You are here: Home » Actualités » Comores Télécom: 10  milliards francs des  dettes sur le dos

Comores Télécom: 10  milliards francs des  dettes sur le dos

​A  Comores Télécom chaque  jour apporte  son lot  de  révélations  sur l’héritage  laissé  aux nouveaux  dirigeants de cette  société d’État. Dernière en  date,  les 10  milliards  fc  de  dettes qui risquent  de compliquer davantage  la situation  d’une  société  marquée ces dernières  années  par  une série de scandales. 

La  mauvaise nouvelle serait révélée au cours d’un des nombreux  conseils de direction  que le  nouveau directeur  général  ne manque pas de tenir depuis  qu’il  a  repris   les rênes  de cette  société. Plus  d’un  mois après sa nomination,  Oumara Mgomri a révélé des dettes  abyssales de  l’ordre de 10 milliards,  et dont la  société devait  faire face. Le  patron  de cette entreprise  publique considérée comme l’une des plus  prospères du  pays, et  qui a longtemps gardé le monopole des télécommunications, aurait annoncé au cours d’un conseil  de direction,  la nécessité pour  Comores Télécom de « se serrer  la ceinture  », car la pente  s’annonce très difficile à négocier.

D’après  une  source qui a souhaité garder  l’anonymat,  le nouveau directeur  n’a  cessé de pointer du doigt «  la mauvaise gestion  de l’équipe précédente. Et  personne parmi  les  dirigeants  n’a  réagi  pour  le contredire  », a-t-elle  précisé. Depuis quelques  temps, Comores Télécom ressemble bien à un  géant  qui menace de s’écrouler  suite  à la  série de révélations dévoilant  au  grand  jour la  mauvaise gestion  mais  aussi les dessous  de  tables qui ont émaillé  cette société, dont  plusieurs responsables sont actuellement poursuivis en justice dans diverses affaires.
Dans un  entretien qu’Oumara  Mgomri, avait accordé la  semaine dernière à nos confrères du  journal  Al-watwan,  il  révélait les nombreux avantages exorbitants accordés  à  plusieurs  cadres de la  société, dont une cinquantaine toucherait  presque un  salaire de directeur  général.
Reste  à  savoir  si ces nouvelles  révélations  ne  sont  pas  annonciatrices d’un grand ménage  que le nouveau  patron  a  déjà entrepris au lendemain de son  retour  à  la tête  d’une société en sureffectif,  avec en  filigrane près de 1000  agents  licenciés et  dont  la réintégration n’est pas  pour le moment à l’ordre du  jour.

 Maoulida  Mbaé / LGDC 

Powered by Comores infos