You are here: Home » Actualités » Comores Télécom : Les révélations de Mgomri

Comores Télécom : Les révélations de Mgomri

​«De nombreux cadres jouissaient d’une indemnité de logement de 200 mille fc, d’une dotation de carburant du même montant, de 100 mille fc de crédit, tout simplement parce qu’ils sont conseillers du directeur», a-t-il dénoncé au cours d’un entretien exclusif avec Al-watwan.
Ma surprise, ce n’est pas seulement de découvrir le recrutement, en l’espace de six mois, de 996 agents. Près de 500 personnes, extérieures à la société, bénéficiaient aussi de quotas d’entre 35 000 et 100 000 fc par mois pendant que près de 50 agents de Comores Télécom touchaient le salaire d’un directeur général». La phrase est signée Mgomri Oumara, le nouveau boss de l’opérateur public des télécommunications. Moins d’un mois après sa nomination, il s’est déjà fait une réputation après avoir décidé, sur recommandation du Conseil des ministres, de se débarrasser d’une partie du personnel.

Un arrêté ministériel annule, en effet, les actes de recrutement intervenus à partir du 1er janvier. Connu pour sa poigne, Mgomri Oumara vient, en outre, de mettre fin aux avantages que ses prédécesseurs avaient l’habitude d’accorder à une catégorie d’officiels dont les députés. «Aucun texte ne mentionne ces privilèges, qui plombent les finances de la société. On me dit que ces annulations sont illégales. J’aimerais bien savoir sur quelle loi se basent-ils pour affirmer cela. De mon côté, j’ai déjà averti les autorités compétentes», dit-il.Mais, ce qui le choque davantage, c’est de voir une cinquantaine de ses administrés bénéficier d’un salaire de 800 000 fc. «Ces cadres jouissaient d’une indemnité de logement de 200 mille fc, d’une dotation de carburant du même montant, de 100 mille fc de crédit, tout simplement parce qu’ils sont des conseillers », révèle-t-il.


Téléphones de marque Huawei

Et de se poser cette question : «Comment la société peut-elle sou- tenir la concurrence dans de telles circonstances.» Depuis vendredi, ces super conseillers dont quatre auprès du directeur régional de Ndzuani, quatre à Mwali et trois à Ngazidja, sont devenus de simples agents. «On m’a flanqué un conseiller qui m’a avoué lui-même ne pas savoir en quoi consistait son travail », a avoué Mgomri Oumara. Dernière surprise : ces centaines de téléphones de marque «Huawei » commandés sans la moindre étude de marché et qui auraient coûté près de 80 millions de fc. «Des téléphones qui ont été, certains d’entre eux, distribués gratuitement», dénonce-t-il.

Nazir Nazi/ Alwatwan.net

Powered by Comores infos