You are here: Home » Actualités » COMORES: MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE

COMORES: MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE

COMORES: MAMADOU ET LES SIENS CONTRE LE PEUPLE
A quelques jours des primaires des élections présidentielles et des premiers tours des gouverneurs, les experts en farces continuent leurs basses œuvres. Prendre le peuple pour des idiots est une de leurs fiertés, totem de leur réussite. Oui qui se ressemble s’assemble. Les candidats du pouvoir illustrent cette expression. Ce groupe de faux-amis : Mohamed Ali Mamadou, candidat titulaire, et ses colistiers, Houmed Msaidié, Abiamdri Mahamoud et Nourdine Bourhane sont des fruits de la saison, même si fruits amers. Un mépris total au peuple, une profanation à la jeunesse, une insulte à la politique. La devise de ces hommes sans scrupule, dans la campagne électorale est la mésestime à la population et sa déconsidération.
 
« Il faut du cœur… »
Ici et là, ceux qui ont le cœur grand, et qui peuvent résister au vomissement, suivent les discours qui se conjuguent avec tous les méfaits de ceux qui ont rendu possible le naufrage des Comores, depuis plusieurs décennies. Discours sans constance ni honneur, sans respect ni estime aux citoyens comoriens. Avec ce que traverse la population, sans vie ni espoir, avec ces candidats du pétrole et du gisement de Handuli, c’est un présent amer qui dessine une future calamité. Comment une poignée d’hommes qui s’est enrichie profusément par la sueur du peuple, arrive à berner ce dernier et à demander un renouvellement de sa confiance ? Comment Mohamed Ali Mamadou, promet l’électricité aux Comores, alors que lui l’argentier de l’Etat depuis dix neuf ans, n’a jamais pensé à ce secteur stratégique ? Jamais dans l’histoire du pays, un mois de ramadan complet sans lumière, ne serait-ce qu’à la pipette. Et pourtant, ce ministre des finances, conseiller financier des banques étrangères, pour les intérêts des puissances mondiales contre les Comores, avait promis de faire sortir les Comores dans le basané durant le mois de ramadan.
C’est vrai qu’il prétend que seule la présidence de l’Union aura le pouvoir de le rendre plus soucieux du bien-être de la population en attente de normalité. Et il faut le croire sur parole.
« Mais quel culot ? »
Dans ces meeting, peut-il expliquer où sont partis les plusieurs centaines de millions d’euros qui lui sont octroyés par la BAD (Banque Africaine de Développement) pour ressusciter l’énergie comorienne depuis trois ans ? Avant on parlait de délestage, une arrivée au stilligoutte de l’électricité. Maintenant, apercevoir de lumière ne serait-ce qu’une étincelle, rend malade. Combien d’enfants rendus délinquants à cause de la déscolarisation, faute d’existence d’établissements publics ? Combien d’avortements des femmes enceintes causés par les routes impraticables ? La prostitution juvénile, le chômage, la dislocation de la société ? Combien de gens rendent l’âme à l’hôpital El-Maaruf de Moroni, à cause du manque de tout dans cet établissement, devenu lieu de fin de vie ? Que dire de la femme enceinte devant subir une césarienne à l’hôpital El-maaruf et transférée inopinée à Mbeni pour cette cause, faut de manque d’électricité ? Un fait qui s’est produit quelques jours après les discours apocryphes du candidat du pouvoir. Toute cette liste, est sur le compte du ministre des finances, et candidat du pouvoir aujourd’hui. N’est-ce pas le summum du mépris à la population et des mensonges face à celle-ci ? Et ça personne n’en parle. Et là, « ye mze ngena nvuu », « il a de l’expérience… ». 
Mais toujours quand la barrière est beaucoup plus basse, les loups sautent par-dessus pour dévorer les brebis. Voilà le sort réservé aux comoriens, qui ne sont que des pauvres victimes d’une situation chaotique.
« Ca fait cracher, mais passons »
Suivre les discours du candidat Mohamed Ali Mamadou, donne des démangeaisons, de la nausée et de l’amertume. Mensonge se dit mais ne se fait pas. Mais comment ce candidat des discordes a-t-il eu le cœur et les yeux de promettre le néant ? Mais quel culot a cet homme aux mille et une richesses par la sueur de ce pauvre peuple ? « Nous avons réalisé un chantier plus important : l’électrification générale des Comores, donc aucune crise d’électricité, ni aujourd’hui ni demain » Mais à qui s’adresse-t-il ? A ceux qui vivent sa mauvaise gouvernance ou à ceux qui veulent l’entendre dire ces clowneries provocatrices ? Que dire de sa réponse aux internautes :« Les internautes disent que je suis là depuis quarante ans. Oui, c’est parce que je vous apporte beaucoup… ». Ca fait cracher, mais bon, passons.
« Dans la bouche de Msaidié, un galet »
Enfin, il n’y a pas longtemps lorsque Houmed Msaidié était soi-disant opposant au régime en place, ne cessait de demander des comptes au sujet de l’argent de la citoyenneté économique, quitte même à porter plainte contre Sambi. Sans doute, il savait que cette manne, est dans les coffres du ministère de finances. Et pourquoi, sa bouche est hermétiquement fermée cette fois-ci ? Les comoriens auront droit à des explications ? Ces candidats du pétrole, sont prêts à tuer à petit feu, une population entière pour arriver à leurs fins pervers. La motivation de leurs candidatures est plutôt pécuniaire que le sort  du pays. Sinon le navire de Msaidié, expert en matière de trahison et des bifurcations inopinées, serait accosté à son port idéal.

SAID YASSINE Said Ahmed
(Source sans la photo) :COMORESplus

Powered by Comores infos