You are here: Home » Uncategorized » Comoriens empêchés de voyager entre Hahaya et Paris

Comoriens empêchés de voyager entre Hahaya et Paris

Comoriens empêchés de voyager entre Hahaya et Paris

Pour Azali Assoumani et Cie, «réquisitions» pour les autres

Par Mohamed Mdjassiri

      La fin de l’été marque la fin des vacances et donc la reprise des activités professionnelles et la rentrée scolaire et universitaire pour la majorité des personnes résidant en France. Conscients des enjeux de la reprise du travail dans un contexte de chômage de masse, les Comoriens qui voyagent en France en cette période prennent toutes les précautions d’usage pour ne pas rater leur vol. Mais c’est sans compter avec la dictature douce d’Assoumani Azali Boina. 4 jeunes gens, pères de famille et salariés en France, se sont vus interdire de prendre l’avion à l’aéroport Prince Saïd Ibrahim de Moroni-Hahaya. Kenya Airways notifie aux 4 malheureux voyageurs lors de l’enregistrement des bagages qu’elle a attribué leurs places à 4 personnes «émergentes» devant accompagner le Président à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Les avocats «émergents» diront qu’il s’agit en l’occurrence de «réquisition» mais ne pourront JAMAIS démontrer le caractère d’intérêt général qui serait attaché au voyage de candidats à l’émigration clandestine en France qui, contre le versement de plusieurs milliers d’euros à qui de droit, se sont introduits dans la délégation azalienne à la dernière minute. Les 4 «diplomates» qui ont pris injustement la place de nos 4 jeunes travailleurs «oublieront» de faire la correspondance à Roissy pour se rendre aux États-Unis. Leur destination c’est Marseille et La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Le Président Ahmed Abdallah Abderemane réservait et payait les billets d’avion longtemps à l’avance à la compagnie nationale Air Comores. Le Président Ahmed Abdallah Abderemane qui, c’est un euphémisme, était tout sauf un grand démocrate, n’a jamais pourtant abusé d’une quelconque réquisition sur les avions de la compagnie nationale.

30 ans après, Assoumani Azali Boina invoque une «réquisition» sur des avions étrangers pour amener des faux diplomates en France. C’est dire que le chemin de l’émergence sera très, très long. Septembre est un mois particulier pour la France et les Comores. Les 6 et 7 septembre 1914, le Général Gallieni réquisitionnait les taxis parisiens pour acheminer des renforts sur le champ de bataille à Nanteuil dans le département de l’Oise. Le 16 septembre 2017, le Colonel Assoumani Azali Boina réquisitionne Kenya Airways pour acheminer des «diplomates» à Marseille et à la Courneuve.

Par cette manœuvre digne des grands stratèges militaires, notre Colonel vient de rappeler à ceux qui le raillent pour sa fuite lors du coup d’État orchestré par Bob Denard le 28 septembre (il est décidément spécial ce mois de septembre) 1995 qu’il a fait un stage à l’École de Guerre à Paris. Il a su trouver le moyen d’acheminer à la dernière minute 4 «diplomates» sur le champ de bataille… dans les restaurants parisiens et marseillais.

Par Mohamed Mdjassiri,

Moroni

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 17 septembre 2017.

Powered by Comores infos