You are here: Home » Non classé » Comores/Médias : Le journalisme au profit de la désinformation !

Comores/Médias : Le journalisme au profit de la désinformation !

Trop c’est trop, ce qui se passe aux Comores est inadmissible dans le domaine journalistique.

Des pseudos journalistes utilisent leurs statuts avec une volonté affichée de tromper le peuple comorien.

Un journaliste a pour mission « de recueillir des informations, les vérifie , et les rend accessibles au public ».

Autrement, le journaliste ne donne pas son opinion et encore plus grave ne défie pas les institutions avec des menaces.

Il a pour objectif de relater des faits et rien que des faits.

Malheureusement, on a désormais pour habitude de subir des mensonges à longueur de journée.

La semaine dernière, un journaliste, sûr de lui s’invite dans les réseaux sociaux comme
et balance qu’un enfant de 9 ans se trouve en prison et serait mélangé avec des détenus de droit commun.

Immédiatement, c’est le branle-bas de combat.
Les appels et les messages fusent pour demander la liberté de cet enfant même si on utilisait le conditionnel sachant l’origine de l’information.

Et au bout de quelques minutes, on apprend que c’est faux.

L’enfant a 16 ans et il est poursuivi car il est soupçonné d’avoir introduit son doigt dans le sexe d’une gamine de trois ans sachant qu’aux Comores, on est pénalement responsable à partir de 15 ans.

Toutefois, c’est bien un mineur et les différentes associations doivent faire pression pour la mise en place d’une maison de redressement pour mineur et de suivi psychologique.

Et il a fallu l’intervention de l’ancienne Ministre de la condition féminine et Présidente de la Commission des Droits de L’homme et des Libertés pour balayer les affirmations fausses du journaliste.

Pour conclure, le droit doit se montrer implacable et couper l’herbe aux pieds des faiseurs de troubles.

Il vaut mieux prévenir que guérir, on ne peut pas balancer des sottises et une fois que tout le monde a compris la supercherie, venir s’excuser comme si de rien n’était.

Moroni info

Powered by WPeMatico