You are here: Home » Actualités » Cote d’Ivoire : Gbagbo et Blé Goudé acquittés par la CPI

Cote d’Ivoire : Gbagbo et Blé Goudé acquittés par la CPI

 Cote d’Ivoire : Gbagbo et Blé Goudé acquittés par la CPI
La Cour Pénale internationale de la Haye (CPI) vient d’acquitter l’ancien président de la Cote D’ivoire, Laurent Gbagbo et son ancien ministre des patriotes, Charles Blé Goudé, lors de l’audience en date du mardi 15 janvier 2019. Ils étaient accusés de crime contre l’humanité, des exactions commises lors que la guerre civile en Côte D’ivoire entre 2010-2011. Pendant cette guerre 3000 ivoiriens ont été massacrés. Et cela fait 7 ans qu’ils croupissent en prison. « Le jury de la CPI a déclare non coupable et demande la libération immédiate des accusés » a précisé l’arrêt de la CPI. Le président de la Haute cour et les membres de jury estiment qu’il n’y a pas assez de preuves tangibles pouvant établir la culpabilité des prévenus.
Ce fut une joie immense chez les ivoiriens et les partisans de l’ancien Rais. Du trocadero aux rues d’Abidjan, la jeunesse de l’ancien général des patriotes a manifesté sa liesse de joie.

Depuis le lendemain du débarquement des forces françaises sous mandat de l’Organisations des Nations -Unies(ONU), au palais présidentiel pour déloger Laurent Gbagbo qui contestait les résultats des élections, ces deux personnalités étaient incarcérés au Pays-Bas. « Ils sont devenus depuis pour le peule ivoirien des héros. Il faut souligner que la CIP est sous les ordres des puissances qui dominent l’Afrique », a déclaré Simon Adouko, un membre du front populaire (FP), parti de Laurent Gbagbo, vivant en France. Il estime en outre que cet acquittement montre bien que les Occidentaux ont voulu manipuler le monde en diabolisant l’ancien président.

Quant à la fédération internationale des droits de l’homme et des organisations sociale, elles considèrent cette date comme un jour sombre pour les familles des victimes.
Il faut savoir que la plupart des observateurs mondiaux sont d’accord pour dire que la le Cour pénale internationale (CPI) est créé spécialement pour les faibles, donc les pays de l’hémisphère Sud. Comme par hasard , le plus grand nombre des détenus à la Haye sont des noirs ou en tout cas issus des pays faibles. Et pourtant, le mal et les crimes contre l’humanité sont constatés partout. D’abord, l’ancien président américain, Georges W Bush est accusé des crimes contre l’humanité en Irak et de mensonges d’Etat. Alors qu’il n’est jamais inquiété car ce sont les États-unis qui gouvernent le monde. Même son de cloche chez les militants de droit de l’homme à Paris qui rappellent que l’ancien président Français, Nicolas Sarkozy, est accusé lui aussi de crime contre l’humanité en Libye alors qu’il n’est pas lui aussi arrêté par la CPI. C’est une justice mondial a deux vitesse qui a amené plusieurs Etats africains à quitté la CPI. On se rappelle des propos de Jean Ping, ancien Président en exercice de l’Union Africaine (UA), d’origine gabonaise, prenant à partie M. Ocampos, président de la CPI. Ce dernier l’a qualifié de Joker voulant atomiser les Africains aux profits des Blancs. Il ne reste que sur le plan politique de rabattre les cartes de l’union et de la réconciliation nationale.

D’ailleurs, comment les autorités ivoiriennes vont réagir sur la libération de l’ancien président Gbagbo , le moins que l’on puisse dire l’actuel président de la Côte D’ivoire, Dramane Alhassan Watarra, a déjà commencé car  il a déjà gracié Simon Gbagbo, l’ancienne première dame et épouse de Laurent Gbagb. Maintenant la réconciliation revient aux ivoiriens de décider si ou non,  ils veulent surpasser leurs différents pour construire l’avenir. L’infection religieuse et clanique qui les a divisés hier doivent être proscrite.

 Pour Laurent Gbagbo, il jouit d’une cote de popularité qui dépasse les frontières de la cote d’Ivoire. Partout à travers le continent du nord au sud, il est vu comme un panafricaniste convaincu, qui depuis longtemps, a encré sa lutte de libération du peuple noir sur le sillon tracé par les panafricanistes contemporains comme Kwame Nkrumah , de Check Anta diop, Sankara etc. Pour cette raison sa vision politique doit être panoramique pour réveiller la conscience de toute une jeunesse africaine enquête de repères.

Cela nous amène à la conclusion suivante, les élections présidentielles de 2020 ne doivent pas rester pour lui une fin en soi au service uniquement de son pays, mais un vaisseau lumineux qui traversera toute l’Afrique.

Mbadakome

Powered by Comores infos