You are here: Home » Actualités » Comores / Nouvelle préfecture dans le Mbude : le chef de l’Etat appelle les préfets à «se mettre au service de l’Etat et du peuple »

Comores / Nouvelle préfecture dans le Mbude : le chef de l’Etat appelle les préfets à «se mettre au service de l’Etat et du peuple »

Comores / Nouvelle préfecture dans le Mbude : le chef de l’Etat appelle les préfets à «se mettre au service de l’Etat et du peuple »
Lors de la cérémonie inaugurale, hier, en présence du chef de l’Etat, le ministre de l’Intérieur a soutenu que le dispositif de la décentralisation et de la déconcentration avait été « initié par l’actuel président de la République » et a indiqué qu’une nouvelle autre préfecture allait être instituée à Moya à Ndzuani.
Le chef de l’Etat, Azali Assoumani, a procédé hier à Ntsaweni à l’inauguration de la préfecture de la région de Mbude au nord-ouest de Ngazidja. Une foule nombreuse venue des quatre coins du pays a honoré la cérémonie rehaussée également par la présence de hautes autorités de l’Union et de l’île et de l’ancien ministre et plusieurs fois député de la région, Houmed Msaidié.
Un notable de Ntsaweni, le chef-lieu de la région, Hassan Hamada, a présenté le programme et remercié l’assistance pour s’être déplacée. Le mot de bienvenue a été prononcé par l’ambassadeur Ali Mlahaili qui, comme à l’accoutumée, a parlé d’unité du pays et d’intégrité territoriale. Sa déclaration n’est pas passée inaperçue. En effet, le président lui a remercié pour la « teneur patriotique de ses propos », tout en lui rappelant que lui-même a, récemment, refusé poliment la présence du préfet de Mayotte dans la délégation française qu’il a reçue, en raison de l’appartenance de l’île à l’Union des Comores.
Ali Mlahaili a encouragé le président à persévérer dans sa politique d’ouverture et de recherche de consensus, seule condition, selon lui, de « capitaliser les synergies pour parvenir à l’émergence ». Il a exhorté le président à aller de l’avant en soutenant qu’après l’électricité pour booster l’économie, le gouvernement doit s’atteler au chantier de l’eau « source de vie », aux infrastructures pour favoriser la circulation des biens et des personnes, à l’agriculture pour garantir l’autosuffisance alimentaire « autant d’actions à mener simultanément dans le but d’améliorer sans cesse les conditions de vie et d’existence de la population ».
L’ancien chef des ulémas de Ngazidja, Mohamed Nassur a, pour sa part, remercié au nom de la région, l’engagement tenu du président de la République d’ouvrir cette nouvelle préfecture. Affirmant parler au nom de la région, il réclamé une circonscription électorale au niveau des députés pour la préfecture de Mbude. Selon lui, la préfecture doit s’accompagner également de la réfection des routes et l’entrée en service du nouveau site de l’hôpital du chef-lieu de la région, Ntsaweni.
De son côté, le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, a soutenu que tout le dispositif de la décentralisation et de la déconcentration avait été « initié par l’actuel président de la République » dans le but de rapprocher l’administration des administrés et rappelé que la loi des finances 2017 a prévu une ligne budgétaire de 19 milliards pour financer l’activité des mairies. Dans cette lancée, il a indiqué que deux villes allaient bénéficier de nouvelles installations des préfectures à savoir Ntsaweni et Moya à Ndzuani.
Le gouverneur de Ngazidja, Hassani Hamadi, reviendra sur le sujet épineux de la représentation nationale qui « n’est pas proportionnelle à la population et obéit à des règles anti-démocratiques d’équilibre insulaire ». Un dosage consensuel qui, selon le gouverneur, nuirait « à la démocratie et dont il faudra très vite corriger ».
« Plus d’actes »
Prenant la parole en dernier, le président de la République a appelé à « plus d’actes que de paroles ». Azali s’est attardé sur les valeurs qui fondent la République, et l’engagement de chaque citoyen à les respecter. Le préfet doit se mettre au service de l’Etat et donc du peuple, a-t-il dit. La paix est notre seule richesse qu’il faut impérativement préserver, donnant l’exemple de nombreux pays, qui ont réussi l’émergence mais dont l’insécurité permanente gomme les plus bels indicateurs économiques. Le président de la république a insisté sur l’éducation des enfants et sur le respect des principes édictés par la religion musulmane.
 
AAA
source : Al-watwan N° 3129 du lundi 06 mars 2017

Powered by Comores infos