You are here: Home » Actualités » Conseil de l’île de Ndzuani : Deux séances plénières pour designer deux listes différentes de représentants à Hamramba

Conseil de l’île de Ndzuani : Deux séances plénières pour designer deux listes différentes de représentants à Hamramba

Dar-soifa, le Conseil de l’île de Ndzuani, vit une situation cocasse. La session extraordinaire ouverte hier, mercredi 5 avril, en vue de la désignation des trois représentants du Conseil à l’Assemblée nationale, a finalement débouché sur deux séances plénières distinctes (l’une de l’opposition et l’autre du parti au pouvoir, Juwa), avec, au final, deux listes distinctes d’élus mandatés pour siéger à Hamramba. Le tout sur fond d’engueulades, ponctuées par le recours à la police par le président de l’institution, qui craignait des affrontements physiques.
Conseil de l’île de Ndzuani : Deux séances plénières pour designer deux listes différentes de représentants à Hamramba
 
Pour le premier groupe de conseillers (Juwa), dont la séance a été présidée par le président du Conseil, Ibrahim Mohamed,  sont désignés députés à Hamramba pour l’année 2017  les conseillers Muhammad Abdou El-magd, Loutfi Houmadi et Hatim Sairane. «Cette liste a été élue par dix conseillers sur les dix-huit, y compris par Abdoulkarim Youssouf, par le biais d’une procuration», affirme Anfane Boinaid, chargé des relations publiques au sein de l’institution.
 
Parallèlement, le procès-verbal dressé par l’autre camp déclare élue la liste des conseillers Saindou Moussa Toumani, Zalhata Ali et Ahamed Nassor. Cette séance a été dirigée par le doyen d’âge du conseil, Saindou Moussa Toumani.
 
Leur procès-verbal précise que «deux listes de candidatures aux postes de représentants de l’île à l’Assemblée de l’Union ont été enregistrées», que «le groupe parlementaire Ouvoimoja  a obtenu neuf voix en présence du doyen d’âge», tandis que «le groupe parlementaire Juwa a obtenu huit voix avec une procuration falsifiée».
 
En fait, le responsable de cette cacophonie s’appelle Abdoulkarim Youssouf,  le conseiller de la trente-troisième circonscription (Koni), un personnage mi-figue mi-raisin, de qui ont émané deux procurations, l’une présentée par ses compagnons de l’opposition, l’autre par le camp du pouvoir.
 
Alors que la première, datée du 25 mars dernier, donne «plein pouvoir au conseiller Rakib Ahmed» pour le «représenter dans toutes les instances» auxquelles sa  présence est requise, la seconde, datée d’hier, mercredi 5 avril, «annule» celle du 25 mars et confère de nouveau le droit au conseiller Saïd Mohamed de se prononcer à sa place.
 
Les deux lettres ont été authentifiées ce mercredi, la première par l’adjoint-maire de Koni, et la seconde par le maire de Mutsamudu. Abdoulkarim Youssouf, pour rappel, est celui qui, le 22 mars dernier, avait déjà déclaré «quitter l’opposition pour rejoindre le camp de Son Excellence  Dr Abdou salami Abdou», avant de dire à nouveau le contraire, trois jours plus tard à Moroni,  dans une conférence de presse aux côtés des conseillers de l’opposition. 
Sardou Moussa
Alwatwan
                

Powered by Comores infos