You are here: Home » Actualités » Comores: quarante et un ans d’indépendance inachevée

Comores: quarante et un ans d’indépendance inachevée

Comores: quarante et un ans d’indépendance inachevée

La descente aux enfers du pays continue dans la médiocrité

Par Saïd-Ahmed Saïd-Abdillah

     «Le plus mauvais gouvernement est celui qui n’a d’autre ressort que, la tête d’un prince qui étant incapable, est si présomptueux, qu’il ne fait état d’aucun conseil. Le meilleur de tous est celui dont le principal mouvement est en l’esprit souverain, qui bien incapable d’agir par soi-même, a tant de modestie et de jugement, qu’il ne fait rien sans bon avis, fondé sur ce principe qu’un œil ne voit pas si clair que plusieurs […]. Un prince capable est un grand trésor en un État, un conseil habile et tel qu’il doit être n’en est pas moindre, mais le concert de tous les deux ensemble est inestimable puisque c’est de là que dépend la félicité des États»: Cardinal de Richelieu, Maximes.

     Les Comores célèbrent la 41ème année de leur indépendance proclamée d’une façon unilatérale le 6 juillet 1975. Nous saluons le courage et la décision de nos aînés qui ont proclamé cette indépendance et ceux de nos aînés qui ont milité pour cette indépendance, plus particulièrement ceux de Mouvement de Libération nationale des Comores (MOLINACO), le Parti socialiste des Comores et d’autres. Nous leur devons cet acquis inestimable et nous prions Dieu, en ce mois béni de Ramadan, qu’Il les bénisse et accorde le Paradis à ceux qui sont déjà morts, et allonge et bénisse la vie de ceux qui sont vivants pour encore de nombreuses décennies. Ils ont accompli leur devoir avec les moyens qu’ils en avaient, et nous ont donné en legs sacré ce pays indépendant.

     Cependant, cette indépendance reste inachevée du fait de l’occupation de Mayotte et de l’usage d’une monnaie coloniale, le franc CFA, appelé aux Comores, franc comorien (KMF). Il est donc de notre devoir de parachever cette indépendance afin d’accomplir la mission que nos aînés nous ont demandé de parachever. Ces deux problèmes qui nous empêchent de vivre pleinement notre souveraineté nationale et de profiter de ses facteurs des développements sont solvables. Avant d’attaquer la question de Mayotte, qui nécessite plusieurs facteurs ou forces concordantes, dont la force économique, basée sur notre monnaie nationale, nous devons, en premier lieu, avoir notre propre monnaie nationale, en quittant la zone franc et en abandonnant le franc CFA.

Pour jouir pleinement notre souveraineté nationale, quittons la zone franc

     «Nous avons acquis l’indépendance, mais c’était une indépendance nominale, artificielle. Le temps viendra où vous devrez vous battre pour atteindre la vraie indépendance, c’est-à-dire l’indépendance économique»: Félix Houphouët-Boigny, ex-Président de la république de Côte d’Ivoire.

     Les dirigeants politiques comoriens, depuis l’indépendance du 6 juillet 1975, ont toujours crié que la France représente leur ennemi. Il y a ceux qui l’ont proclamé dans des longs discours et d’autres à basse voix, en faisant de l’hypocrisie politique. Mais, ils ont tous laissé à la France le soin de continuer à nous coloniser économiquement par le biais de sa monnaie, celle utilisée aux Comores sous le nom de franc comorien. Or, ils savaient et savent toujours que le nerf de la guerre est l’argent. La monnaie est l’oxygène d’un pays et ne peut pas être confiée à un autre pays, même plus développé. On a proclamé l’indépendance pour se débarrasser du colonialisme dans tous le sens du mot et non pour continuer à s’incliner et à tendre la main.

L’indépendance monétaire avant la libération de Mayotte

     Après quarante et un ans d’indépendance à minima, on voit tous là où on est: le pays le plus pauvre et le plus attardé des pays de l’océan Indien. Nous devons avoir le courage de regarder la réalité en face, non seulement de nous regarder mais aussi de regarder les autres et nous assumer. Dans ce cas de figure, nous n’aurons rien à proposer, ni à dire à nos frères Comoriens de Mayotte que les de faire sortir de leur mirage de paradis pour rejoindre le prétendu enfer que nous avons créé par nos mains. La libération de Mayotte doit précéder d’abord, d’une indépendance totale de trois îles. Nous devons nous libérer de la France, tant au niveau monétaire qu’au niveau de la Défense nationale. Les Comores d’aujourd’hui ont tous les atouts pour s’assumer et prendre du large par rapport à leur ancien colonisateur afin de respirer un nouvel air frais. Après plusieurs années d’instabilité alternée par des coups d’État et des élections aux fortunes diverses, les Comores amorcent ces quinze dernières années une stabilité politique et une alternance insulaire et au sommet de l’Etat. Cette alternance est loin d’être parfaite ou démocratique car la volonté du peuple, à plusieurs reprises, a été détournée en faveur des intérêts de ceux qui ont le pouvoir au moment des élections.

Le respect de la volonté du peuple est le premier signe de la démocratie

     La démocratie a été définie comme le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. La légitimité de nos dirigeants vient de cette onction populaire qu’ils ont eue contre les autres prétendants. Mais, s’il s’avère que ce sont nos institutions organisatrices des élections, de la Commission électorale nationale indépendante (CÉNI) à la Cour Constitutionnelle) et au président de l’Union en exercice, qui ont détourné la volonté populaire en faveur d’un candidat au détriment d’un autre, la démocratie n’y est pas, et la légitimité se trouve bafouée. Les dirigeants des Comores d’hier et d’aujourd’hui sont loin d’avoir cette légitimité sauf au niveau insulaire, dont nous ne pouvons que féliciter l’évolution par rapport au régime d’Ahmed Abdallah Sambi, qui avait triché pour imposer ses Gouverneurs et son successeur à la Présidence de l’Union. Le 26 décembre 2010, Mohamed Saïd Fazul avait été spolié de sa victoire en faveur d’Ikililou Dhoinine, tout comme en 2016 Mohamed Ali Soilihi a été spolié en faveur d’Azali Assoumani. Ce sont des candidats qui ont été détournés de leurs victoires en faveur d’un autre, et qui avaient préféré se taire pour l’intérêt supérieur de la nation et pour la paix civile. S’il y a eu évolution au niveau insulaire et du cafouillage et de la fraude au niveau de l’Union, il nous faudra remédier rapidement cette situation afin que le pouvoir populaire consistant à désigner les dirigeants ne soit pas violé. Ceci doit aller dans de la dissolution de la CÉNI et de la Cour Constitutionnelle et de leur refondation d’une manière plus proche du peuple et moins manipulable par le pouvoir en exercice.

La fête de l’indépendance avec le retour de l’ancien président Azali Assoumani

     «Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise»: Jean Monnet.

     Le retour imposé de l’ancien Président de l’Union, le Colonel Azali Assoumani, par Ikililou Dhoinine par trucage atroce du scrutin présidentiel et par détournement de la volonté populaire inquiète le peuple comorien. Ceci est d’autant plus inquiétant qu’Azali Assoumani remet aux pouvoirs ses anciens collaborateurs que le peuple avait bannis et honnis à cause de leurs comportements douteux et peu recommandables. Il a oublié totalement les huées populaires qu’il a subies jusqu’à dans son village natal et la défaite de son poulain, Ibrahim Halidi, toutes humiliations que le peuple leur avait infligées. En plus, il ne semble pas vouloir changer de cap en pensant aux intérêts supérieurs de l’État au détriment de la gestion clanique et villageoise, voir familiale de son pouvoir déjà décrié. Il ne réfléchit même pas aux conséquences désastreuses de sa décision d’annuler les embauches effectuées en 2016 et qui apaisaient les jeunes et leurs familles.

Licencier n’est pas un signe de bonne gouvernance, ni l’acte d’un bon gestionnaire ou d’un homme de courage

     «Si vous ne pouvez pas voler dans les airs, alors il faut courir. Si vous ne pouvez pas courir, il faut marcher. Si vous ne pouvez pas marcher, il faut ramper; quoique vous fassiez, vous devez continuer d’avancer»: Docteur Martin Luther King.

     Mais, nous ne devons pas punir les victimes d’un système dont nous sommes tous responsables. Au lieu de licencier dans la globalité, il faudra au contraire, examiner les situations au cas par cas, là où il y a des nécessités de services. Mais, là aussi, il y aura des abus parce que les pouvoirs publics pourront toujours privilégier des méthodes contestables. Or, depuis le retour au pouvoir d’Azali Assoumani au pouvoir, on ne nous parle que des licenciements comme politique de gestion et d’économie de nos ministères et des sociétés d’État. On a l’impression d’avoir un homme qui a tout fait pour conquérir la femme d’autrui jusque pour la forcer à divorcer tout de suite après, allant jusqu’à exiger en même temps de la femme, qui a eu des enfants avec son ex-mari, de les expulser du foyer. Or, on sait tous qu’avant de conquérir ce pouvoir par le trucage, Azali Assoumani connaissait la situation. Azali Assoumani doit garder ces jeunes dans leurs emplois respectifs. Nous avons beaucoup d’endroits où affecter ces jeunes, au niveau de nos régions, en favorisant la politique de la décentralisation. Pourquoi n’est pas décentraliser l’administration et la Justice au niveau de nos régions? On nous objectera qu’on n’a pas assez des moyens pour payer ou les faire travailler. Or, il nous faut rapidement diminuer les salaires et les indemnités de nos dirigeants, à commencer par ceux du Président de l’Union, des ministres, des Gouverneurs, des Commissaires des Gouvernorats et des Directeurs des sociétés d’État. Nous sommes le seul pays au monde où seuls les dirigeants profitent de l’État (salaire, logement, indemnités, voyages et carburants) pendant que le peuple crève dans la misère noire.

     En dehors de la Fonction publique, l’État peut favoriser la création de petites et moyennes entreprises, en créant un fonds d’appui à l’emprunt pour la création d’entreprises. Il ne doit s’agir que d’emprunts qui pourront faciliter les jeunes diplômés à se prendre en charge sans mettre en danger les bijoux de famille ou les patrimoines immobiliers de la famille auprès des sociétés de crédit et des banques étrangères implantées à Moroni.

     Que Dieu bénisse les Comores et les Comoriens dans l’unité de l’archipel et de la nation, à savoir Mayotte, Anjouan, Mohéli et Grande-Comore.

Par Saïd-Ahmed Saïd-Abdillah

Président du Parti Comores Alternatives (PCA)

Moroni, Comores

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 6 juillet 2016.

Powered by Comores infos