You are here: Home » Actualités » Coopération comoro-nipponne / De grands projets de coopération au menu des échanges

Coopération comoro-nipponne / De grands projets de coopération au menu des échanges

Le ministre délégué japonais aux Affaires étrangères, Masahisa Sato, a été reçu par le président Azali Assoumani pour, entre autres, revenir sur des éléments devant permettre de renforcer la coopération comoro-nipponne qui date de 1977. C’est à travers cet échange, selon le ministre comorien de la jeunesse et des sports, assurant l’intérim de son collègue des Affaires étrangères, Salim Mahamoud Hafi, que le chef de l’Etat a accepté de se rendre au Japon en 2019 dans le cadre de la Ticad 7. Divers projets ont été abordés à commencer par l’économie bleue, la pêche illégale, la lutte contre les effets du changement climatique «qui sont dévastateurs pour des pays insulaires comme les nôtres».

Venu inaugurer un centre de tri de déchets, le vice ministre japonais des Affaires étrangères, Masahisa Sato, a été reçu, hier matin à Beit Salam, par le président Azali Assoumani. Au cours de cet entretien d’une trentaine de minutes, à en croire le ministre de la Jeunesse et des Sports comorien, Salim Mahamoud Hafi qui assure l’intérim du ministre des Affaires étrangères, plusieurs sujets ont été abordés, à commencer par le renforcement de la coopération, l’économie bleue, la vulnérabilité des îles due aux effets du changement climatique ou encore la formation professionnelle.

«Depuis 1977, nous avons une coopération avec le Japon, mais c’est bien la première fois qu’une personnalité de haut niveau de ce pays se rend aux Comores. D’emblée, notre hôte de marque a félicité le président de l’Union pour le déroulement du référendum et s’est projeté dans les élections présidentielles à venir en espérant des élections ouvertes à tout le monde, démocratiques et paisibles», devait-t-on rapporter à la presse. Selon toujours Salim Mahamoud Hafi, le Japon se montre disposé à accompagner le pays dans l’économie bleue afin de tirer le maximum de profit de notre mer car, «certains viennent s’enrichir à travers celle-ci».

Le ministre comorien affirme que le Japon se montre disposer «à nous apprendre à pêcher plutôt qu’à nous donner le poisson». Dans le cadre du renforcement des accords cadres de coopération, il a été question selon toujours notre source, de divers projets notamment un port de pêche, des ports de liaison inter-îles, la lutte contre la pêche illégale, le renforcement des garde-côtes, la formation professionnelle, entre autres. «Le ministre comorien des Affaires étrangères est invité au Japon au mois d’octobre prochain dans le cadre de la préparation du sommet de la Ticad 7 devant se dérouler en août 2019 avec la présence du chef de l’Etat Azali Assoumani, suite à une invitation qu’il a acceptée».

«Les projets de coopération seront analysés durant ce sommet mais, au préalable, nous devons les étudier avec l’ambassadeur du Japon établi à Antananarivo», révélera Mahamoud Hafi qui rassure la partie japonaise du soutien des Comores quant à sa candidature pour l’organisation de l’Exposition universelle en 2025. Les Comores, à travers l’Union africaine, soutiennent également l’initiative japonaise visant à élargir le nombre des membres permanents aux Nations unies. Pour confirmer sa confiance que l’Union des Comores est un pays stable et sécurisé, le représentant japonais aurait effectué un footing à l’aube hier depuis la ville d’Itsandra vers Moroni

Mohamed Youssouf

Powered by Comores infos