You are here: Home » POLITIQUE » Conseil des ministres du mercredi 2 juin I Trois ambassadeurs comoriens nommés au Maroc, en Chine et en France

Conseil des ministres du mercredi 2 juin I Trois ambassadeurs comoriens nommés au Maroc, en Chine et en France

Les noms des ambassadeurs comoriens nommés au Maroc, en République populaire de Chine et en France sont connus. «Leurs noms sont également connus après être révélés hier par le président Azali Assoumani lors du Conseil des ministres hebdomadaire», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Houmed M’saidie.

Le Conseil des ministres hebdomadaire a eu lieu hier à Beit-Salam sous la présidence du chef de l’Etat, Azali Assoumani. Plusieurs sujets ont été abordés notamment le projet de loi concernant la cybersécurité. Selon le porte-parole du gouvernement, plusieurs questions concernant l’Internet ont été discutées en conseil surtout le piratage des comptes ces derniers temps.

Pour la cybercriminalité, un projet de loi va compléter certaines dispositions du code pénal et d’autres points liés à la sécurité globale.
L’élection du secrétaire général des Nations-unies ainsi que le président de l’Assemblée générale ont également été à l’ordre du jour, selon le porte-parole du gouvernement, Houmed M’saide. Les discussions entre les ministres des Affaires étrangères des Comores et du Royaume du Maroc ont abouti à la nomination des ambassadeurs dans les deux pays. Les noms de ces ambassadeurs n’ont pas été communiqués.

«Le chef de l’Etat a révélé le nom de l’ambassadeur des Comores au Maroc, ainsi que les ambassadeurs des Comores auprès de la République populaire de Chine et de la France», a fait savoir le ministre Houmed M’saidie qui souligne que «le Maroc sollicite à ce qu’une délégation des autorités et du secteur privé se rendent au Maroc pour formaliser un programme de mise en œuvre des recommandations de la Conférence de Paris pour l’aide au développement». A propos du concours des magistrats, organisé récemment et dont vingt sur quarante candidats ont été déclarés admis, le président de la République a recommandé que «ceux qui ne n’ont pas été déclarés admis puissent suivre une formation de greffier dans le cadre du projet soutenu par l’ambassade de France».

«Salaire minimum»

Un des points débattus hier mercredi est celui relatif à la gestion du patrimoine de l’État. «Certaines personnes s’approprient des patrimoines de l’État, un travail de vérification et d’indentification du patrimoine de l’État que ce soient les logements ou les terrains, va débuter ce mois de juin à Moroni, puis dans d’autres localités du territoire national», a rapporté le ministre Houmed M’saidie. Selon toujours lui, les élus de l’Assemblée nationale ont fait une proposition de loi sur la mise en place d’un fonds de soutien aux jeunes pour accompagner la vision du chef de l’Etat, «Un jeune, un emploi».

L’autre projet de loi approuvé par le Conseil, pour sa soumission à la session de juin, est celui relatif à «la mise en place d’un salaire minimum» en Union des Comores. L’auteur du texte a proposé une fourchette du salaire minimum. Le projet doit être étudié en partenariat avec le ministère des Finances pour permettre au texte d’être soumis à la session du mois de juin.Le Conseil a, en outre, pris connaissance des élections, prévues samedi prochain, des maires du Nyumakomo, celui de la sous-région de Domba et celui de Fomboni qui devront remplacer ceux rappelés à Dieu.

Enfin, le Conseil est revenu sur le chantier de la route Mitsudje-Panda-Fumbuni. Selon Houmed M’saidie, «des discussions avec Eiffage ont eu lieu et les travaux vont démarrer incessamment de même tout comme ceux de la route ralliant Sima et Moya à Ndzuani». Sur la question relative au retour des étudiants comoriens se trouvant à Madagascar, le porte-parole du gouvernement laisse entendre qu’»elle est en cours d’étude».

Powered by WPeMatico