, parmi les dysfonctionnements inacceptables, est le fait normal, que des fonctionnaires soient payés par l’Etat sans que le Chef de l’Etat que je suis, soit informé de leur rôle et de leur revenu. J’ai à cet effet demandé aux responsables de l’Administration d’établir désormais un seul état de salaires et de procéder au paiement par virement ou via les banques souhaitées par le fonctionnaire, de tous les salaires en même temps et dans toutes les iles, pour éviter l’inconvénient des salaires non versé, notamment dans les iles autonomes.
J’ai également demandé au Gouvernement de procéder à la réduction des indemnités pour les mandats politiques afin que les économies ainsi réalisées soient affectées à la construction de salles de classe, aux activités et aux infrastructures destinés à la jeunesse et aux sports et à la résolution des problèmes d’adduction d’eau des Comoriens. Je voudrais ainsi qu’à compter du mois prochain, des prélèvements à déterminer, de 10, 15 ou 15%, soient faits non sur les salaires de base, mais sur les indemnités du Chef de l’Etat, des Ministres et des autorités des Gouvernorats.
J’ai enfin demandé au Gouvernement de mettre en place une brigade de contrôle des prix des denrées de première nécessité sur les marchés, notamment le riz, l’huile et les autres denrées, pour lutter contre les fraudeurs. Il n’est pas normal par exemple, que le prix homologué du riz ordinaire ne soit pas respecté. Je veillerai au respect de cette mesure.
Dans les jours et semaines à venir, nous devons voir concrètement les fruits du référendum du 17 mai.
J’ai demandé aux Gouverneurs des trois iles, à venir me rencontrer vendredi, pour que nous puissions parler de l’immédiat et de l’avenir de notre pays, dans l’intérêt de tous les Comoriens d’Anjouan, de Mohéli et de la Grande-Comore et dans le respect des institutions.
Mes chers compatriotes,
Nous avons ouvert une nouvelle page de nos institutions qui appelle en priorité, la mise en place d’une assemblée capable d’aider le Gouvernement à aller de l’avant. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, tout comorien doit pouvoir apporter sa contribution et non seulement demander à son pays de lui être utile. Aux fonctionnaires je demande ainsi de cesser les mauvaises habitudes et d’apporter des changements dans leurs bureaux. Aujourd’hui les responsabilités au sein de l’Etat sont claires et les Comoriens ont souhaité des changements. Dans ce domaine, je serai plus vigilant, aujourd’hui encore plus qu’hier. Que ceux qui ne sont pas en mesure de les respecter en tirent les conséquences et se démettre de leurs fonctions.
Comoriennes, Comoriens,
Je m’entretiendrai à nouveau avec vous pour vous faire partager mes rêves pour ce pays, convaincus que vous m’aiderez à les réaliser et à porter le drapeau du changement dans notre pays.
Nous avons un seul Etat, un seul et même pays dont l’unité et la cohésion lui donneront la force nécessaire et la capacité à nous apporter le bien-être auquel nous aspirons.
Dieu nous a assistés en nous aidant à libérer par les armes, l’Ile d’Anjouan. Nous avons gagné sans effusion de sang. Il vient de nous prouver son amour pour nous et notre pays en incitant nos adversaires non pas à voter non mais à prôner le boycott et l’abstention. Nous devons, par notre obéissance et notre confiance en Dieu, lui en rendre grâce et l’en remercier en exprimant notre reconnaissance envers ses bienfaits, notamment en aimant notre pays et son unité et en respectant les honorables personnalités qui visitent notre pays et en préservant les biens de nos investisseurs étrangers.
Chaque bienfait a un prix. Nous avons payé le prix du débarquement, nous devons payer ainsi celui du référendum car nous devons bientôt à mettre en place notre assemblée et je vous invite d’ores et déjà à bien choisir.
A nos compatriotes de la diaspora, je leur demande de se tenir bien informés de ce qui se passe dans leur pays, loin de la désinformation, grâce notamment à la radio nationale, avant de pourvoir accéder aux images par satellite que nous souhaitons pour bientôt.
Merci à tous d’avoir aidé le pays. Qu’Allah bénisse le Prophète Muhammad Que Dieu vous récompense en bien.

 
source (sans la photo) : a.m.sambi.attoumanegalela

Powered by Comores infos