You are here: Home » Actualité » Congrès de Lyon: Projet de l’après-Assoumani Azali

Congrès de Lyon: Projet de l’après-Assoumani Azali

Congrès de Lyon: Projet de l’après-Assoumani Azali

À Bête-Salam, ce projet sent la chute et la mort du tyran

Par ARM

       Les Mohéliens sont très furieux contre le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ils se répandent en propos de colère et d’indignation sur le manque total d’humanité avec lequel le dictateur fou de Mitsoudjé a traité le Colonel Mohamed Anrifi Moustoifa Bacar Madi dit José, dit Obama, son âme damnée et exécuteur de ses basses œuvres oppressives et répressives à Mohéli jusqu’à sa mort. Avant et après sa mort, il a traité «le Colonel» comme un chien, a tenu un langage de propagande politique à Fomboni lors de ses obsèques, alors qu’un discours de piété était attendu, et a carrément fui Mohéli avant l’enterrement de son ancien esclave.

C’est que seuls les initiés savent, c’est que le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri a vraiment peur de tout ce qui se rapporte à la mort depuis le Congrès de Lyon du 5 octobre 2019, à l’issue duquel les patriotes sincères qui y ont pris part sont déjà dans l’après-«ventriote» Assoumani Azali Boinaheri. Les résolutions prises lors du Congrès historique de Lyon ont un goût de mort et de deuil à Bête-Salam, où chacun se dit que cet événement va forcément porter malheur à la dictature de Mitsoudjé, surtout à un moment où les esclaves mohéliens de ladite dictature sont dans une spirale de malheur et de deuil. À Bête-Salam, les plus lucides disent que les patriotes sincères réunis en Congrès à Lyon sont tellement sûrs de la chute mortelle du Robert G. Mugabe de Mitsoudjé qu’ils donnent la nette impression qu’ils savent même comment va s’opérer ce renversement de régime politique.

En tout état de cause, les occupants clandestins de Bête-Salam ont fini par savoir que quelques jours avant son accident vasculaire cérébral (AVC), le Colonel Mohamed Anrifi Moustoifa Bacar Madi avait emprisonné abusivement cette personne de Fomboni, et que la famille de la victime avait organisé une prière spéciale pour implorer la justice divine. L’affaire crée des problèmes au sein des familles à Fomboni, étant noté que celle de la dernière victime du «Colonel» était longtemps proche de celle de José. Conjuguée à celle du Congrès de Lyon, cette malédiction fait peur à Bête-Salam. Attendons et nous verrons.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 10 octobre 2019.

Powered by Comores infos